Angers SCO: « Quand j’ai des retours qui sont des fausses informations, je dois rétablir des vérités…»

Après la première victoire d'Angers SCO cette saison contre Montpellier, le week-end dernier Gérald Baticle avait réglé ses comptes soulevant des "critiques internes", sans citer de noms.

Hier vendredi, en conférence de presse, l’entraîneur des Scoïstes y revient beaucoup plus largement !

« Dans ma manière de manager, je me dois d’être protecteur de la locomotive, l’équipe première. Je me dois de protéger individuellement et collectivement mes joueurs. C’est pour cela que je fais très rarement des sorties où que je les critique en public. Ça m’est reproché. En interne, c’est autre chose : je trouve les solutions aux problèmes qui sont posés par la vidéo, la mise en place pédagogique. Dans cette semaine difficile, avant le match contre Montpellier, on a fait un travail au niveau de la confiance. Ils ont travaillé par petits groupes, ils se sont ensuite réunis collectivement pour me rendre un travail unique. Il y a eu une énorme implication, un gros travail qui a dépassé mes espérances », a-t-il expliqué.

Il poursuit : "Mais ce travail a été mal perçu, mal jugé, des informations erronées ont circulé dans le club. En tant que protecteur du groupe, garant du bon travail, je ne peux pas laisser dire n’importe quoi. Je suis obligé d’intervenir pour protéger ma vie de vestiaire et ne pas laisser circuler de mauvaises informations. Je suis intervenu, je n’ai pas à citer de noms et si ça doit se reproduire, je ferais la même chose. Pour mes joueurs, je dois être un garant que ce qui est fait, doit être jugé justement. Quand ça me revient aux oreilles par une personne du club qui est très attachée au Sco, quelqu’un qui a toute ma confiance, ça m’alerte, donc je me sens dans mon rôle que d’exiger une énergie à l’unisson dans le club. On le voit partout dans le foot : quand des clubs qui ont plus de moyens que nous, ne tirent pas dans le même sens, ils se mettent en difficulté. Nous, on a moins de moyens, donc on doit encore plus être à l’unisson."

Lire plus