Stade Rennais - AC Ajaccio (2-1) : Les notes complètes [Ligue 1 - 3ème j.]

Homme du Match : Alemdar (7) : Au terme d'un match vraiment bizarre, marqué par les nombreux faits d'arbitrage, il a su conserver toute sa concentration en maîtrisant les Ajacciens et en conservant une sérénité toujours aussi déconcertante pour son jeune âge. Paraissant facile sur ses sorties, il réussit à préserver l'avantage léger des Rennais tout au long du match avec brio. Il dompte l'expérimenté Mangani après que ce dernier ait dû retirer son penalty en arrêtant le second. Un match convaincant pour l'intérimaire de luxe du Stade Rennais, n'étant jamais sorti de son match malgré les nombreux faux-rythmes.

 

Stade Rennais (4-4-2)

Alemdar : Voir ci-dessus.

Truffert (4.5) : Ne paraissant jamais vraiment à son aise sur ses prises de balles, il enchaîne les erreurs en début de match. N'est que rarement parvenu à s'extraire du contre-pressing (pourtant pas extrêmement menaçant) des Ajacciens et a parfois rendu le ballon facilement, comme à la 5ème minute où il le perd... Quatre fois consécutives, en moins de 30 secondes.

Theate (5.5) : Pas étincelant en défense, montrant parfois des faiblesses à la relance, il tente des percées dans le bloc Ajaccien. Mais c'est sur corner qu'il marquera le but de la rédemption, d'une belle tête qui lobe Leroy et qui touche le poteau opposé avant de rentrer. Il a donc marqué dans tous ses matchs au Roazhon Park, mais cette fois-ci comme face à Aston Villa, du bon côté !

Badé (5.5) : Convaincant sans briller, il est auteur de la passe décisive pour Theate sur corner d'une légère et intelligente déviation de la tête qui trompe la défense Ajaccienne. Son coéquipier avait bien suivi au second poteau, et illustre une belle complicité entre ces deux-là.

Traoré (6) : A retrouvé son allant offensif mais n'a pas retrouvé son partenaire préféré en la personne de Benjamin Bourigeaud. Son jeu s'en est retrouvé plus pauvre.

Terrier (6) : Montant en régime au fil de la première période, il ouvre la marque d'une frappe ultra-précise qui laisse Leroy impuissant (18ème). En seconde, il éteint complètement et laisse l'initiative du jeu à ses partenaires. Remplacé par Abline (86ème).

Tait (6.5) : Sans Bourigeaud en grande forme, ni Laborde, ni Terrier en seconde période, il prend les rênes du jeu Rennais durant la seconde période. Il délivre uns succulente balle de but à Doku qui s'emmêle les pinceaux (76ème), avant de laisser sa place à Ugochukwu (86ème), qui ne finira pas le match, lui aussi victime des décisions discutables de l'arbitre, il est exclu avant d'avoir touché le ballon à la 90+1ème.

Santamaria (5.5) : Toujours un cran plus bas que Tait, il a lui aussi du rester concentré pour ne pas perdre le cuir face à un bloc Corse bien en place et s'est souvent retrouvé en manque de solutions, avec des partenaires qui n'ont pas proposé beaucoup d'appels.

Bourigeaud (4.5) : Fantômatique, méconnaissable, le meneur de jeu du Stade Rennais est décidemment méconnaissable en ce début de saison. Il fut plus présent sur son aile droite mais ne fut que peu servi, ne repique que peu dans l'axe et ne fait que très peu de bons choix. Remplacé par D. Doué à la 62ème, qui gratte de plus en plus de temps de jeu. 

Laborde (4) : Si Bourigeaud fut un fantôme, que dire de Laborde, qui a été durant ce match le Rennais ayant touché le moins de ballons. Son seul fait d'armes aura été une tentative désespérée de retourné mais encore raté. Il faudrait arrêter de tenter cela un match sur deux, ça en devient prévisible. Remplacé par Sulemana (73ème), pour apporter de la dynamique en attaque.

Kalimuendo (5.5) : Pas grand chose à se mettre sous la dent pour la première titularisation en Bretagne de l'ancien Parisien. Il a paru ne jamais savoir où se mettre dans un 4-4-2 inédit cette saison, parfois à gauche compensant l'apport dans l'axe de Terrier, parfois devant mais peu trouvé, parfois décrochant mais manquant à l'appel au centre. Remplacé par Doku à la 62ème.

 

AC Ajaccio (4-4-2)

Leroy (5.5) : Il retarde l'échéance en première période mais ne pourra finalement rien face à la précision de Terrier et de Theate. Auteur de bonnes parades, notamment celle sur une frappe de Kalimuendo à la mi-temps dont il pourra se souvenir.

Diallo (5.5) : Il n'a laissé aucune opportunité à un Bourigeaud complètement déboussolé sur le terrain, l'ayant identifié comme menace, il n'en a rien été notamment grâce à lui.

Mayembo (6) : Un sauvetage et un match bien maîtrisé, il est l'une des clés d'un match dans l'ensemble satisfaisant pour la défense Ajaccienne.

Gonzalez (5.5) : Manquant parfois de tranchant sur ses interventions, il muselle cependant Kalimuendo et surtout Laborde. Grâcé à lui, les Rennais ont joué en infériorité numérique, ne parvenant pas à trouver leur attaquant floque du numéro 24.

Alphonse (4) : Il prend l'eau face à Terrier en première puis reprend laborieusement le dessus alors que l'ancien Lyonnais connaît une baisse de régime.

Cimignani (5) : Véloce, l'ailier Ajaccien n'aura pas su amener le danger près de la surface Rennaise aussi souvent qu'espéré. Remplacé dès la pause par Spaduanda (4.5), avec le même résultat.

Mangani (5) : Réussit son penalty, puis, déconcentré, le rate alors qu'il devait le tirer de nouveau à cause de l'arbitrage là aussi très discutable de M. Ben El Hadj. Remplacé après un match où il parvient tant bien que mal à contenir Santamaria, par Laçi (76ème).

Marchetti (5.5) : Un capitaine qui a montré l'exemple en coupant efficacement les lignes de passes entre les attaquants Rennais et leurs coéquipiers.

Bayala (4.5) : N'a pas parvenu à mener un contre intéressant, il a du se contraindre à défendre, ce qui n'est pas son rôle premier et cela s'est vu. Remplacé, lui aussi, prématurément à la pause par Nouri (5), qui le fera un peu mieux que lui.

Hamouma (6) : Le Corse le plus remuant n'a pas trouvé le chemin des filets, après avoir gâché les quelques opportunités qu'il a eues au bout de son pied. Doit retrouver un peu de tranchant mais sa volonté et sa hargne ont été salvatrices pour l'attaque de l'ACA, sans qui elle n'aurait pas su faire grand chose.

El Idrissy (5) : C'est lui qui offre le but de l'espoir à son équipe après un match pourtant loin d'être extraordinaire.

Lire plus