Ligue 1 – 14ème j. | Les notes de Strasbourg – Nîmes (0-1)

- Tour d'horizon du football sur Twitter - Continuez vers le bas pour l'article -

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match : Bouanga (7) :  Le Nîmois le plus actif de la partie. Il a sans arrêt pris de vitesse ses vis-à-vis, est à l’origine et/ou à la conclusion de 80 % des actions gardoises de ce soir. 

 

Strasbourg (5-3-2)

 

Sels (6,5) : Impeccable dans sa surface et auteur de plusieurs arrêts décisifs en première période, le Belge a été très solide. Il doit le but nîmois à sa défense, qui l’a lâchement abandonné. Une petite faute de main de Matz toutefois, histoire de rajouter un peu de Sels. Et pendant ce temps, Courtois vient de bouffer huit pions en deux matchs.

 

Aaneba (5) : La première fois est jamais facile, mais le numéro 33 n’avait déjà plus le droit à cette excuse. Et si son baptême du feu en pro face à Lille s’est plutôt bien passé, Aaneba a dû un peu moins apprécier son match de la soirée, entre imprécisions techniques et mauvais choix offensifs. A noter tout de même, un centre dangereux pour la botte de Jonas Martin et les gants de Bernardoni lors dy second acte. Touché et remplacé par Youssouf Fofana, présent.

 

Koné (6) : Un vilain coup de crâne, capté par ce diable de Bernardoni. A part ça ? Pas grand-chose, le central gère son match et rattrape quelques petites inattentions. Tu Koné.

 

Mitrovic (4,5) : A la limite de crocheter Bouanga et d’offrir un péno aux Crocos, à la limite de reprendre victorieusement un corner de Thomasson. Ensuite, il oublie Lybohy dans sa surface avant de prendre un vilain rouge en fin de match. Pas de doute, Mitrovic est un homme actif sur tous types de surfaces. Monsieur Pas Propre.

 

Martinez (5,5) : Sur tous les ballons. Tous. Et ensuite sur Ferri, parce que Martinez avait sacrément faim.

 

Lienard (4) : A 31 ans, le briscard de l’Est n’a pas encore perdu ses jambes. Il a montré énormément dans un rôle inhabituel de piston droit, donnant des sueurs froides à Ripart. Seulement voilà, Liénard a 31 ans. Et le second souffle, ça ne dure qu’une mi-temps.

 

Martin (5,5) : Souvent très bas pour relancer les phases de jeu de sa formation, Jonas Martin s’est également régulièrement montré sur le front de l’attaque avec notamment une reprise quasi à bout-portant sauvée par Bernardoni. Partout à la fois, comme deux frères siamois. Jonas Brothers.

 

Sissoko (5) : Parfois, on ne le voit pas trop. Et boum : un crochet, un double contact et un rush de vingt-cinq mètres. Plus technique que Ronaldinho, Ibra Sissoko. Remplacé par Corgnet, qui a tenté un lob en pleine surface de réparation, tout de même.

 

Thomasson (4) : Mises à part quelques tentatives de combinaisons et quelques inspirations comme cette passe de Martin qu’il laisse pour Da Costa en première période, Thomasson n’a pas eu la présence qu’on peut attendre d’un numéro 10. L’ancien Canari a rappelé à la mi-temps que Laurey a particulièrement insisté sur l’activité des ailes. Mouais.

 

Zohi (4,5) : Des efforts, de l’activité mais un manque de réalisme assez décevant. Remplacé par Mothiba, qui a tenté de faire trembler l’inamovible Lybohy. Sans succès.

 

Da Costa (4,5) : Grosse activité hors de la surface pour lui aussi. Son jeu dos au but est aussi très intéressant. Le point négatif maintenant : ses frappes ont ressemblé à ce que Jonny Wilkinson pouvait faire de mieux avec le XV de l’Angleterre. Ce qui reste tout de même un bel hommage, à tout juste six mois des 40 ans de Wilko.

 

Nîmes (4-3-3)

 

Bernardoni (7) : Encore un gros match de la part de Bernardoni, dont le potentiel ne cesse de se confirmer depuis son arrivée au NO. Et en plus, il est chauve comme tous les plus grands.

 

Ripart (5) : Son match a été loin d’être facile, d’autant plus qu’il s’est heurté à un Liénard des grands soirs en première période. Il a tenté quelques percées offensives, sans grande réussite.

 

Briançon (5,5) : Le défenseur a rendu une copie correcte, même s’il a montré quelques signes de faiblesse dans les duels aériens notamment.

 

Lybohy (6,5) : Remplacer Landre ne devait pas être facile, surtout dans une période sportive un peu triste pour les Crocos. Qu’importe, Lybohy a le cuir solide : il le sacrifie sur une demi-volée de Da Costa avant d’offrir l’ouverture du score nîmoise sur corner. Il a ensuite été très solide face à Mothiba.

 

Paquiez (6) : Disponible sur le front de l’attaque, il chauffe les gants de Sels sur une très belle brioche enroulée au ras du poteau. Pasquier.

 

Bobichon (6) : Il a été à l’origine de nombreuses contre attaques gardoises, ce qui explique que le jeu ait eu tendance à sérieusement pencher de son côté. Remplacé par Ferri, venu claquer quelques frappes et aiguiser les dents des Crocos. Plein de rage, c’est lui qui sonne la charge de sa désormais nouvelle équipe. Welcome Home, JF6.

 

Savanier (5,5) : Téji a encore très bien distribué le jeu sur les contres nîmois, et s’est permis comme à son habitude quelques grosses mines pas forcément cadré. Un match de « Couille ».

 

Valls (5) : Il met le premier sang en fusillant Sels en tout début de match. Mais il s’éteint progressivement comme Manuel.

 

Thioub (6,5) : Omniprésent en attaque, il a été, comme son pendant gauche, disponible et régulièrement dangereux. Remplacé par Despres, venu faire le dixième défenseur.

 

Guillaume (4) : Le NO a eu les occases pour prendre le match à son compte. Mais s’il a dû attendre le coeur de la seconde période pour ouvrir la marque, il regrettera certainement le manque de réussite de son avant-centre, qui a globalement passé une soirée à oublier. Le Giroud du pauvre. Remplacé par Alioui, venu raser au laser le poteau gauche de Sels.

 

Bouanga (7) : Voir ci-dessus.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.