Espagne - France (2-1) : Les notes complètes [Euro 2024 - 1/2 finale]

Espagne – France (2-1) : Les notes complètes [Euro 2024 – 1/2 finale]

Homme du match: Yamal (7,5): Le jeune Barcelonais, impliqué sur les deux buts, permet à son pays de renverser une équipe de France encore trop limitée dans le secteur offensif pour espérer forcer la décision finale. A chaque ballon touché, Lamine a su trouver les espaces dans le bloc Français. C’est lui qui lance l’action du deuxième but Espagnol en prenant Rabiot à contre pied et il gratifie tous les observateurs d’un but égalisateur somptueux. Grosse prestation pour le milieu offensif de 16 ans. F. Torres le remplace à la 92ème minute.

Espagne (4-2-3-1)

Simon (4,5): Il peut et doit mieux faire sur le but de Kolo-Muani, comme par exemple tenter d’aller chercher le ballon. Le reste de sa partie est calme tant les pieds des joueurs Français ont été défaillants.

J. Navas (6): Sa disponibilité, haute dans son couloir, a offert plus de liberté à Yamal, le rendant plus imprévisible et plus dangereux. Toujours en mouvement, il alterne, sans cesse, attaques et défenses où il s’interpose face à un Mbappé décevant. Il cède sa place à Vivian à la 58ème minute.

Nacho (6,5): Solide, on le voit s’imposer sur les frappes Françaises en contrant le cuir. Il éteint aussi Kolo Muani après son but, restant maitre de sa surface de réparation.

Laporte (5,5): Sa prestation est bien ressemblante à celle de son compatriote Nacho mais le défenseur d’Al-Nassr Riyad a eu quelques errances comme sur le but où Kolo Muani le contourne pour tromper Simon.

Cucurella (4,5): Beaucoup d’activité pourtant il est resté trop brouillon que ce soit pour défendre contre Dembélé que pour combiner offensivement avec Nico Williams dans le but de déstabiliser la défense Française.

Rodri (4): Très discret, le Cityzen n’a jamais semblé rentrer dans son match. Peu disponible quand son équipe élabore son jeu au milieu, il a semblé éprouvé pour trouver des passes vers l’avant capable de casser les lignes Françaises.

F. Ruiz (6): Elément central du jeu de son équipe, il n’hésite pas à se projeter vers l’avant, donnant des solutions dans les trente derniers mètres. Limité dans la passe, il perd trop de ballons simples. Cependant, il a été primordial en fin de match pour la conservation du cuir avec sa faculté à le garder dans les pieds.

Yamal (7,5): voir haut de page.

Olmo (7): Métronome au milieu, il a régalé son équipe par la justesse de ses ballons dans les petits espaces comme sur les contre-attaques. Il est dans tous les combats que ce soit pour harceler le porteur du cuir, que dans la récupération ou pour animer le jeu offensif. Sans ballon, il met à mal l’entrejeu Français par ses déplacements entre les lignes En départ de l’action comme pour conclure, le milieu offensif de Leipzig se déjoue magnifiquement de Rabiot et Tchouameni pour obliger Koundé de rabattre le ballon de sa puissante frappe dans son propre but. Il est remplacé par Merino à la 76ème minute.

N. Williams (4): De la vitesse, encore de la vitesse et toujours de la vitesse mais l’attaquant de l’Athletic Bilbao n’a jamais su lever son niveau de jeu pour offrir de la subtilité dans le dernier geste. Pas aidé non plus par son latéral, on attendait bien plus d’un joueur titulaire en équipe d’Espagne. Il sort à la 92ème minute, remplacé par Zubimendi.

Morata (3,5): Hormis du combat, hormis sa position de relai et de point de fixation au départ des contre-attaques, l’attaquant de l’Atletico a passé plus de temps au sol que dans la surface de réparation de Maignan. Il est cepeandant le passeur décisif sur le but de Yamal. Oyarzabal le remplace à la 76ème minute.

France (4-3-3)

Maignan (5): Sur les deux buts, il ne peut faire de miracles. Toujours très vigilant, il évite toute difficulté à sa défense qui est restée dans l’ensemble maitre de son sujet.

Koundé (5,5): Il a maitrisé les accélérations de Williams et celles de Cucurella et est très malheureux sur la frappe d’Olmo. Le Barcelonais a aussi tenté de centrer mais avec trop d’imprécisions pour initier une action de but.

Upamecano (6): Le défenseur central a été rassurant et la doublette qu’il forme avec Saliba n’a jamais été réellement en difficulté malgré le score final. Le footballeur du Bayern Munich aurait même pu marquer mais sa tête a manqué de précision.

Saliba (6,5): Le Gunner a consolidé sa position de leader de la défense. Malgré quelques fautes idiotes, il rend une copie presque parfaite même si on peut toujours penser qu’il peut mieux faire face à Olmo sur le but de la victoire de l’Espagne.

T. Hernandez (5): Il n’aura jamais abandonné le navire, courant pour monter le ballon vers l’avant et combiner avec Mbappé, stoppant les contre-attaques Espagnoles parfois au dernier moment. Il semblait partout sur le terrain même s’il a eu des difficultés pour défendre et pour les centres. Il va réussir à centrer, à plusieurs reprises, mais sans trouver le succés. Solide dans ses duels, sa faculté à éliminer est à l’origine de quelques bonnes situations pour la France.

Kanté (6): Il a gratté des ballons et elles ont été rares les occasions où l’ancien de Chelsea a perdu le ballon. Toujours le premier dans le pressing, il est un des principaux artisans du début de match intéressant des bleus par ses courses et son abnégation. Griezmann le remplace à la 62ème minute.

Tchouameni (4): Se contentant de ballons donnés vers l’arrière ou latéralement, l’Ancien Monégasque n’a pas vraiment aidé son équipe à mettre l’Espagne en difficulté. Souvent au duel face à Olmo, il ne parvient pas à l’empêcher de briller et de renverser le match. Le milieu de terrain du Real, d’ailleurs, se fait éteindre par le numéro 10 Espagnol sur l’action de son but.

Rabiot (4): Intéressant sur plusieurs actions quant à sa facilité à monter le ballon aux avants postes, le joueur de la Juventus n’a pas réussi à faire mieux que ces quelques montées. Il s’est fait avoir sur les deux buts Espagnols, le premier au duel contre Yamal et le deuxième pour tenter d’enlever le cuir des pieds d’Olmo. Il cède sa place à Camavinga à la 62ème minute.

Dembelé (4): Il aurait mieux fait de se pencher sur les remarques des observateurs sur la prestation offensive de son équipe. Mais vu que ce n’est pas son problème, il rentre à Paris où il pourra observer ses adversaires du soir à la TV. Le Parisien n’a pas failli pour éliminer dans le dernier tiers mais comme toujours, c’est le dernier geste qui est mauvais: Les centres trop simples ou au troisième poteau ont illustré sa prestation du soir. D’ailleurs, sa demie-finale est à l’image de son euro. Il cède sa place à Giroud à la 79ème minute.

Kolo Muani (3,5): Un but et puis le Parisien disparait. Complètement contenu par la défense Espagnole, il ne parviendra jamais à exister après son but. Dommageable pour aider ses partenaires à se qualifier. Il est remplacé par Barcola à la 63ème minute.

Mbappe (3,5): Sa passe décisive clinique pour la tête de Kolo Muani augurait d’une bonne partie pour le nouveau Madrilène. Mais la suite semble plus proche de la catastrophe. Dés qu’il touche le cuir, il peine à éliminer et se heurte à ses adversaires. Quand il parvient à se mettre en position de frapper, il ne trouve pas le cadre. Mais on peut aussi remarquer qu’il manque beaucoup d’altruisme dans la majeure partie de ses situations.

 

Chardin Jean-Christophe

 

 

 

Lire plus