AEK Larnaca - Stade Rennais (1-2) : Les notes complètes [Europa League - 1ère j.]

Homme du match : Assignon (non noté) : De lui est venu la lumière. Et de quelle manière ! Il entre à la 83ème à la place de Majer, joue moins d'un quart d'heure et marque le but de la délivrance d'une reprise extérieur droit d'un centre de Sulemana. Il est rentré avec une envie de gagner que ses partenaires n'avaient pas, et ça a payé. Sa rentrée lumineuse, donc, ne masquera pas la nonchalance et la désinvolture de cette équipe qui ne pourra pas s'en sortir miraculeusement en fin de match à chaque fois, comme contre Brest.

 

AEK Larnaca (4-2-3-1)

Piric (6) : Un bon gardien, un jeu au pied spectaculaire, mais aurait pu payer son manque de concentration en début de match avec de grosses approximations. Il effectue néanmoins de belles parades.

Garcia (4) : Un des joueurs de cette équipe à l'accent Espagnol, il n'a pas pu suivre Sulemana et ses jambes de feu, que ce soit sur le côté où il a été régulièrement pris de vitesse, ou lorsque le Ghanéen revenait dans l'axe.

Tomovic (5) : Un des éléments de cette charnière qui a été rugueuse, parfois trop, mais cruciale.

Milisevic (5) : Solide, il a contenu les attaques Rennaises notamment Abline qu'il a complètement muselé, et contribuant à avorter presque toutes les initiatives Rennaises, rendues caduques.

Rosales (6) : Menaçant, omniprésent même sur l'aile droite et mettant en difficulté les deux défenseur gauches du Stade Rennais, Truffert et Meling. A su faire les allers-retours et relayer Faraj. Remplacé par Christoforou (5), dès la pause, heureusement pour les Rennais, car il n'a pas été aussi efficace que son coéquipier Vénézuélien.

Gus Ledes (6.5) : Un tireur de coups de pieds arrêtés exceptionnel, varie ses coups, et important dans le jeu, un match très complet.

Oier Sanjurjo (7) : Contrarie démesurément les Rennais, notamment les milieux de terrain, et égalise. Son but a longtemps permis aux jaunes et verts de Larnaca à croire au match nul voire même à la victoire.

Altman (5.5) : Une présence importante aux avants-postes et de très bonnes transversales que les Rennais ont eu un mal fou à suivre. Remplacé par Gyurcso à la 63ème.

Trichkowski (5) : Le numéro 10 Chypriote n'a pas été le meilleur et sa note est surtout dûe en fait à la stratégie de son équipe, qui était de casser des lignes en faisant des transversales. Sorti à la 79ème pour la rentrée d'un des nombreux Espagnols que compte cette équipe, Pere Pons.

Faraj (6.5) : Ratant parfois quelques occasions, l'ancien Lillois avait cependant décidé de montrer sa valeur à un autre club français.

Olatunji (6) : Très pesant, il n'a jamais laissé ni Rodon ni Theate tranquille, avec un jeu de tête qui a créé ou du danger ou qui lui a permis de conserver la balle.

 

Stade Rennais FC (4-3-3) :

Mandanda (5.5) : Serein, il n'est pas grandement menacé mais a dû rester concentré pour capter les centres et transversales Chypriotes. Doit pourtant soigner son jeu au pied lorsqu'il allonge, sans avoir été aidé par le manque de propositions de ses partenaires.

Meling (4.5) : Dans une position bizarre, un peu assis entre deux chaises avec un défenseur devant lui, il n'a pas su faire grand chose de bien. Défensivement, il est coupable d'un manque d’agressivité sur le but Chypriote, où il se fait manger sur le duel. Sorti à la 58ème pour Terrier, venu se positionner dans l'axe, et Truffert à la place de Meling.

Theate (6) : Son match référence depuis son arrivée à Rennes, il commence vraiment à s'imposer. Buteur, mais désormais coutumier du fait, il reste vigilant dans les airs en défense et se montre souvent dangereux sur corners.

Rodon (5) : Un placement bizarre et une défense pas toujours sereine, résumé de son match mais aussi de son début de saison Rennais.

Traoré (4.5) : A couru mais parfois sans savoir pour aller où, il n'a pas complètement assumé son rôle de capitaine, et aurait dû au moins montrer l'exemple, au mieux râler sur le comportement amorphe de ses coéquipiers.

Tait (3.5) : Absent, mais tout de même sur le terrain. N'a pas plus joué qu'Abline, il n'a vraiment pas fallu compter sur les milieux Rennais et notamment sur Tait. Ce qui faisait la force Rennaise l'an passé est une vraie faiblesse en ce début de saison.

Santamaria (5.5) : Heureusement qu'il était là, car sans lui le Stade Rennais n'aurait pas récupéré beaucoup de ballons. Sans s'illustrer, il livre une copie convenable et guide modestement son équipe dans la pénombre Chypriote.

Majer (4.5) : Ne montrant aucune envie de jouer au foot, très désinvolte dans sa façon de tenir la balle, il a été très différent du joueur merveilleux qu'on avait vu l'an passé. Sorti à la 83ème pour l'entrée du salvateur, l'Homme du Match, Lorenz Assignon, voir ci-dessus.

Truffert (5) : Ailier droit, et oui, il n'a pas été mauvais loin de là à ce poste qui n'est pas le sien, a tenté de jouer et surtout de presser. Replacé à son vrai poste après la sortie de Meling, il a tenté de se projeter vers l'avant mais souvent sans grand succès.

Abline (3.5) : Ah il jouait ? C'est la question que beaucoup d'entre nous se sont posés lorsqu'on s'est rendus compte qu'il était bien sur le terrain, mais le seul moment où on l'a vu c'était... Lors de sa sortie. N'a pas décroché, n'a pas produit de jeu, n'a pas fait d'appels... Match catastrophe, illustration du manque cruel d'avant-centre de cette équipe, avec Kalimuendo et Gouiri blessés, et Laborde vendu. Remplacé dès la 58ème par Bourigeaud.

Sulemana (6) : Il a été l'un des seuls à avoir voulu gagner, en tentant d'accélérer, de se projeter, de créer du danger, du mouvement. Parfois un peu trop gourmand, il parvient toutefois à se créer, tout seul, des opportunités. On ne lui reprochera certainement pas sa niaque de ce soir.

Lire plus