Allemagne - Danemark (2-0) : les notes complètes [Euro 2024 - 8e de finale]

Allemagne – Danemark (2-0) : les notes complètes [Euro 2024 – 8e de finale]

Homme du match : T. Kroos (7) : Pour sa dernière danse avec la Mannschaft, le soyeux milieu madrilène a ébloui l’antre de Dortmund de sa classe naturelle. Une nouvelle fois meilleur passeur de la rencontre (88 passes réussies, 96% de réussite), il finit également avec 4 passes clés, démontrant toute sa vista et sa précision dans l’exercice. Autre arme dévastatrice du vétéran, les coups de pied arrêtés, notamment les corners, où il a presque toujours amené le danger. Un Kroos inarrêtable donne confiance aux allemands ce soir, pour gagner à l’expérience sous le ciel capricieux de la Ruhr

Allemagne (4-2-3-1):

M. Neuer (6): Peu d’occasions de briller pour le portier allemand, mais une sortie décisive sur Hojlund juste avant la pause (45′). De manière générale, le portier n’a pas hésité à sortir, et l’a bien fait, comme toujours.

D. Raum (5,5): Très propre pendant cette rencontre, le latéral gauche de Leipzig a tenu son rang, et a montré qu’il est capable de matchs solides et sans bavures ce soir. Parfois très haut sur le terrain, il a participé aux actions avec notamment une qualité de centre appréciable. Remplacé par B. Henrichs (81′).

N. Schlotterbeck (6): Titularisé à la place de Jonathan Tah, suspendu, le pensionnaire du Borussia Dortmund a montré qu’il pouvait être une option crédible de remplacement. Croyant inscrire le but de l’ouverture du score, cela a semblé lui donner des ailes pour la suite, et il réalise donc une passe décisive superbe pour Musiala à la 68e. Il a bien transmit le ballon, tout en réalisant de bonnes interventions défensives. Seul moment de flottement, un cafouillage dans la surface à la 42e minute qui donne une occasion excentrée à Hojlund.

A. Rüdiger (6,5): Le vrai patron de cette défense allemande porte le numéro 2. Toujours aussi hargneux, le madrilène ne se laisse pas passer si facilement, et a tout simplement été superbe dans la protection de la profondeur allemande.

J. Kimmich (5,5): Très propre avec ballon, le latéral droit a joue sa partition sans être vraiment dérangé par les danois, et s’est souvent retrouvé seul avec le ballon, ce qui lui a permit de distiller quelques bons ballons à ses coéquipiers. Sa frappe à la 7e minute a dû faire se lever plus d’un allemand devant son poste, tant elle était lourde.

T. Kroos (7): voir ci-dessus

R. Andrich (5): 20 premières minutes intéressantes de la part du champion d’Allemagne, avec une bonne qualité de passe longue, et une présence physique importante. Cependant, la suite fut plus complexe, avec un excès d’agressivité qui lui vaut un carton jaune, et quelques passes manquées avant de sortir pour E. Can (64′). La grande pause à la 35e minute suite aux intempéries à Dortmund semble lui avoir porté préjudice.

J. Musiala (6,5): Malgré le plan de destruction mis en place par les danois sur le jeune milieu offensif allemand, il a tout de même réussi à briller. Il est ce dribbleur fou, mais diablement efficace avec ballon, capable d’éliminer 3 joueurs sans peiner. Il n’a pas pu énormément s’exprimer, mais quand il l’a fait, il a apporté le danger. De plus, il possède une très bonne qualité d’appel, ce qui lui a permit de marquer son troisième but de cet Euro, et passer co-meilleur buteur. Il sort en fin de match pour un autre crack allemand, F. Wirtz (81′).

Gündogan (5,5): Dans son rôle habituel, il a été globalement constant pour une Mannschaft à son image. Placé haut sur le terrain, il a su combiner dans les petits espaces par moment, domaine dans lequel il excelle. Il n’a pas particulièrement brillé par ses passes longues, car ce rôle a plus été laissé à Kroos, mais il n’a pas été mauvais dans l’exécution de ses transmissions. Sorti pour N. Füllkrug (65′).

L. Sané (4): Revenu de sa pubalgie, le munichois n’a pas semblé des plus en jambe ce soir, et a clairement manqué d’inspiration ce soir. Dans les dribbles comme dans les passes, il n’a pas brillé, et a semblé manquer d’énergie. W. Anton de Stuttgart prend sa place en fin de rencontre (88′).

K. Havertz (5,5): Certes, l’attaquant des Gunners d’Arsenal peut être critiqué pour son manque de précision à la finition, mais sa qualité d’appel de balle dans la profondeur doit absolument être soulignée. Tout comme sa présence sur coup de pied arrêté, où il est décent pour se démarquer des défenseurs. Avec un pied plus affuté, ce serait un match génial. On ne peut tout de même pas lui enlever son efficacité sur pénalty, 2/2 pour l’instant dans cette compétition.

Danemark (3-4-1-2):

K. Schmeichel (6): Le meilleur danois sur la pelouse sans aucune contestation possible. 7 arrêts réalisés, et des parades impressionnantes qui ont longtemps permit à son pays de conserver le score nul et vierge. Il est même à quelques centimètres de sortir le pénalty de Kai Havertz

A. Christensen (5,5): L’une des seules satisfactions côté défensif chez les danois. Il a bien verrouillé ce côté droit de l’attaque allemande, avec un Sané qui a eu du mal à le passer. Bien sur ses appuis, il a réellement fait office de taulier dans cette défense à trois à laquelle il n’est pas coutumier en club. Heureusement pour le Danemark que le barcelonais était présent, car l’addition aurait pu être bien plus salée. J. Bruun Larsen prend sa place pour la fin du match (81′).

J. Vestergaard (4,5): Décevant sur cette rencontre, le géant de deux mètres a pourtant prit l’eau dans le domaine aérien, manquant de peu, à plusieurs reprises, de donner l’occasion à cette Allemagne de marquer. Globalement, il a manqué de concentration au marquage, laissant Havertz ou Fullkrug bien trop libres. Lorsque le Danemark a dû se projeter vers la fin de match, ce fut encore pire.

J. Andersen (4,5): Du rêve au cauchemar pour l’ancien lyonnais, qui d’abord exulte, croyant inscrire le premier but de cette rencontre, mais se voit désillusionné par la VAR. Par la suite, il est coupable d’une main dans la surface, sévèrement sanctionnée par l’arbitre Michael Oliver, qui siffle le pénalty. Un fait de jeu qui ne le met pas dans de très bonnes dispositions pour terminer le match, et fait de lui le bouc émissaire de cette défaite pourtant collective.

J. Maehle (5): Sans être époustouflant comme lorsqu’il jouait à l’Atalanta, il a proposé du jeu de combinaison, et s’est plutôt bien projeté vers l’avant. Assez propre, et toujours extrêmement mobile, il n’a pas ménagé ses efforts, et a récupéré quelques bons ballons.

P-E Hojbjerg (5,5): Satisfaisant dans la construction des actions, il a aussi été important dans la récupération. Sans lui, l’Allemagne aurait pu se procurer encore plus d’occasions dans l’axe, qu’il a globalement bien géré, malgré quelques petites erreurs de marquage. Sa vision du jeu a globalement permit à l’équipe scandinave de progresser rapidement vers l’avant.

T. Denaley (5): A l’inverse d’un Robert Andrich, l’ancien de Dortmund a eu du mal à se mettre en jambe dans ce Westfalenstadion qu’il connaît si bien. On a eu du mal, jusqu’à la pause de la 35e, à le voir exister dans ce match. Par la suite, il a été plus influent, mais a tout de même raté quelques gestes, notamment cette dernière passe pour Hojlund après avoir été très bien lancé dans la profondeur. Il est remplacé le premier par C. Norgaard (69′).

A. Bah (3,5): Très souvent prit de court par Musiala, il n’a presque pas existé dans ses duels avec le bavarois. Le piston droit danois n’a pas fait une bonne rencontre défensivement, sans pour autant être un foudre de guerre devant, sous l’orage de la Ruhr. Peu présent sur les contre-attaques, et pas inspiré sur attaqua placée, son influence dans le jeu était limitée. Sorti pour M. Damsgaard (81′).

C. Eriksen (5,5): Pour ce qui est sans doute le dernier match du mancunien à l’Euro, il livre une prestation correcte, lors de laquelle il a fait bouger ces lignes allemandes si bien huilées. Il réalise notamment un contrôle tout simplement magique face à Rüdiger pour se mettre dans le sens du but. L’allemand qui, par la suite réalise lui aussi un geste, cette fois défensif, exceptionnel pour empêcher Eriksen de finir. Une action dont le joueur de United se souviendra certainement longtemps. Son impact dans la construction du jeu s’est tout de même fait ressentir, en bien.

A. Skov Olsen (5): Une rencontre moyenne, où l’attaquant droit danois a parfois bien transmis le ballon en transition, mais aussi raté des gestes simples mais essentiels à la bonne construction des actions. Ce qui rattrape son match sont ses bons retours défensifs bien sentis. Remplacé par Y. Poulsen (69′).

R. Hojlund (5,5): pas déméritant dans cette rencontre, comme souvent, le mancunien a montré de belles choses dans les appels de balle. Il possède une bonne vitesse de pointe qui fait de lui une menace constante pour un bloc haut. Seul bémol, son problème crucial de finition qui l’empêche de réellement faire basculer des rencontres. Il est remplacé par J. Wind en fin de match (81′).

Lire plus