OPINION | Qatar 2022 : Alors, on kiffe ?

Elle est là... Enfin... Après plus de 4 ans d'attente... Et pourtant l'engouement de ces premiers mots ne reflètent pas l'ambiance générale. Au cœur de plusieurs polémiques, cette Coupe du monde 2022 organisée par le Qatar peine a démarrer dans l'esprit du supporter assidu comme dans celui de l'occasionnel.

Depuis plusieurs années ce sont les conditions terribles dans lesquelles les stades ont été construits, souvent par des migrants, souvent au péril de leurs vies, qui ont été pointées du doigt. Cela fait quasiment dix ans que la presse écrite sportive lance l'alerte, France Football et So Foot en tête. Les dernières semaines, ce sont plutôt nos différences sur les droits de l'homme qui brusquent nos esprits.

A nous, passionnés, de payer?

Pour autant, doit-on priver les supporters de se rassembler le temps d'un mois, devant une compétition internationale, derrière une nation.

Doit-on demander aux joueurs de boycotter, quand on sait par exemple que Kylian Mbappé était sur le point de fêter ses 12 ans quand l'attribution de cette coupe du monde a été entérinée.

Cette attribution est à mettre au crédit des dirigeants de fédérations et à certains décideurs politiques, notamment en France. Quand les présidents successifs ouvrent les vannes au Qatar, par le biais notamment du sport, il est trop facile de demander aux sportifs de porter ces responsabilités. Laissons Hugo Lloris porter le brassard qu'il souhaite. D'ailleurs, notons que son côté gendre idéal lui a épargné les soupçons d'homophobie dont a été victime Idrissa Gueye au Paris Saint-Germain. Si arborer un brassard aux couleurs LGBT est beau symbole dans ce pays qui bafoue les droits des homosexuels, celui de ne pas le porter doit être respecté.

La coupe d'un autre monde

Alors oui, cette coupe du monde au Qatar sera différente. L'ambiance sur place à la veille de la cérémonie d'ouverture semble plutôt froide. L'interdiction tardive de consommer de l'alcool dans les stades et aux alentours ne va pas dans le sens de nos habitudes occidentales. Bien sur, notre vision européenne aimerait que cela soit autrement , à l'heure où nous sommes nombreux à vouloir un monde plus juste, tolérant et égalitaire.

Malheureusement au Qatar, le compte n'y est vraiment pas, et nous allons suivre cette coupe du monde dans un pays qui nous ressemble peu. Les supporters présents sur place devront accepter la rigueur du pays hôte. Même si notre vision de la société nous semble meilleure,  ce n'est pas possible de l'imposer au monde entier.

Place au foot ! 

Débarrassons-nous, nous supporters, et vous sportifs de haut niveau de cette culpabilité qui n'est pas notre. Parlons foot, et vite !

Vibrons pour notre pays, pour nos stars. Sportivement, le plateau est beau, indécis,  Il y a tout pour vivre un mois de football mémorable. 64 matchs en un mois, une équipe de France tenante du titre emmenée par un Benzema ballon d'or, certainement la "der" pour Messi et Ronaldo... Vraiment, espérons que les dirigeants du football apprennent de leurs erreurs, mais nous, ensemble, KIFFONS

Lire plus