Inter Milan - Empoli (4-2) : Les notes complètes [Serie A - 36ème j.]

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)


Homme du match : Lautaro Martinez (8) : GOLEADOR ! Doublé de Lautaro dans un match crucial, et quel doublé ! Un premier but très dur à inscrire et un second d’une volée encore une fois. Il sauve en partie l’Inter d’une grande désillusion. Si il garde son niveau jusqu’au bout les nerazzuri peuvent croire au Scudetto.

Inter Milan

Samir Handanovic (5,5) : Deux tirs cadrés, deux buts, pas facile pour lui ce soir heureusement son équipe a su réagir pour rester dans la course au titre.

Milan Skriniar (6,5) : Un monstre de physique en défense qui a pesé lourd dès qu’il passait quelque part. Au milieu, derrière, ou même en zone offensive, sa présence s’est faite sentir. C’est lui qui récupère le ballon du troisième but notamment. Un patron qui fait du bien à toute une équipe dans un saison palpitante comme celle ci.

Stefan de Vrij (6) : Toujours un poil transparent, plus en retrait que les autres (aussi du à son positionnement), il n’est pourtant jamais ou rarement dépassé. Aujourd’hui par contre il faute sur le deuxième but d’Empoli, hormis cela il a été plutôt solide.

Federico Dimarco (6,5) : Il fait son trou en défense centrale de l’Inter. Constant dans ses performances le latéral devenu axial est vraiment bon en ce moment. Son centre amène le premier but (contre son camp de Romagnoli).

Denzel Dumfries (6): Très haut sur le terrain, plus ailier que piston ou latéral, il a fait preuves de choix parfois discutables mais aura apporté une aide et une disponibilité, y compris sur des centres, précieuses. Remplacé par Matteo Darmian à la 77’

Ivan Perisic (7,5) : On ne sait plus quoi dire tant Perisic enchaîne les très bonnes performances récemment. Ce n’est pas pour rien qu’il est titulaire indiscutable depuis octobre dernier, il a démarré toute les matchs par la suite. Il est l’un des plus réguliers, des plus constants, et des plus performants, et ce encore aujourd’hui. Ni buteur ni passeur pour la première fois en Serie A depuis la 31ème journée (nous sommes à la 36ème!) cela ne l’a pas empêché d’être très influent et offensif mais aussi d’attirer le jeu de son côté en alternance avec Dumfries.

Marcelo Brozovic (6,5) : Régulateur du jeu milanais, il décide par ses passes précises du tempo à donner. Le croate n’a pas été le joueur le plus mis en valeur lors de ce match mais comme depuis des années il est un joueur clé de l’Inter.

Nicolo Barella (7) : II a rapidement haussé son niveau de jeu à l’image de ses coéquipiers en général. Un match de joueur confirmé, comme si il était déjà le leader de l’Inter notamment du à sa forte personnalité, il est vraiment le visage de l’équipe d’Inzaghi. Espérons pour la SerieA que Barella reste le plus longtemps possible !

Hakan Calhanoglu (7,5) : Superbe match du turc qui a été quasiment paraît techniquement, comme le prouve son centre en retrait qui devient passe décisive. Il est le seul capable de réaliser une telle inspiration. L’ensemble de son match est très bon, entre sérénité et justesse. Sorti pour Arturo Vidal à la 70’.

Lautaro Martinez (8) : GOLEADOR ! Doublé de Lautaro dans un match crucial, et quel doublé ! Un premier but très dur à inscrire et un second d’une volée encore une fois. Il sauve en partie l’Inter d’une grande désillusion. Si il garde son niveau jusqu’au bout les nerazzuri peuvent croire au Scudetto.

Joaquin Correa (6) : Pas à la hauteur de Martinez certes mais néanmoins performant et utile. Relativement peu trouvé il a fait ce qu’il a pu. Il cède sa place à Alexis Sanchez à la 82’.

Empoli

Guglielmo Vicario (7) : Il aura fait espérer ses supporters par ses beaux arrêts, mais n’a rien pu faire contre l’armada offensive adverse.

Riccardo Fiamozzi (6) : Confronté à Perisic il l’a empêché par moment de passer, pas tout le temps. Fautif sur le troisième but où il relance en plein sur Lautaro. Il avait été intéressant en première période pourtant. Remplacé par Marco Benassi .

Simone Romagnoli (6) : Malheureux buteur contre son propre camp le capitaine peut s’en vouloir tant il a relancé le match, pour autant il fait aussi parti de ceux ayant réalisé un gros début.

Sebastiano Luperto (6) : Constat similaire (sans le csc..) pour un joueur auteur d’une gross epremière demi heure avant de s’effondrer progressivement.

Fabiano Parisi (5) : Pas un grand match pour lui, dépassé par Dumfries qui est certes difficile à canaliser.

Leo Stulac (6) : Comme ses coéquipiers il aura cru réaliser l’une des perf’ de l’année malheureusement la suite s’est révélée plus compliquée. Dommage pour lui qui n’a pas été intrinsèquement mauvais, au contraire. Il cède sa place à Ardian Ismajli à la 69’.

Szymon Zurkowski (6,5) : Double passeur décisif si Pinamonti n’était pas hors -jeu, néanmoins sa première passe d’un très bon centre est parfaite et a lancé de la meilleure des manières Empoli. Intéressant dans le jeu le polonais est un vrai talent parfois encore un peu trop juste. Remplacé par Liam Henderson à la 61’

Filippo Bandinelli (5,5) : Il est passé trop souvent à travers mais comment lui en vouloir quand il devait affronter Brozovic Barella ou encore Dumfries.

Kristjan Asllani (6,5) : Encore une, et oui encore une pépite à découvrir en SerieA. Joueur incroyable, son but tout en finesse le prouve. Normalement placé en tant que milieu plus défensif, il était aujourd’hui plus haut mais cela n’a pas semblé le perturber au contraire il s’est bien adapté à ce nouveau poste. Beaucoup plus muet en seconde période, il reste un talent à surveiller.

Nedim Bajrami (6) : Un peu mis de côté par les prestations des deux autres offensifs, il a effectivement été moins visible qu’eux, cependant il s’est montré utile lors des 60 minutes qu’il a joué. Remplacé par Federico Di Francesco lui même contraint à sortir quelques minutes plus tard pour une blessure (Patrick Cutrone le remplace)

Andrea Pinamonti (6,5) : L’enfant de l’Inter a failli jouer un mauvais tour à son club formateur en inscrivant le premier but dès la 5ème minute ! Il est même à deux doigts d’enfoncer le clou à la 10ème lors d’un début de match idyllique d’Empoli mais il était hors jeu. Peu trouvé en bonne position il ne peut que regarder son équipe encaisser 4 buts.

Lire plus