Accueil * Copa América 2019 * Copa América – 1ère j. | Les notes de Brésil – Bolivie...

Copa América – 1ère j. | Les notes de Brésil – Bolivie (3-0)

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

L’homme du match : P. Coutinho (7) : le barcelonais, n’est pas le numéro 10 attendu par les brésiliens; il est pourtant placé dans l’axe, derrière ses attaquants, mais il n’y arrive pas, n’y arrive plus. Il perd même le ballon sur des contrôles ratés, sur des passes qui tardent à venir il s’empale sur les défenseurs. C’est dommage, un si beau joueur, en souffrance, ça fait mal à voir. Il manque d’engagement, de tonicité balle au pied. Il peut même se montrer maladroit et prendre un carton jaune pour un coup de coude à la 66ème. Alors la seconde période fut meilleure pour lui, il prend ses responsabilités sur le pénalty et le transforme et marque le deuxième but de la tête, au bon endroit, pour finir un des rares beau mouvement offensif du Brésil.

Brésil (4-3-3)

A. Becker (6) : le gardien liverpoolien avec 35 sélections garde ses buts sérieusement, mais comment noter un joueur qui n’a rien a faire pendant 95 minutes; disons que le peu qu’il a eu à faire a été bien fait : les 6 mètres, accompagner le ballon en sortie de but et même arrêter un tir au sol, sur sa gauche, en fin de match.

D. Alves (5) : le capitaine de la Seleçao n’a pas été un leader remarquable ; il a même failli dans ses transmissions vers ses attaquants, en balançant des ballons vraiment trop longs, trop souvent directement en sortie de but. Certes il ne bénéficie pas de bons appels de ses attaquants, mais le trentenaire doit hausser son niveau avec la liquette brésilienne sur les épaules.

T. Silva (5,5) : le parisien avec déjà 34 ans au compteur, tranquille sur ses bases arrières avec son compère habituel en club; trop tranquille même, comme à son habitude, il ne monte quasiment jamais, pourtant face à des adversaires vraiment faibles, il aurait pu prendre plus de risques. Ses montées ont été sur corner, dont une tête de peu à côté dès la 10ème.

Marquinhos (6) : le second de la charnière parisienne, apportera lui aussi un peu de danger sur les corners, notamment par une tête directement sur le gardien à la 76ème. Il se projette plus que son compère vers l’avant, propose des ouvertures sur les côtés et récupère haut les seconds ballons. Le brésilien doit, lui aussi, prendre plus de risques.

F. Luis (6) : le latéral gauche de l’Atlético de Madrid de 33 ans, tient bien défensivement son côté gauche et se permet de temps à autre quelques montées, pour délivrer des centres dangereux. En bon trentenaire, gestionnaire, il dose ses efforts, en début et en fin de chaque période, il monte, combine et lâche des centres pour la tête de Firminho ou Coutinho.

C. Casemiro (5,5) : le madrilène a rempli son rôle de concassage des petits boliviens. Impossible pour eux d’aligner trois passes, parce que Casemiro veille au grain ; sans forcer, il fait parler les muscles et sous la chaleur de Rio, les boliviens n’ont pas fait le poids.

Richarlison (6,5) : le grand espoir brésilien de 22 ans, basé à Everton a été le brésilien le plus en vue en première mi-temps, souvent dans les bons coups. Il a été le plus tonique, provoquant balle au pied des décalages par des courses décisives. C’est lui qui amène le pénalty sur un centre, dévié par une main d’un défenseur. Il s’est montré toutefois trop brouillon pour apporter un réel danger. Il est remplacé à la 83ème par Willian, le joueur de Chelsea.

P. Coutinho (7) : voir homme du match.

Fernandinho (6) : le citizen de 34 ans, peu habitué à ce poste en club, habituellement plus bas et devant sa défense, est positionné en milieu-droit ; il fait le lien entre le milieu et les attaquants, mais ses ballons sont souvent trop longs, peu ajustés et échappent à Firminho. Il arrivera mieux à combiner avec Richarlison en profondeur ou Coutinho au milieu du terrain.

R. Firminho (5,5) : l’attaquant de pointe de Liverpool, lui non plus n’est pas le grand numéro 9 que le Brésil attend. Alors il dézone, participe au jeu, mais ne pèse pas, ne se crée pas d’action, c’est pourtant ce qu’on demande à une pointe. Malgré tout, il est l’auteur d’une passe décisive, sur le deuxième but, grâce à un centre côté droit pour une tête de Coutinho. Il est d’ailleurs remplacé par G. Jesus à la 64ème.

D. Neres (7) : l’autre homme du match, le jeune attaquant de 22 ans qui nous a régalés en Ligue des Champions avec l’Ajax, se colle à sa ligne gauche, en gaucher typique, à l’ancienne ; il démarre doucement la rencontre et monte petit à petit en puissance, il est le plus dangereux avec Richarlison en première mi-temps. Il est remplacé par Everton, joueur du Gremio, à la 80ème, qui fait une entrée remarquée. C’est la bonne surprise du match; avec des débordements ravageurs sur la gauche, il marque le plus beau but, le troisième à la 84ème, après une course sur le côté, il repique au centre, double feinte de frappe, et, tout en puissance, frappe enroulée vers le poteau droit opposé.

Bolivie (4-4-1-1)

C. Lampe (4,5) : le gardien, 1m92, 32 ans, doyen de cette équipe de Bolivie, il fut maladroit sur ses dégagements qui partent directement en touche, voir pire, sur un brésilien, à la 29ème, sur Richarlison. Il n’eut qu’un seul arrêt à faire en première mi-temps. Par contre la seconde mi-temps fut, dès le début, terrible avec deux buts, coup sur coup, à la 50ème et la 52ème. Il se reprend par la suite mais ne peut empêcher la superbe frappe de Everton de faire mouche en fin de match.

M. Bejarano (3) : le capitaine bolivien, sur son côté gauche, a été en souffrance dès le début du match. Face à l’impact physique de Fernandinho, la vitesse de Richarlison ou Firmino, il a été incapable de proposer une solution à ses partenaires. A l’image de son équipe, il n’a pas réussi à aligner trois passes : la Copa America va être longue pour la Bolivie.

A. Jusino (4) : le défenseur central, 26 ans, s’est trouvé un difficulté pendant tout le match. Il a gardé ses partenaires regroupés devant le but, empêchant les brésiliens de combiner, mais incapable de relancer proprement lorsqu’il récupérait le ballon.

L. Haquin (3,5) : le jeune défenseur central droit, de 21 ans, ne s’est pas montré plus à son aise que son homologue en défense centrale. Il dégage le ballon sur quelques centres délivrés par P. Luis ou D. Neres. Sur le deuxième but de Coutinho, il suit mal l’attaquant qui n’a plus qu’à mettre le ballon dans le but vide.

D. Bejarano (3,5) : Diego, 27 ans, habituellement milieu de terrain, ici assure le poste de latéral droit et il a souffert sur les montées de Neres, l’un des brésiliens le plus actif et le plus rapide de la partie. Il essaie pourtant en fin de match de créer le danger en remontant sur son côté droit.

E. Saavedra (3,5) : le milieu droit a essayé de sortir balle au pied, mais il a subi trop souvent la loi physique des brésiliens. Il n’a pas pu donner d’air à son équipe, étant incapable de donner le ballon proprement. Il est logiquement remplacé par L. Vaca à la 63ème.

F. Saucedo (4) : le bolivien de 29 ans essaie de faire le tampon entre la défense et l’attaque de son équipe mais avec peu de succès, il est systématiquement pris par Fernandinho ou Casemiro. Il prend un carton jaune à la 20ème, pour un tacle en pressant haut ; il est remplacé à la 58ème par D. Wayar.

L. Justiniano (4) : c’est lui le préposé aux coups de pied arrêtés. Il ne les tire pas si mal, mais il cherche souvent le second poteau et ne touche que très rarement un partenaire. Plusieurs fois il cherchera son attaquant de pointe directement, en pensant faire remonter le bloc équipe, mais cette tactique n’a pas marché ce soir.

A. Chumacero (3,5) : il arrive parfois à travailler et provoquer sur son côté gauche, mais ne trouvant personne, il se fait rattraper par la patrouille et perd systématiquement le ballon.

R. Castro Penaloza (4) : positionné derrière l’attaquant de pointe, il essaie tout de même de presser haut, et combine avec Justiniano derrière et Moreno devant, quand il peut. Cependant il perd trop souvent et trop rapidement le ballon. Il s’illustre par une frappe mais sans danger qui passe à droite des buts, à la 41ème. Il est remplacé à la 74ème par R. Vaca.

M. Moreno Martins (4,5) : l’attaquant de pointe, de 31 ans, ancien pensionnaire de clubs européens comme le Shaktior, le Werder, auteur de 15 buts en 65 sélections, a eu beaucoup de mal ce soir; bien pris par la charnière centrale, il s’est battu dans ses contrôles en vain. Il a voulu presser haut pour récupérer le ballon près des buts adverses car son équipe était incapable de construire, mais cette tactique n’a pas marché, faute à des joueurs trop limités footballistiquement.

BARRBOUZ

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Loading...