Demi-finale | Les notes de Portugal – Chili (0-0, 0-3 ap. tab)

Homme du MatchVidal (7): match de titan comme on en a l’habitude avec lui sous le maillot de la RojaEl Rey est monté en puissance tout au long du match pour livrer une prestation XXL box to box. Il aurait dû finir en apothéose mais sa reprise claquée aux 16m a trouvé le poteau à la 118′.

Portugal

Rui Patricio (5): décisif dès la 5′ avec un duel gagné face à Vargas, il l’est à nouveau au retour des vestiaires face à ce même Vargas. Il passe ensuite un match sans grand danger mis à part une tête d’Alexis. Il est ensuite béni des dieux dans les dernières minutes : sauvé deux fois de suite par son poteau et sa barre.

Eliseu (5): sérieux et propre dans son placement et ses relances, il s’est montré prudent dans les offensives et aurait pu jouer le surnombre pour amener le danger.

Bruno Alves (3): trop lourd pour défendre efficacement face au trident chilien.

Fonte (4): plus véloce que son compère défensif, il a su compenser sa lenteur par son expérience et son vice.

Cedric (6): très mobile et dynamique, il s’est efforcé de gêner Alexis et de couvrir les montées de ses axiaux sur phase arrêtée.

William Carvalho (3.5): très visible la première demi-heure il a ensuite perdu pied face à la montée en puissance de Vidal.

André Gomes (4): maladroit dans ses choix offensifs mais précieux dans son placement notamment quand le Portugal a pressé haut. Dommage que sa maladresse gâche son match car il a été le seul véritable danger des champions d’Europe. Remplacé à la 1164 par Gelson Martins.

Adrien Silva (3.5): discret dans l’expression collective mais précieux dans les efforts collectifs. Il s’est démené à bloquer Alexis. Il quitte le terrain à la 102′ au bénéfice de Joao Moutinho.

Bernardo Silva (5): ses prises de balles sont tranchantes mais trop éloignées de la zone de vérité. Il n’a pas été en position de se montrer décisif mais a évidemment été précieux dans la conservation et l’utilisation du ballon. Remplacé par Quaresma à la 83′.

Cristiano Ronaldo (5): toujours très juste dans tout ce qu’il fait mais trop esseulé, trop déconnecté de son équipe. Il a cherché à combiner avec Bernardo qu’il a identifié comme le seul apte à le faire. Il a disparu à sa sortie.

André Silva (3): mis sur orbite dès la 3′ sur une offrande de CR7 qu’il ne convertit pas, il s’est beaucoup donné mais a fait face à deux clients. Il a fini par s’éparpiller et disparaitre peu à peu malheureusement. Il cède sa place à Nani à la 76′.

Chili

Bravo (7): très belle parade en début de match face à André Silva il a ensuite eu un match relativement tranquille. Beaucoup de ballons touchés mais un jeu au pied défaillant. Il a mis son plus bel habit de lumière pour éteindre complètement le Portugal en sortant les trois tirs au but.

Beauséjour (6): un bonheur pour ses coéquipiers à n’en pas douter. Le latéral gauche est autoritaire, disponible et précis. Face à Bernardo ou Quaresma il ne s’est pas laissé impressionner.

Jara (5): autoritaire et efficace par éclairs, il a bien tenu André Silva.

Medel (4.5): timide pendant près d’une demi-heure, il est monté ensuite en puissance d’abord par son jeu de tête toujours aussi impressionnant malgré sa taille modeste puis dans son jeu au sol avec l’agressivité qui a fait sa renommée.

Isla (3): très timide et effacé autant défensivement qu’offensivement.

Marcelo Diaz (7): très précieux en naviguant du poste de sentinelle à celui de troisième défenseur central, il permet aux chiliens de faire des prises à deux sur des adversaires clefs. Toujours bien placé et très propre. Un joueur en or pour un collectif.

Aranguiz (3): sur courant alternatif il ne parvient pas à se mettre sur le même tempo que Vidal voire même ses autres coéquipiers. Trop à contre-temps pour être un relayeur efficace.

P. Hernandez (3): trop discret et effacé pour peser offensivement ou même jouer les pistons. Il sort dans l’anonymat  à la 112′ pour laisser Francisco Silva entrer.

Vidal (7): voir ci-dessus.

Alexis Sanchez (3.5): match indigne de son talent pendant la majorité des 120 minutes, mais il signe malgré tout deux éclairs: une passe pour Vargas non convertie et une tête en prolongations qui frôle poteau de Patricio battu.

Vargas (4): sa mobilité et sa vivacité ont été des atouts face à la lourdeur de la défense centrale portugaise mais il n’a pas été en réussite ni suffisamment utilisé par ses soutiens Vidal et Alexis surtout. Il sort frustré à la 84′ pour Martin Rodriguez qui doit encore se demander comment il a trouvé la barre à la 118′.