Suspension du match OGC Nice vs OM, quelles sanctions risquent les différents acteurs ?

Recrudescence des incidents lors des Matchs de l’OM

Le 8 août dernier, l’Olympique de Marseille commençait sa nouvelle campagne dans le championnat national par un déplacement à Montpellier. Une rencontre âprement disputée qui a vu les Marseillais s’imposer 3 buts à 2. Le déroulement de la rencontre a été entaché par des incidents de jet de projectiles intervenus à la 89ᵉ minute. Cela a obligé l’arbitre de la rencontre, Jérémie Pignard, à renvoyer les 22 acteurs aux vestiaires. Après une interruption momentanée, la rencontre a pu reprendre dans le calme jusqu’à son terme. Il y a eu deux interpellations dans le rang des supporters montpelliérains mettant ainsi un terme à cet incident.

Le week-end suivant se déroulaient les rencontres de ligue 1 comptant pour la 3ᵉ journée de championnat. Les Marseillais se déplaçaient sur la pelouse des Niçois, un concurrent direct pour les places européennes la saison prochaine. Tous les fans de football et les téléspectateurs en France comme en Belgique ont été stupéfaits à la 75ᵉ minute du match lorsque les supporters de l'OGC Nice sont entrés sur le terrain.

Ces débordements feraient suite à une scène entre l'attaquant de l'OM, Dimitri Payet, qui aurait reçu des projectiles en essayant de jouer un corner, et les supporters niçois. Ce dernier a renvoyé l'objet, qui était une bouteille d'eau, dans les tribunes en proférant des paroles qui n'ont pas été appréciées par les supporters niçois. C’était le début d’une heure et demie d’interruption du match par l’arbitre de la rencontre. Il a fallu que les officiels et le président niçois gèrent la crise et calment les supporters très remontés.

Des sanctions exemplaires pour mettre fin aux incidents

À la fin des échauffourées, c’est avec une grande tristesse qu’on retrouve des images de joueurs marseillais dont l’intégrité physique a été atteinte. Des actes que l’on ne devrait pas retrouver sur un terrain de football. Ces dernières années en Europe, le championnat de France est devenu le témoin de tels incidents qui opposent soit les joueurs des deux équipes ou les joueurs et spectateurs adverses.

En ce qui concerne le match de Marseille contre OGC Nice, une rencontre a eu lieu ce mercredi 25 août avec les dirigeants de la ligue. Le préfet des Alpes-Maritimes en préludes des sanctions qui découlent de l’audition par la commission de discipline de la Fédération Française de Football a pris des sanctions à son encontre. Il s’agit de la fermeture de la tribune Populaire Sud, où a débuté le débordement, pour quatre matches en attendant une prolongation de la durée de fermeture ou carrément une extension à un huis clos général.

Outre le huis clos, certains supporters niçois risquent la suspension des stades, grâce à la vidéo qui permettra de les identifier s’ils ont pris part aux échauffourées. Côté marseillais, on peut prétendre à une victoire sur tapis vert. Dimitri Payet et Alvaro Gonzalez, les deux joueurs qui ont participé à l’incident, risqueraient des sanctions financières, mais aussi des suspensions de match.

Les sanctions qui devraient résulter de cette situation doivent être exemplaires pour dissuader les supporters et les joueurs de ce type de comportement à l'avenir.