Croatie - Brésil (1-1, tab 4-2) : Les notes complètes [Coupe du monde - 1/4 de finale]

Homme du match : Livaković (8.5) : On n'a vu que lui. Parfois auteur d'arrêts réflexes, parfois de sorties géniales, de blocages avec les jambes à la sauce Neuer ou gardien de handball, mais toujours absolument parfait dans ses interventions, il a écœuré les Brésiliens pendant 120 minutes... et plus. Comme si ça ne suffisait pas, il arrête le penalty le plus important, le tout premier, histoire de se mettre en confiance et de terminer de démolir celle des Auriverdes. Il qualifie son équipe et postule par la même occasion au trophée de meilleur gardien de la compétition, pourquoi pas ?

Croatie : 4-3-3

Livaković : Voir ci-dessus.

Sosa (5.5) : Il faut lui concéder qu'il a eu un rôle absolument ingrat, à prendre Raphinha puis Antony avec lequel il ne partira sûrement pas en vacances. Mais il s'en est finalement plutôt pas mal sorti. Remplacé par Budimir à la 110ème.

Gvardiol (7) : Avec lui tout est plus simple en défense. Parfois joueur de billard, puisqu'il dévie à la 48ème un ballon sur son gardien pour éviter un but. Il est en train de devenir une des vraies révélations du mondial.

Lovren (4) : La comparaison avec Gvardiol lui sera vraiment peu flatteuse. Sans avoir été mauvais, il a été en difficulté sur plusieurs de ses interventions mais son coéquipier a presque toujours suivi ses quelques approximations.

Juranović (5.5) : Lui n'a pas hésité à monter et a contribué à pousser le bloc Croate vers le haut et le bloc Brésilien vers le bas. Ses courses sur les ailes, bien que parfois infructueuses, dans un match assez peu rythmé, ont pour le moins contribué à déstabiliser les Auriverdes.

Kovačić (6.5) : Un des trois maillons de ce milieu ultra-solide, il a contenu les offensives brésiliennes dans l'axe, les contraignant à passer par les côtés. A cependant un peu trop hésité à se projeter vers l'avant, de fait son équipe a vraiment manqué de projection. Remplacé par Majer à la 105ème.

Brozović (6) : Pierre angulaire au milieu, il a été la caution défensive de la triplette Croate qui a étouffé les tentatives Brésiliennes. Mais attardons-nous également sur l'entrant, Oršić (114ème), qui, après un déboulé sur l'aile gauche, donne le ballon de l'égalisation à Petković d'une passe bien sentie.

Modrić (6.5) : Assez insipide avant la prolongation, il retrouve de l'énergie pour faire des courses vers l'avant et se charge de la mission de leader mental pour réagir urgemment au but Brésilien. Ne tremble pas ensuite aux tirs au but comme tous ses coéquipiers avec un penalty bien tiré.

Perišić (5.5) : L'une des plus grosses occasions de la première période était de son fait, avec un centre qu'il manque de peu, puis a donné de l'aide sur son aile pour enquiquiner Antony qui est rentré un peu trop nerveux.

Kramarić (4) : Marqué a la culotte par la paire Marquinhos - Thiago Silva, il n'a vu que peu de ballons arriver jusqu'à lui et en a payé les pots cassés avec assez peu d'occasions à mettre à son actif. Remplacé par Vlašić à la 72ème.

Pašalić (5.5) : Match assez intéressant de sa part, il a surtout profité des approximations de Danilo pour s'infiltrer dans ce couloir et créer du danger. Auteur de plusieurs centres dangereux, mais a parfois manqué d'un peu de créativité. Remplacé par Petković à la 72ème.

Brésil : 4-2-3-1

Alisson (5) : Chômage technique pour le portier Brésilien qui n'a presque rien eu à faire durant son match. Mais est venue cette 117ème minute, frappe déviée par Marquinhos qui lui échappe. Il ne peut détourner aucun penalty et est impuissant à l'élimination des siens.

Danilo (3.5) : C'était le point faible qu'on avait pu identifier avant la compétition dans cette équipe, et il a confirmé les doutes qu'on aurait pu avoir en lui sur ce match. Mal placé, en retard, manquant de présence offensive, en plus placé à gauche en tant que droitier pour ne rien arranger. Pourquoi laisser Alex Sandro sur le banc ?

Thiago Silva (5) : Encore un échec pour lui, décidément. Après 2014 et la fesse contre l'Allemagne, 2018 et l'élimination en quarts face à la Belgique, c'est la Croatie qui lui causera du tort aujourd'hui, après un match maîtrisé de sa part pourtant.

Marquinhos (5.5) : Un bon match bien qu'il perde confiance en fin de match, avec une frappe malencontreusement détournée dans son but et un penalty sur le poteau qui élimine son équipe, un bilan cruel pour lui.

Militão (5.5) : A passé tout son match à défendre, et bien défendre, mais n'a presque pas attaqué, coup de main que Raphinha aurait sûrement apprécié. Remplacé par Alex Sandro à la 105ème, gaucher, pour remettre Danilo à droite sur son bon pied.

Casemiro (4.5) : Ce ne sera pas son meilleur souvenir en équipe nationale, et ça n'a surtout pas été son meilleur match. Des fautes, des interventions en retard, un jaune qui l'a embêté pendant toute la rencontre, malgré de bonnes sorties de balles, ça n'a pas suffi.

Paquetá (6) : L'élément liant de cette équipe qui comptait avec lui autant d'attaquants que de défenseurs. A été le trait d'union dans une équipe qui manquait un peu de milieu, à tout fait sur le terrain et a tenté de porter le ballon. Tenté, car il s'est souvent cassé les dents sur un bloc Croate très discipliné. Remplacé par Fred à la 105ème.

Vinícius Jr. (4) : Étouffé par un omniprésent Juranović, il a connu un match très compliqué lors duquel il n'a jamais vraiment pu passer son défenseur. Quelques mouvements offensifs intéressant et des prises de vitesse un peu plus nombreuses au retour des vestiaires mais ça ne suffit pas à Tite pour le laisser sur le terrain. Il est remplacé par son coéquipier en club, Rodrygo à la 64ème, qui rate le premier penalty le plus important au vu de la tournure des événements ensuite, en butant sur un Livaković dans la forme de sa vie.

Neymar (5) : Placé dans le cœur du jeu, en numéro 10, et identifié comme menace principale évidemment, il a souffert de la prise en tenaille des 3 milieux centraux Croates qui ne lui ont pas permi de développer son jeu, et son équipe entière, privée de meneur de jeu, en a fait les frais.

Raphinha (5) : Assez transparent, l'ancien joueur du Stade Rennais n'a pas ne serait-ce que fait bouger Sosa, aidé par les retours de ses camarades et toujours en supériorité numérique face au Brésilien. Pas aidé non plus par le peu de montées de Militão, il est remplacé par Antony à la 56ème minute de ce quart de finale.

Richarlison (4.5) : A fait ce qu'il a pu face à un bloc qui s'est presque toujours refermé à une vitesse supersonique devant lui. Illustration à la 20ème, après un bon mouvement, le temps de faire un contrôle et de se retrouver avec deux Croates dans le dos. Remplacé par Pedro à la 84ème.

Lire plus