Ligue 1 – 24ème j. | Les notes de Nîmes - Monaco (3-4)

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)


HOMME DU MATCH : ALEKSANDER GOLOVINE (9) Enfin titulaire d’entrée depuis sa grave blessure à la cuisse en octobre, le Russe n’a pas manqué son retour. Et de la plus belle des manières ! En inscrivant un triplé avec trois buts magnifiques. Le premier, sur un service parfait de Ballo Touré, il effectue une superbe reprise de volée à l’horizontale, le deuxième but intervient avec le même passeur, contrôle et frappe sous la barre dans un angle fermé. Enfin, sur un coup franc à l’angle de la surface, il envoie un bijou de frappe enroulée qui finit dans le petit filet opposé. Pour achever l’œuvre et les Crocos par la même occasion, il délivre un caviar à Volland pour le quatrième but monégasque de l’après-midi. C’était bien bel et bien lui le Tsar aujourd’hui aux Costières.

 

Monaco (4-4-2)

 

Lecomte (5) : Encore un match où il n’a pas d’influence décisive. Alors oui il est utile dans son jeu au pied et lorsqu’il se place haut dans un rôle de libéro. Mais sur trois buts il est complètement impuissant voir invisible.

Ballo-Touré (5) : Son début de match a soufflé entre le froid et le chaud. Auteur de deux passes décisives sur les deux premiers buts de Golovin, il a également frôlé le carton rouge pour un tacle agressif sur Benrahou. Jamais placé et souvent en retard, le bilan surtout défensivement est négatif. Remplacé par Caio Henrique (64ème) qui a équilibré l’ensemble.

Maripan (5,5) : Le Chilien a semblé plus en difficulté cette après-midi. Sa relative lenteur est devenue criante lors de ses duels avec Ferhat en première mi-temps. Plus consistant en seconde, il provoque tout de même le coup franc qui amène le but d’Eliasson.

Badiashile (6) : En dessous des dernières sorties, à l’instar de la défense monégasque. Il refait sa spéciale, la boulette qui relance les Crocos, en négociant mal un contrôle pourtant facile, ce qui rend le ballon à Ripart sur le but de Ferhat. Heureusement il a gratifié ses partenaires de quelques passes claquées bien senties, tout en cassant les lignes. Un match mitigé donc. ;

Sidibé (6,5) : L’une des rares satisfactions de la défense monégasque. De l’impact, un sens aigu de l’anticipation, de l’activité pour combiner… Le latéral champion du monde enchainent les bonnes performances.

Fofana (6,5) : Il a tenté comme il a pu de colmater les brêches de sa défense centrale. Ses courses et ses replis défensifs ont fait plus que du bien à toute l’équipe monégasque. Avec du calme et une bonne intelligence de jeu.  Remplacé par Aguilar (69ème).

Tchouaméni (7) : Il ne fait pas un grand match techniquement et son jeu long n’a pas bien fonctionné mais dans l’intensité et la volonté il a été énorme. Un match performant sur le plan mental. Accrocheur, avec un travail de harcèlement sur les manieurs de ballons nîmois, il a pesé au milieu.

Diop (5) : Positionné cette fois en milieu gauche, c’était un jour sans pour le jeune milieu formé à Rennes. Souvent mal placé, en retard dans le repli défensif, il a un peu abandonné Ballo Touré sur le côté. Remplacé à la mi-temps par Diatta (65ème) qui a amené de la solidité défensive mais aussi des solutions devant.

Volland (6,5) : Un vrai match de renard, car on l’a absolument peu vu dans le jeu, mais il arrive à inscrire un but, son douzième, d’un subtil piqué qui donnera un avantage décisif.

Ben Yedder (6) : Un match mi-figue mi-raisin pour l’attaquant monégasque. De bons mouvements, des appels et même un but refusé pour un orteil hors-jeu. Mais il a disparu des radars lors du passage à vide monégasque. Pour bien en jambe, Kovac a préféré le remplacer par Jovetic à la 55ème.

 

Nîmes (4-1-4-1)

 

Reynet (4) : Sa bête noire avait un nom aujourd’hui : Golovin. Difficile d’appréhender son match tant les trois buts du Russe sont somptueux, même si sur le coup franc direct il est tout de même fautif.

Alakouch (6) : Une belle patte technique, qui n’a pas suffi aujourd’hui à faire la différence. Quelques bonnes remontées de balle qui ont mis parfois Monaco sur le reculoir.

Briançon (6,5) : Le véritable patron défensif des Crocos. De belles interventions et de la densité dans les duels aériens, il s’est bien défendu face à Ben Yedder et Volland.

Miguel (5) :  Moins en réussite que son compère de l’axe, où il lâche un peu le marquage sur le deuxième but. Plus à l’endroit dans son jeu dans la dernière heure du match.

Meling (4) : Il avait un sacré client sur son côté, en la personne de Golovin, et on ne peut pas dire que cela se soit bien passé. Souvent débordé et en retard, il sera averti tôt dans le match, ce qui peut expliquer sa discrétion tout le restant de de la partie.

Deaux (6) : L’ancien Rémois était motivé, on l’a senti dès l’entame. Placé un peu plus haut dans le milieu nîmois, c’est lui qui inscrit le but de la remontada après un beau travail de Ferhat. Plus dans le dur au fil du match.

Cubas (5,5) : Placé en pointe basse dans un milieu à trois, il a été intéressant par sa vivacité et sa technique surtout dans le jeu de contre. Remplacé par Fomba à la 72ème.

Ferhat (7) : LE leader technique de cette formation nîmoise. Quel travail de dribbles pour enrhumer Maripan sur le but de Déaux ! Cerise sur le gâteau, il gratifie son équipe d’une égalisation inespérée avec une belle frappe sous la barre. Un match XL pour le joueur algérien.

Benrahou (6,5) :  Un véritable poison. Habile techniquement, il a causé de gros soucis aux Monégasques, provoquant et déroutant par ses driblles, avec Ferhat ils ont fait la paire. Remplacé par Djulevic (87ème)

 

Ripart (5) : Un match solide de l’attaquant, qui aurait pu être récompensé de sa frappe sur le montant, heureusement reprise par Ferhat. Remplacé par Eliasson auteur du troisième but sur un coup franc splendide.

 

Koné (5,5) : Très remuant et véloce, il a considérablement gêné l’arrière garde adverse. Ses courses et son jeu dos au but ont été précieux par séquences.