* Copa Libertadores (C1 - AmSud) *

Copa Libertadores – Finale | Les notes de River Plate – Flamengo (1-2)


Homme du match : Barbosa (8,5) : Décevant, fantomatique pendant 88 minutes, il est venu délivrer les spectateurs de Flamengo pour leur offrir le bonheur ultime. Jamais dans les bons coups et peu tranchant dans ses appels, il vient pourtant conclure sur une passe de De Arrascaeta. Mais le match de Gabigol a basculé dans l’irréel lorsqu’il a inscrit le but du doublé trois minutes plus tard à la suite d’une erreur défensive. Incroyable dénouement pour le buteur de Flamengo qui offre la seconde Copa Libertadores de son histoire à son club, 38 ans après son premier sacre.

 

River Plate

Armani (5) : La gardien de l'Albiceleste a connu un dénouement tragique dans cette finale. Alors qu'il avait réalisé l'arrêt du match juste avant l'heure de jeu sur une triple occasion, il n'a rien pu faire par deux fois face à Gabriel Barbosa. Très bon dans les airs comme dans ses relances, il n'a pas grand chose à se reprocher. 

Montiel (4,5) : Il a pas mal souffert face à la vitesse de Henrique. Il a parfois réussi à jouer de ruse pour empêcher le brésilien de déborder mais n'a pas toujours pu l'en empêcher. Le latéral droit a bien profité du soutien qu'est venu lui apporter Enzo Perez par moment. 

Martinez Quarta (6) : Maître de son sujet, il a été parfait dans les duels tout au long de la finale. S'il a été moins décisif que son partenaire de l'axe, il n'a pas non plus commis d'énormes erreurs. 

Pinota (4) : Alors qu'il avait réalisé une prestation majuscule privant Gabigol de toute existence dans cette partie, c'est lui qui suite à une erreur d'appréciation a offert le trophée à l'attaquant de Flamengo. Une erreur terrible alors qu'il avait complètement muselé l'attaquant jusqu'ici et s'était montré décisif. 

Casco (3,5) : En souffrance sur chaque minute passée sur la pelouse de l'Estadio Nacional de Lima, Ribeiro lui a fait des misères. Incapable de trouver la solution pour stopper les débordements de l'ailier de Flamengo, il a concédé de nombreuses fautes. Remplacé par Diaz (77'). 

Palacios (6) : Le jeune milieu récupérateur a un peu dégoupillé en fin de match avec un carton rouge reçu pour un mauvais geste. C'est surtout son abnégation défensive et sa combativité tout au long des 90' dans chaque duel que l'on retiendra. Il a répété les efforts sans cesse pour presser le porteur de balle et le forcer à faire des mauvais choix. Dans l'ombre de Perez, lui aussi a effectué un gros travail. En revanche, il a parfois laissé trop d'espace entre les lignes surtout en seconde période. 

Perez (6) : Impressionnant en première période, il a été omniprésent à la récupération. Infranchissable, il a pris le dessus sur le milieu adverse à lui seul dans le premier acte. Alors que l'expérience de l'Argentin aurait du faire la différence après le retour des vestiaires et dans les temps faibles, il a lui aussi reculé comme toute son équipe. 

De La Cruz (5) : Il aurait clairement pu faire bien mieux à plusieurs reprises. Rafinha a eu la réussite de s'en sortir à chaque fois mais c'est surtout parce que De La Cruz a manqué de justesse technique et de réalisme dans certains enchaînements dans les 20 derniers mètres. 

Fernandez (6,5) : Passeur décisif sur le but de Santos Borré, son centre en retrait est parfait. Profitant des errances défensives de Felipe Luis, il a eu le champ libre à plusieurs reprises dans le couloir pour venir apporter le danger dans la surface. Remplacé par Alvarez (69’).

Suarez (6,5) : Ses coéquipiers ne lui ont pas toujours offert les meilleurs solutions sur les possibilités de contre. Difficile de lui reprocher le manque d'efficacité sur ces phases de jeu où il n'a pas eu l'occasion de faire briller ses coéquipiers. Ses deux frappes (13' et 51') ont manqué de puissance pour inquiéter le portier adverse. Sa qualité de passe aurait pu faire la différence à plusieurs reprises mais ses partenaires ont manqué de justesse dans le dernier geste.  

Santos Borré (5,5) : Il a su profiter de l'unique occasion de River en première période pour ouvrir le score. Il a longtemps pensé offrir le trophée aux siens. Mais on peut lui reprocher son manque d'efficacité dans ses appels notamment sur les contres en situation de supériorité numérique. Il n'a pas su se démarquer pour être servi dans des conditions idéales. Remplacé par Pratto (74').

 

 

Flamengo

Alves (5,5) : Battu sur la seule occasion des tenants du titre en première période alors qu'il était irréprochable jusque là, il a su rester concentré avec quelques arrêts et sorties à réaliser.

Rafinha (6) : Comme son compère de l’autre côté, c’est un habitué des grandes finales mais lui a déjà remporté une Ligue des Champions. Parfait défensivement, il a lu toutes les tentatives de débordement sur son aile. Il n’a jamais été pris dans son dos non plus et s’est même permis quelques montées.

Caio (6) : Solide au sol et dans les airs, le défenseur central a réalisé une prestation pleine de maîtrise et de lucidité. Il n'a jamais tergiversé dans ses interventions et a régné dans surface sur les coups de pied arrêtés. 

Mari Villar (4,5) : Alors qu'il a écarté plusieurs ballons de sa surface c'est ses mauvaises relances que l'on retiendra. Trop souvent, ses relances dans l'axe sont revenues directement dans les pieds adverses offrants de bonne situations aux offensifs de River Plate. 

Luis Felipe (5) : L’ancien de l’Atletico Madrid qui a joué des finales de Ligue des Champions connaît cette pression. Pourtant, il n’a pas excellé dans cette finale, loin de là. S’il est venu apporter une solution offensive intéressante avec une belle qualité de centre, ses pertes de balle dans sa moitié de terrain et son repli défensif lent ont largement profité à River.

Gerson Santos (4) : Il n’a montré sa capacité de milieu box-to-box qu’à une reprise en première période. Jamais Gerson n’a confirmé cette première percée pourtant efficace. Capable de casser des lignes par sa puissance, l’ancien de la Roma a été trop timide. Remplacé par Diego (66’).

Arão (6,5) : C'est aussi de lui qu'est venu le changement d'attitude dans le jeu de Flamengo. Très timide avant la pause, il a su se mettre au niveau de l'événement. Capable de trouver ses partenaires démarqués entre les lignes et notamment son meneur de jeu, c'est lui qui a cassé les lignes du milieu de terrain par sa qualité de passe. Il n'est sans doute pas celui que l'on retiendra dans ce titre mais il en est pourtant un des grands artisans. Remplacé par Vitinho (86’).

Ribeiro (6,5) : Il a su se positionner parfaitement dans le jeu. Quand il fallait déborder sur son aile et amener des centres, il l'a effectué à bon escient alors que son vis-à-vis n'a rien pu faire face à lui. On a pu le retrouver dans l'axe à plusieurs reprises que ce soit en déviation ou à la conclusion comme sur l'énorme occasion de la 59ème minute. 

De Arrascaeta (7,5) : Après une première période bien trop timide, le maître à jouer de l’équipe brésilienne est revenu métamorphosé des vestiaires. Disponible entre les lignes, c’est lui qui est venu dynamiter la défense adverse par son placement difficile à lire. Il a illuminé le jeu de Flamengo par ses passes à l’image de sa passe décisive sur l’égalisation. Remplacé par Piris (90'). 

Henrique (7) : Joueur le plus rapide du monde, il a fait parler sa pointe de vitesse dans son couloir. Il a posé bien des problèmes au latéral qui a tenté tant bien que mal de le contenir. Mais sa liberté sur le terrain qui lui a permis de se retrouver dans l'axe sur l'énorme occasion à l'heure de jeu ou encore sur son grand rôle dans l'égalisation ont été primordiaux dans ce succès. 

Barbosa (8,5) : Voir ci-dessus. 

 

Benoît Castéla

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer