Croatie - Italie (1-1): Les notes complètes [Euro 2024 - 3ème j.]

Croatie – Italie (1-1): Les notes complètes [Euro 2024 – 3ème j.]

Homme du match: Gianluigi Donnarumma (8): Si l’Italie s’est qualifiée pour les huitièmes de finale, il le doit au gardien du PSG. Il réalise un arrêt aussi déterminant que spectaculaire dès le début du match devant Sucic et il sort ensuite le penalty de Modric en plongeant du bon côté. Il réalise un arrêt réflexe de toute beauté devant Budimir avant de s’incliner face au même Modric dans la foulée. Il a été le meilleur joueur italien sur le terrain.

 

 

Croatie (4-3-3):

 

Livakovic (6): Le gardien croate réalise un arrêt de grande classe devant Bastoni en fin de premier acte. Il réalise le match qu’il faut mais doit s’incliner sur la précision de la frappe de Zaccagni au bout du temps additionnel. Une issue cruelle pour lui qui a réalisé un bon tournoi dans l’ensemble malgré la troisième place de la Croatie, pas encore éliminée officiellement du tournoi.

Gvardiol (6): Aligné à nouveau en tant que latéral après avoir joué dans l’axe contre l’Albanie, le joueur de Manchester City a été performant ce soir. Puissant dans les duels, il n’a pas laissé passer grand chose sur son couloir malgré la première frappe de Sucic. Il n’a rien fait de rédhibitoire ce soir à Leipzig.

Pongracic (6): Remplaçant lors du dernier match, le joueur de Lecce a retrouvé sa place dans le onze de départ et il a été rassurant face aux timides occasions italiennes sur l’ensemble de la rencontre. Il ne peut pas faire grand chose sur le but inscrit par l’Italie en toute fin de temps additionnel.

Sutalo (5,5): Pas forcément sollicité dans le premier acte, il a eu beaucoup plus de travail à faire après le but croate car les Italiens ont logiquement poussé. Il semble à court d’énergie sur la dernière action du match et sur l’égalisation italienne mais difficile de lui en vouloir tant il a donné pour son équipe.

Stanisic (5): Le jeu transalpin penchait souvent de son côté et il s’en est plutôt bien sorti. Sur certaines séquences, il a réussi à se projeter vers l’avant mais son agressivité a fini par se retourner contre lui et il a écopé d’un avertissement. Une rencontre sérieuse pour le joueur du Bayer Leverkusen sans que celle-ci soit mémorable.

Brozovic (5): L’ancienne pièce maîtresse de l’Inter Milan a été trop neutre ce soir. Il a touché des ballons mais contrairement à ses deux compères historiques de l’entrejeu, il a été moins déterminant balle au pied. Défensivement, il a épaulé ses défenseurs mais on attendait mieux de sa part dans une rencontre avec autant de pression et avec l’expérience qui est la sienne.

Kovacic (6,5): Le milieu de Manchester City a réalisé une prestation assez convaincante dans l’entrejeu. Pressant comme à son habitude, il a été précis dans son jeu de passes et est monté en puissance rapidement dans ce match. Il a évolué haut sur le terrain pour proposer diverses options dans le camp italien. Remplacé par Luka Ivanusec (70′). 

Modric (7): L’éternelle légende du football croate a été propre techniquement dans ce match. Très mobile et offensif, il a été inspiré et il met son équipe sur la voie de la qualification malgré son penalty raté. Trente secondes après son échec face à Donnarumma dans cet exercice, il trompe le gardien parisien d’une frappe puissante du gauche. Remplacé par Lovro Majer (81′). 

Pasalic (3): Prestation décevante pour le milieu de l’Atalanta Bergame. Il n’a touché que très peu de ballons et n’a pas eu une énorme influence dans le jeu de son équipe. Remplacé par Ante Budimir (46′, 6), qui a nettement plus pesé sur la défense italienne. Il est proche de marquer le deuxième but dans les dernières minutes mais Bastoni lui a enlevé le ballon.

Sucic (5,5): Le jeune ailier a allumé la première mèche dès la cinquième minute avec une frappe puissante qui a obligé Donnarumma à une parade spectaculaire. Il a réussi à poser des problèmes à la défense italienne mais s’est progressivement éteint au fur et à mesure. Remplacé par Ivan Perisic (70′). 

Kramaric (4): L’attaquant d’Hoffenheim a été assez décevant ce soir. Titularisé à la pointe de l’attaque, il a eu du mal à se démarquer. Il a été plus en vue en début de deuxième période mais dans l’ensemble, il n’a pas assez mis à contribution la défense de la Squadra Azzurra. Remplacé par Josip Juranovic (90′). 

 

Italie (3-5-2):

 

Donnarumma (8): Voir ci-dessus. 

Calafiori (6,5): Le rugueux défenseur de Bologne était présent dans les duels ce soir et en seconde période, il a évolué tellement haut qu’on avait l’impression qu’il était milieu de terrain. Après avoir marqué contre son camp contre l’Espagne, il est récompensé de ses efforts avec une passe décisive en toute fin de match pour Zaccagni mais sera suspendu pour le huitième de finale contre la Suisse.

Bastoni (7): Il est tout proche d’ouvrir le score en première période mais sa tête puissante a été stoppée par Livakovic. Il sauve ensuite son équipe à quelques minutes de la fin et il a coupé de la tête un centre pour empêcher Budimir de faire le break. Une activité incessante très précieuse pour l’Italie.

Darmian (5,5): Plutôt solide dans les tâches défensives, il a souvent effectué un dépassement de fonctions après le passage à quatre défenseurs et a évolué comme un latéral gauche. Sans parvenir à trouver la clé malgré tout. Remplacé par Mattia Zaccagni (81′), auteur de l’égalisation italienne à la dernière seconde d’une frappe enroulée du droit dans la lucarne opposée.

Di Marco (4): Aligné en tant que piston, le joueur de l’Inter Milan a vécu une soirée délicate. Il n’a pas apporté grand chose offensivement et il a été sacrifié par son sélectionneur suite au changement tactique réalisé à l’heure de jeu. Remplacé par Federico Chiesa (57′), qui a eu du mal à se mettre dans la partie.

Pellegrini (5): Il a été mobile en attaque durant le premier acte mais a symbolisé le manque d’efficacité de l’Italie. Son centre dangereux a conduit à une grosse situation pour les siens mais a été trop irrégulier dans cette partie. Remplacé par Davide Frattesi (46′, 4), coupable d’une main dans sa surface qui a amené un penalty logique pour la Croatie.

Jorginho (4): Le troisième du Ballon d’Or 2021 a touché quatre-vingt ballons mais il n’a que très rarement cassé les lignes avec une passe dans la profondeur. Il a été bien muselé par l’entrejeu croate de manière générale et n’a pas réalisé sa prestation la plus aboutie. Remplacé par Nicolo Fagioli (82′).

Barella (5,5): Une activité de tous les instants comme à son habitude mais aujourd’hui à Leipzig, il n’a pas été dans son meilleur jour. Son duo avec Jorginho a moins bien marché qu’à l’accoutumée et même s’il n’a pas baissé physiquement, il réussit un match assez moyen au final dans l’ensemble.

Di Lorenzo (5,5): En grande difficulté dans son couloir face à l’Espagne, il a été moins mis à contribution cette fois-ci mais on sent qu’il n’a pas apporté tout ce qu’il peut offensivement. Une rencontre frustrante pour lui, même s’il a fait ce qu’il fallait défensivement face à Kramaric et Pasalic notamment.

Retegui (5): Très en vue durant l’entame de match, il a été menaçant pour l’adversaire avec son déplacement dans la surface mais il a manqué de réussite dans la surface la plupart du temps. Il a disputé l’intégralité de la rencontre mais a été beaucoup plus discret après le repos malgré la période de domination de l’Italie.

Raspadori (4): Transparent dans le premier acte, il hausse son niveau après la pause et aura été nettement plus actif pour peser sur l’arrière-garde croate. Malgré tout, il aura connu trop de déchet technique pour être décisif dans cette partie. Remplacé par Gianluca Scamacca (75′). 

 

 

Lire plus