Allemagne - Japon (1-2) : Les notes complètes [Coupe du monde - 1ère j.]

Homme du match : Gonda (8) : Match contrasté, sur lequel il y a des choses à dire. Alors pourquoi ce titre d'homme du match ? Car c'est lui qui remet les têtes Japonaises à l'endroit, et c'est au mental qu'ils vont chercher la victoire. Il commence mal sa partie, en concédant un penalty à la 33ème, laid, inutile et largement évitable. Ne se rassure pas beaucoup à la 55ème avec une sortie assez peu rassurante. Le poteau sur lequel s'écrase la frappe de Gündoğan lui change probablement l'état d'esprit, puisque 10 minutes plus tard il est au four et au moulin avec 5 arrêts en une action. Est sans doute celui qui est le plus monté en régime et la performance invraisemblable qu'il réalise lors de cette 70ème minute change clairement le cours de match. Le vent tourne grâce à lui. Et la victoire qui en résulte est en premier lieu de son fait.

 

Allemagne : 4-2-3-1

Neuer (5.5) : Lorsque le vent s'est levé, il a coupé la trajectoire du ballon avec des arrêts réflexes, main ferme, sa signature. Lorsque la tempête est arrivée, il n'a pas pu faire grand chose et prend les deux buts qui permettent à ceux qui en avaient le plus envie de s'imposer.

Raum (6) : A à la fois profité et souffert de son placement. Piston dans une défense à 4, c'est ingénieux et audacieux, son entraîneur misait sur sa contribution offensive pour laisser Müller et Musiala plus dans l'axe, ce qui a fonctionné, et sur ses retours défensifs pour ne pas se faire déborder, ce qui n'a pas fonctionné puisqu'il a laissé de la place dans son dos.

Schlotterbeck (4.5) : Pas serein balle au pied, sans doute stressé à l'idée de disputer un premier match de coupe du monde. Sa titularisation reflète une potentielle arrogance de Flick qui a préféré laisser Ginter sur le banc pour l'Espagne, probablement.

Rüdiger (4.5) : A vu du blanc alors a cru qu'il jouait avec le Real, en faisant beaucoup (trop) de passes en retrait sur Neuer, lui même sur Schlotterbeck, et ainsi de suite. Pour autant, ne fait pas un mauvais match mais s'arrête complètement sur le but victorieux des Japonais, et laisse Asano libre de marquer.

Süle (3.5) : Pas très utile. Pas très sollicité en défense puisque les Japonais voulaient exploiter les failles à gauche sur Raum, mais ne monte pas aux avants-postes et ne propose aucune possibilité à Gnabry.

Gündoğan (7) : Donne le but de la délivrance à son pays, sur penalty, importantissime vu le scénario du match tant les Allemands ont eu du mal à marquer. Se projette, est toujours prêt à recevoir un ballon en retrait à l'entrée de la surface et c'est lui qui s'est montré le plus dangereux sur le but de Gonda. Remplacé par Goretzka à la 68ème après avoir tiré sur le poteau, et ensuite les allemands ont eu beaucoup de mal.

Kimmich (7) : Multiplie les tentatives sur les cages de Gonda, soit sur le portier Japonais, soit, comme bien souvent, largement au-dessus. A le mérite de se projeter mais a paradoxalement illustré le manque de possibilité à ce poste d'avant-centre.

Müller (6.5) : Ratisse très large dans tous les secteurs (comme toujours) pour porter le surnombre partout où il passe. Il est la pierre angulaire de sa sélection, il a montré pourquoi. Remplacé par Hofmann à la 67ème.

Musiala (5.5) : A l'image de son équipe. Une première période excellente, et puis plus rien. Absence totale de jeu dès les tournants du match que sont le poteau de Gündoğan à la 60ème et le triple arrêt de Gonda à la 70ème. Remplacé par Götze pour la beauté du geste plus que pour l'espoir de gagner, à la 79ème.

Gnabry (5.5) : Idem pour tout le monde, Gnabry n'échappe pas à la règle et à sombré après le coaching génial d'Hajime Moriyasu. Ne touche plus une bille de l'heure de jeu jusqu'à sa sortie à la 90ème, remplacé par Musiala.

Havertz (4.5) : A bien joué le coup d'attirer les défenseurs japonais pour un centre en retrait de ses partenaires mais ne touche que peu de ballons, manque de réalisme et s'effondre sur la dernière demie-heure. Remplacé par Füllkrug à la 79ème, qui n'a pas pu renverser la vapeur dans une équipe qui manque ainsi cruellement d'attaquants.

Japon : 4-2-3-1

Gonda : Voir ci-dessus.

Nagatomo (4.5) : Son manque de vitesse et d'anticipation du jeu à fait les frais de la rigueur offensive Allemande, à savoir passer par les côtés et centrer. Même face à ce schéma assez répétitif, il a eu beaucoup de mal. Remplacé par Mitoma à la 57ème.

Yoshida (4) : Seul bémol pour un Japonais qui a joué tout son match, pour une défense qui a vraiment paru en difficulté, surtout aidée par le repli défensif de ses milieux. Parfois coupable d'alignements... étranges, il pourra remercier le manque de réalisme des attaquants Allemands.

Itakura (4.5) : Milieu défensif normalement, il a moins paru à son aise et devra travailler les alignements et le marquage pour vraiment confirmer à ce poste.

Sakai (5.5) : Solide tout en étant en difficulté, c'est tout le paradoxe du match de l'ancien Marseillais. Solide sur ses interventions, mais laisse beaucoup d'espaces à Raum décidément très haut sur le terrain, pas forcément aidé par le manque de retours défensifs de Ito. Remplacé par Minamino à la 74ème, et en voyant son entrée on se dit que décidément l'homme du match n'était pas sur le terrain, mais portait un costume et était sur le banc Japonais.

Endo (6) : Gros boulot abattu au milieu pour lui, une projection toujours très rapide vers l'avant pour pousser les Allemands à lâcher. Il a été mis sous pression pendant l'énorme temps fort Allemand, pas exploité, et il n'a pas rompu.

Tanaka (4) : En difficulté au milieu, il défend certes mais est en souffrance, ne parvient pas toujours à relancer proprement. Mais attardons-nous plutôt sur son remplaçant, Ritsu Doan qui entre à la 71ème. 4 minutes et 9 secondes plus tard, il permet à son équipe d'égaliser avec un but des son entrée en jeu, et représente la force et la motivation exceptionnelle des 5 entrants qui ont donné un souffle magique à cette formation Japonaise.

Kubo (3.5) : Le virevoltant ailier n'aura pas virevolté, très bien pris par Süle qui est toujours resté bien bas pour le couvrir. N'a jamais pu prendre une aile gauche très fermée. Remplacé par Tomiyasu (6.5) dès la pause, avec lui la mise en place d'un système à trois défenseurs et surtout deux pistons, qui a provoqué un mal de tête fou à tous les Allemands, aussi bien les titulaires que le sélectionneur.

Kamada (6) : Si les Allemands commencent fort et finissent mal, les Japonais font l'inverse et c'est surtout grâce à ses offensifs. Kamada s'illustre en menant les vagues déferlantes offensives des Samurai Blue.

Ito (6) : Commence bien son match, s'absente pendant une petite heure, revient en force et permet à son équipe de s'imposer. Il n'empêche qu'il a su profiter de la position originale de Raum et de la faiblesse de Schlotterbeck.

Maeda (4) : Pas d'occasion, pas de pressing, pas de menace exercée sur la défense Allemande et une sortie prématurée pour l'attaquant du Celtic à la 57ème après une première après-midi Qatarie poussive. Remplacé par Asano à la 57ème, qui offre une victoire brillante à son équipe.

Lire plus