Ligue 1 – 17ème j. | Les notes de Strasbourg – Caen (2-2)

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match : Thomasson (7) : Parfaitement intercalé entre les lignes défensives caennaises, Thomasson a rendu une copie très satisfaisante cet après-midi. Malgré quelques petites approximations techniques, il a été dans tous les bons coups et a délivré des superbes caviars pendant une grosse partie de la rencontre, dont deux victorieux pour Martinez puis Mothiba. Idéal pour s’ouvrir l’appétit avant les fêtes de fin d’année.

 

Strasbourg (3-5-2)

 

 

Sels (5) : En s’inclinant sur le premier tir cadré normand faisant suite à une mauvaise relance aux poings, le portier alsacien n’a pas entamé son match de la meilleure des manières. Et s’il a ensuite rectifié le tir en se montrant décisif sur un coup de boule à bout portant de Beauvue, ses quelques mésententes avec sa charnière centrale auraient pu coûté plus que des suées froides évitables.

 

Koné (6) : Qui a dit que les centraux ne pouvaient pas se permettre des extérieurs et des talonnades à 30 mètres des buts adverses ? Certainement pas Koné, qui s’est régalé offensivement pendant tout le premier acte. Il a également fait preuve d’une sérénité certaine, histoire de prouver sa polyvalence.

 

Mitrovic (5) : De retour à la Meineau après deux matchs de suspension, le numéro 13 a eu la poisse de louper un dégagement défensif coupable du second but malherbiste. Dommage, car la performance du capitaine relevait jusque-là du satisfaisant.

 

Martinez (6,5) : On ne l’arrête plus de scorer. Celui qui n’avait pas encore marqué en Ligue 1 il y a encore une semaine vient de planter son deuxième but en trois journées, et avec la manière. Son superbe déboulé n’est pas la seule satisfaction personnelle du jour, puisque Martinez a également parfaitement maîtrisé sa défense et aligné les transversales avec précision.

 

Lala (5,5) : Fait rare : on l’a moins vu que son pendant côté gauche. Il faut dire que Lala avait un certain client en défense, en la personne d’Armougom. A néanmoins offert plusieurs ballons intéressants, comme ce superbe parpaing dans la course de Thomasson en première période.

 

Sissoko (5) : Il est toujours aussi précieux dans la conservation du ballon et la récupération. Cela dit, l’écrasante possession strasbourgeoise du premier acte l’a un peu dépossédé de cette deuxième tâche. Son habituelle biscotte et son petit loupé dans la surface adverse à cinq minutes du terme ternissent un peu son match.

 

Martin (6) : Il a été le parfait lien entre une défense à trois et les éléments offensifs, assurant les relais et permettant à l’ensemble du bloc équipe d’évoluer très haut. Un rôle aussi précieux que cruel, puisqu’assez peu mis en avant. Le bougre comptait certainement sur son troisième péno en sept jours pour redevenir le héros du jour, avant que l’arbitre n’invalide sa décision. Cruel, on vous dit.

 

Thomasson (7) : Voir ci-dessus.

 

Caci (7) : Il n’y a pas que Lala pour faire chavirer les coeurs strasbourgeois. Le jeune piston gauche a réalisé une prestation XXL et a gobé absolument tous les ballons qui passaient sur sa ligne. Il aurait pu, lui aussi, finir avec deux passes dé’ au compteur si Mothiba ou Corgnet avaient été plus réalistes. Pour la prochaine fois, alors ? Remplacé par Liénard, venu botter un coup-franc de la dernière chance sans le cadrer.

 

 Corgnet (5,5) : Poil à gratter de la défense normande, Corgnet a su profiter à fond de son hyperactivité pour gêner considérablement le placement défensif adverse. Certainement un peu moins frais lors du second acte, l’ancien Dijonnais a eu plus de mal et s’est plus illustré par des mauvais choix et de la maladresse. Logiquement remplacé par Nuno Da Costa, venu se mettre sous les roues du colosse Diomandé.

 

Mothiba (6,5) : Beau joueur, il a préféré chauffer les gants de Samba avant de le crucifier d’un piqué un poil humiliant. Histoire qu’on puisse lui greffer le qualificatif « soyeux » à côté de ceux déjà has-been de « bonne pioche », « volontaire » et « présent ». Remplacé par Ajorque, qui est plus au RSA qu’au RCSA.

 

Caen (4-1-4-1) 

 

 

Samba (6,5) : S’il en prend deux, c’est parce que les offensives strasbourgeoises étaient fulgurantes. Un terme qui correspond beaucoup moins à l’impression laissée par la défense du portier, souvent un peu seul à sauver son camp. Sa dernière claquette, absolument extraordinaire, offre au moins une certitude : à Caen, on peut encore croire au Père Noël.

 

Armougom (6) : Il a été de tous les bons coups offensifs et a maîtrisé Kenny Lala. Auteur du centre sur le premier but, il offre également une bonbon en or à Beauvue avant la mi-temps. Armou-gum.

 

Baysse (5) : Son style capillaire, ses rushs magnifiques et ses interventions soixantes mètres devant ses cages sont directement influencés par son idole, David Luiz. Mais d’où peuvent bien venir ses errements et sa lourdeur lorsqu’il s’agit de défendre les contres ?

 

Guilbert (4) : Pas simple de jouer en charnière, surtout quand il faut remplacer Djiku. Il suffisait de le dire pour que Mercadal le repositionne dans le couloir en seconde période. Et ça va beaucoup mieux.

 

Gradit (5,5) : Parfois pris à défaut mais souvent concentré pour réparer ses erreurs, Gradit a également relativement bien utilisé le ballon sur les situations offensives normandes. Remplacé par Khaoui, venu rafalé Sels sans sommation.

 

Diomandé (4) : Comme le numéro de son maillot. Il faut dire que le pauvre Ismaël était bien seul à contenir les cinq milieux strasbourgeois en première période, pendant que ses petits camarades couraient derrière. A eu le mérite de ne pas prendre de carton jaune, ce qui déjà un bel exploit.

 

Bammou (4) : Le couloir ne lui convient pas beaucoup. Du coup, il a pris le banc. Remplacé par Joseph, qui, comme son nom ne l’indique pas en cette période de Noël, tractait le ballon comme un boeuf.

 

Fajr (6) : Leader technique bien trop peu en vue lors de la première période, Fajr rectifie le tir en en mettant un tendu dans le petit filet de Sels. Il s’est ensuite bien amusé sur corners, en humiliant quelques défenseurs strasbourgeois. Facile, Fajr.

 

Oniangué (5) : Peu à l’aise avec le ballon ce dimanche, Oniangué a toutefois été intéressant dans la récupération. Tout petit Prince.

 

Beauvue (5,5) : 5,5, dont au moins 2 pour ce coup de casque signé Air Beauvue. A part ça, le vide absolu malgré des efforts et des courses pendant 80 minutes. Remplacé par Zahary l’Indien et son Petit Tonnerre de high-kick  venu botté le faciès d’Ajorque.

 

Tchokounté (5) : Attaquant de pointe, sans vitesse de pointe. Ce qui est un gros problème quand toutes les offensives caennaises sont des contres et que celles de Strasbourg viennent de défenseurs peu agressés au pressing. Demandez donc à Martinez.

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.