1/4 de Finale – Retour | Les notes de Barcelone-Juventus (0-0)

Homme du match : Bonucci (7) : Sa netteté défensive, son application, son abnégation, sa volonté ainsi que toutes ses interventions auront pesé très lourdement sur le jeu offensif des Catalans. Il a su aller au contact quand il le fallait, faisant parler sa puissance et sa rudesse pour fermer la porte aux attaquants, mais aura aussi su anticiper les centres et passes dans sa surface de réparation, repoussant avec une justesse et une sérénité impériale le danger dans les derniers mètres. Il aura su rester concentré tout au long de la rencontre sans jamais flancher pour cadenasser la qualification des siens.

FC Barcelone :

Ter Stegen (6) : Le match de l’allemand se sera résumé à des dégagements souvent plutôt bien ajustés ainsi qu’à 2 arrêts, le premier devant Higuain (38e) ainsi que devant Lemina (87e) dans son angle fermé. Match très tranquille où il n’aura pu qu’assister à la débâcle de ses partenaires.

Roberto (4,5) : Attendu dans un rôle plus offensif pour prendre le couloir et soutenir son équipe, qui se devait impérativement de se jeter vers l’avant, le latéral catalan n’a su trouver le tempo que bien trop tard, cloîtré dans son secteur pendant presque une heure de jeu sans jamais se proposer en soutien et en dédoublement de ses coéquipiers. Il a commencé à monter en fin de match, mais ses ballons et ce qu’il proposait était inintéressant, ouvrant même parfois son couloir aux contre-attaques adverses. Le héros de la « Remontada » face au PSG a été à contre-temps tout au long du match. Remplacé à la 78e par Mascherano.

Piqué (5,5) : Exemplaire dans l’attitude ainsi que dans les gestes tout au long de la première période, assumant pleinement son rôle de taulier tout en proposant sa taille et sa puissance dans le secteur offensif par moments, la suite de sa rencontre ne s’est résumé, faute d’un ajustement tactique douteux, à un match d’avant-centre sevré de ballons dans le camp adverse, à la recherche permanente de se faire solution intéressante ainsi que d’appels judicieux. Soirée en demi-teinte où il n’a pas été capable de peser sur le sort de cette rencontre, faute tout de même de coups de pieds arrêtés.

Umtiti (6) : Le français a une fois de plus fait son match dans le secteur défensif, s’affirmant comme une véritable sécurité par ses interventions défensive millimétrée en toutes circonstances ainsi que ses relances appliquées avec peu de déchets, couvrant une zone importante à cause des montées permanentes de Piqué & d’Alba, et souvent avec brio. Il s’est très peu découvert et a su tenir les contre-attaques turinoises, empêchant à de nombreuses reprises le cuir d’atteindre son portier. Encore une excellente prestation de l’ancien Lyonnais.

Alba (5) : Après une première période très intéressante où il a su, comme il le fait si bien, déborder et créer le danger à de multiples reprises dans son couloir par des appels incisifs, faisant parler sa vivacité et sa pointe de vitesse, ainsi que par des centres travaillés et durs à négocier pour les défenseurs, l’international espagnol s’est complètement effacé dans le second acte, le retrouvant trop rarement comme il l’a fait durant les 45 premières minutes, souvent calfeutré sur la ligne de touche, en manque de condition physique pour continuer à percuter et à peser sur la base arrière italienne. Un match où il aura vite flambé pour mieux se brûler les ailes.

Rakitic (4,5) : Le croate aura lui aussi été parfaitement incapable de se mettre dans le rythme d’une folle remontée. Il n’aura jamais su mettre le coup d’accélérateur ni même le coup de patte décisif qu’on aura pu attendre de sa part. L’ancien Sévillan n’a que sombré au sein d’un milieu de terrain en difficulté, où il avait pourtant de nombreux espaces laissés par le bloc très bas des Italiens, mais il n’a jamais su les prendre. Ses passes furent trop rarement intéressantes et ses provocations inexistantes. Remplacé à la 58e par Alcácer.

Busquets (6) : Le match de la sentinelle internationale espagnole a globalement été plutôt intéressant. Il a su profiter des espaces laissés par le surnombre tactique de son milieu de terrain pour faire monter le jeu par l’axe, orientant souvent le jeu d’une manière intéressante et recherchée et percutant pour casser les lignes et projeter son bloc dans le bon sens. Il a récupéré de nombreux ballons et a toujours su rester solide malgré une glissade à l’entrée de sa surface devant Higuain. Match propre et sans bavure une fois de plus.

Iniesta (5) : Il a mis beaucoup de temps à se montrer, mais le capitaine blaugrana a su se mettre en évidence en fin de partie avec un contrôle du ballon intéressant et des transversales souvent millimétrée et intelligente pour rapprocher le ballon des cages de Buffon. Il a en revanche souvent pris la flotte au milieu, perdu derrière face aux contre-attaques turinoises. Il aura rarement crée le danger d’une manière imminente mais aura souvent su faire monter la balle dans la dernière demi-heure. Un diesel arrivé trop tard pour faire quoi que ce soit.

Messi (5,5) : La « Pulga » aura essayé, beaucoup essayé, mais il n’aura pas su endosser le costume du sauveur comme beaucoup l’aurait espéré. Acclamé par ses supporteurs, qui ont tant bien que mal essayé de le porter vers le front de l’attaque, il sera tombé sur le champ de bataille face au mur d’Italie, incapable de vraiment le percer ni même de faire la différence, souvent maladroit (1 seul tir cadré). Il aura tenté, mais sa vista lui aura fait défaut, incapable de trouver LA solution.

Suárez (4) : Un fantôme errant sur la pelouse sans but, incapable de se défaire du marquage serré de Chiellini et Bonucci, ni même de se lancer, de créer le danger et de se procurer la moindre occasion. Il a été sevré de ballon, cherchant en permanence le contact illicite sans jamais le trouver, réduit à un rôle de poids mort, pesant lourd sur le jeu de sa propre équipe. Un match complètement raté de l’Uruguayen.

Neymar (5) : Il a tenté, beaucoup tenté, énormément tenté même, mais il a aussi beaucoup vendangé, perdant un nombre de ballons incalculable et se montrant trop souvent incapable de réellement créer le danger, à défaut de mettre le feu dans la défense. Ses choix se sont souvent avérés trop illogiques et trop personnels, portant souvent le ballon loin sans jamais vraiment l’embarquer vers le but. On l’aura aussi, comme souvent en situation compliquée, vu frustré, à l’image de son avertissement pour un geste en dehors du jeu sur Chiellini. Performance mitigée où seul la conclusion lui aura manquée.

Juventus Turin :

Buffon (6) : 2 arrêts primordiaux devant Messi (31e) puis devant Mascherano (80e) mais une sortie non maîtrisée et sanctionnable sur corner (66e) auront constitué le match de « Gigi » qui aura la majeure partie du temps regardé le ballon passer au dessus de son cadre. Ses relances ont été globalement bonnes et réfléchies. Prestation simple mais solide où il aura su répondre efficacement aux peu de sollicitations qu’on lui aura proposé.

Alves (5) : Pendant une majeure partie de la rencontre, l’international brésilien aura vécu de très grosses difficultés dans son couloir, notamment face à son compatriote & ami Neymar. Sa rigueur dans les duels fut généralement à remettre en cause tant il s’est souvent dévoilé dans ses interventions, trop dans l’anticipation plus que dans la couverture et la solidité. Ses efforts furent louables mais sa propreté défensive est à remettre en cause.

Bonucci (7) : Voir ci-dessus.

Chiellini (6,5) : « Go go Gorilla » a su faire parler son agressivité, sa fermeté ainsi que sa rigueur dans ce match pour se venger avec la manière de Luis Suárez, l’accrochant en permanence sans jamais se mettre à la faute, l’enfermant constamment au milieu de cette charnière, dominant son duel sur l’Uruguayen. Il a également su se montrer capable d’intervenir dans les pieds quand l’occasion se présentait, souvent avec application malgré une faute dangereuse qui lui vaudra un avertissement sur Suárez (58e). Match solide et rigoureux de l’international transalpin.

Sandro (5,5) : Il ne fut pas monstrueusement sollicité, le jeu blaugrana penchant fortement sur le couloir opposé de Neymar ou sur l’axe pris par Messi. Il a commis quelques fautes et a parfois été pris à revers, notamment à l’écart sur de trop nombreux centres, source principale d’offensives catalanes dans ce couloir. Sa prestation fut globalement discrète mais plutôt satisfaisantes, répondant couci-couça aux rares sollicitations barcelonaises.

Khedira (6,5) : L’ancien du Real Madrid peut sourire, il s’offre le Barça une fois de plus dans sa carrière! L’international n’a qui plus est pas été en reste lors de ce match retour tant il a abattu les courses et les efforts superflus pour faciliter la tâche de ses coéquipiers et fermer son secteur, se mettant souvent sur les lignes de passes pour bloquer les combinaisons catalanes et forcer les exploits individuels. C’est surtout en seconde période, se remarquant aux côtés d’un Pjanic sur les rotules, qu’il s’est mis au four & au moulin, conservant son rôle derrière tout en orientant et en participant aux contre-attaques de son équipe. Il a toutefois eu quelques difficultés dans ses face-à-face et a écopé d’un avertissement (64e) qui lui vaudra une suspension pour la 1/2.

Pjanic (6) : Auteur d’une première période exceptionnelle où il a su orienter le jeu avec maîtrise, abattant surtout un travail ahurissant à la récupération, hésitant rarement à se salir les mains et à aller au contact pour gratter la balle à de nombreuses reprises, se rendant également auteur d’une louche lumineuse pour Higuaín (38e). Mais on a pu remarquer ses limites physiques au cours de la seconde mi-temps, souvent en retard dans ses interventions ainsi qu’en manque de lucidité sur ses sorties de balles. Match en demi-teinte où il aura tout de même su peser à sa manière sur l’issue de cette confrontation.

Cuadrado (6,5) : Le Colombien aura su démontrer une abnégation, une volonté et un esprit de combativité ainsi qu’une véritable envie de gagner et d’apporter sa pierre à l’édifice. Ses efforts en défense ainsi qu’en contre-attaques ont été dantesques. Il a su se contenter d’une manière significative et impressionnante du peu de ballons qu’on lui a laissé pour se mettre à plein temps au service du collectif, donnant tout ce qu’il avait pour son équipe. Match volontaire où il a offert ce qu’on lui a demandé, à défaut de ce à quoi on s’attendait. Remplacé à la 83e par Lemina.

Dybala (5) : Le petit argentin n’a jamais été en vue tout au long de la rencontre. La question de sa titularisation se posait déjà après le coup qu’il a reçu face à Pescara en Série A le weekend même. Il a tenu sa place, faute de tenir son rang. « La Joya » a négocié comme il le pouvait le nombre très limité de ballons qu’il a reçu, faisant parlé par intermittences son talent avec de bons ballons du gauche pour faire progresser le jeu. Match discret pour lui, dont on attendait pas forcément beaucoup ce soir. Remplacé à la 75e par Barzagli.

Mandzukic (5) : Le grand croate n’a lui aussi eu que très peu de ballons à négocier devant, mais son apport de taille au sein de sa surface fut parfois intéressant, notamment sur coup de pied arrêtés. Dans le jeu, il n’est pas souvent redescendu, car son couloir n’a été que rarement sollicité. Match tranquille pour lui où il n’a pas eu à forcer pour que sa formation réussisse son coup.

Higuaín (5,5) : « Pipita » a su gérer avec application le peu de balles qu’il a eu à jouer, se mettant dans la peau d’un avant-centre pivot qui a créer le danger par des transmissions intéressantes plus que par ses talents de finisseur comme c’est souvent le cas. Ses ballons en profondeur ont souvent été appliqués et réfléchis, offrant quelques situations intéressantes à la Juve. Il a endossé un rôle inhabituel mais n’a pas réellement impacté l’issue de la partie, faute de ballons intéressants. Remplacé à la 88e par Asamoah.