Belgique - Slovaquie (0-1) : Les notes complètes [Euro 2024 - 1ère j]

Belgique – Slovaquie (0-1) : Les notes complètes [Euro 2024 – 1ère j]

Homme du match : DUBRAVKA (7): Le gardien Slovaque a repoussé toutes les tentatives Belges, et quand il a été battu, ses défenseurs ont repoussé sur sa ligne ou les buts ont été refusés. La chance de grands gardiens ? On attend la confirmation sur les prochains matchs.

Belgique 

CASTEELS (5): Au-dessus de lui plane l’ombre de Courtois, mais son match est correct. Il est battu logiquement sur le but, mais n’a rien à se reprocher sur le coup, repoussant la première tentative, ni par la suite, sur les rares occasions Slovaques.

CASTAGNE (5): Son apport offensif n’a pas suffit pour renverser le score, mais défensivement il a bien fait son travail.

FAES (5): Dans le domaine aérien, il est toujours présent, mais sa relance longue n’est pas son point fort. Il a bien tenté de faire remonter son bloc, mais les résultats n’ont pas été à la hauteur.

DEBAST (5):  Comme son partenaire de l’axe, il a été bon dans les duels, mais ne peut rien sur le but Slovaque, pris de court par la perte de balle de Doku.

CARRASCO (4): Sa bonne volonté ne compense pas ses manques défensifs, même s’il n’est pas fautif sur le but. Trop souvent attiré vers l’avant, il joue parfois à contre-courant de ses coéquipiers.

MANGALA (5): Il a bouché beaucoup de trous pour compenser l’engagement vers l’avant de ses partenaires, mais ne peut pas tout faire non plus.

ONANA (4): Trop peu inspiré, il n’a pas vraiment aidé son équipe à revenir au score, maladroit et peu à l’aise sans ballon dans le replacement.

DE BRUYNE  (C)(4): On a connu le capitaine des Diables Rouges plus efficace. Il a toujours de la lucidité dans ses choix, mais il a connu beaucoup de déchets techniques, peu en réussite parfois dans ses transversales.

DOKU (3): Sa relance dans l’axe coûte un but crucial à son pays. La relance propre ne doit pas l’empêcher de se “débarrasser” du ballon parfois, surtout en zone défensive. Par la suite, il a connu peu de réussite dans ses dribbles et ses changements de rythme. Il doit jouer plus simple et plus vite.

TROSSARD (4): Trop discret, il n’a pas aidé Lukaku à briller, et n’a pas su faire de différences, malgré quelques centres et frappes non cadrées.

LUKAKU (6): Il marque deux buts refusés, dont un pour hors-jeu et l’autre pour une main préalable. Mais son activité ne s’est pas limitée à cela, il a provoqué sans cesse, lutté avec les centraux Slovaques, et joué en déviation pour ses partenaires, mais il n’a pas été assez accompagné pour que ce soit efficace.

SLOVAQUIE

DUBRAVKA: voir ci-dessus 

HANCKO (5): Défensivement solide et courageux, il s’est surtout appliqué à bloquer son couloir après l’ouverture du score, opposé à Trossard. Sauve un but tout fait sur sa ligne.

SKRINIAR (C)(6): Le joueur lent et parfois emprunté du PSG a disparu, il a laissé place au chef de la défense Slovaque. Même si son match n’est pas parfait, il a harangué, replace, encourage jusqu’à la fin. Un leader.

VAVRO (5): Placé à côté de Skriniar, il s’est mis au niveau, bien que secoué parfois par Lukaku.

PEKARIK (5): Comme beaucoup de ses coéquipiers, il a bien défendu et a fait preuve de courage et d’abnégation au plus fort de la pression Belge.

DUDA (5): On va se répéter, mais son courage a bien servi son groupe pour maintenir l’avantage vite obtenu. Intéressant sur quelques contres, mal terminés pourtant.

LOBOTKA (6): Bien placé sur les relances adverses, il a servi de premier relais à ses défenseurs parfois débordés, et s’en est souvent bien sorti.

KUCKA (5): Beaucoup de terrain couvert pour se replacer après les ballons perdus devant lui, il s’est démené pour conserver l’avantage.

SCHRANZ (6): Unique buteur suite à une frappe repoussée, il permet à son pays de remporter une victoire important dans l’optique des 1/8ème de finale.

HARASLIN (5): Moins en vue que se partenaires d’attaque, il a néanmoins participé à l’effort défensif jusqu’à sa sortie.

BOZENIK (5): Il a fait son possible pour servir de point d’appui, avec le peu de ballons qu’il a eus à gérer, souvent aériens.

Lire plus