Atletico Madrid – Inter Milan (2-1 Tab 3-2): Les notes complètes [Champions League – 1/8e retour]

Atletico Madrid – Inter Milan (2-1 Tab 3-2): Les notes complètes [Champions League – 1/8e retour]

Homme du match: M. Hermoso (8): Impérial défensivement, l’espagnol a verrouillé ce côté gauche remarquablement. Il a été notamment très solide physiquement, tenant toute la rencontre sur le même rythme. Il a même été important offensivement, et dans la construction, notamment pour aérer le jeu, avec des transversales très intelligentes. Il réalise quelques centres bien sentis, pas assez bien exploités par les attaquants des colchenoros.

Atletico Madrid (3-5-2):

J. Oblak (6,5): Une rencontre que le portier n’est pas prêt d’oublier, car en plus de ses 4 arrêts dans cette rencontre, le slovène a arrêté 2 pénaltys dans la séance de tirs aux buts. Une performance à saluer, et l’un des hommes de ce match de LDC si spécial.

M. Hermoso (8): voir ci-dessus.

A. Witsel (5,5): Une première mi-temps où le belge s’est montré quelque peu en souffrance face aux incursions des attaquants intéristes. Il a laissé des espaces à Thuram notamment. La seconde période s’est mieux passée, étant donné la physionomie du match qui a tourné en faveur de l’Atletico.

S. Savic (5): Assez fragile défensivement, le monténégrin a montré une certaine porosité, et un manque de lucidité par moment, notamment dans la gestion des espaces dans son dos. Même si il a parfois été important dans le domaine aérien, il a notamment rendu des ballons dangereux dans les pieds interistes.

S. Lino (6): Très satisfaisant, le piston gauche des rojiblancos a été très impactant en première période. Il a notamment fait mal à Pavard par le dribble, et a adressé quelques centres exploitables. Même défensivement, il a montré de la hargne et de l’envie. Il sort pour R. Riquelme (71′).

R. De Paul (6): Même si l’argentin a perdu un petit peu en précision en fin de rencontre, il a tout de même montré de belles choses avant sa sortie pour A. Correa (71′). Sa fatigue en fin de match est d’ailleurs surement due à sa grosse activité au milieu de terrain, et aussi sur le côté droit, où il a beaucoup fait bouger le jeu offensif colchonero. Egalement, dans les duels, il a été très solide, tout comme la vision du jeu.

Koke (7): L’un des meilleurs chez les rouges et blancs. En véritable meneur de jeu, l’espagnol a montré toute sa grinta, et son sens de la gestion des temps forts. Il a bonifié beaucoup de ballons qui venaient à lui, à l’image de sa passe décisive pour Depay à la toute fin du temps règlementaire. Egalement, sur le but de Griezmann, il effectue la passe (contrée par Pavard) pour le 1er but.

M. Llorente (5,5): Une rencontre plutôt inconstante pour l’espagnol. Il a souvent été prit dans le dos défensivement, et a parfois eu du mal à trouver l’inspiration pour apporter du danger. Cependant, il a parfois eu des éclairs de génie, qui, lorsqu’ils ont eu lieu, ont réellement fait progresser le jeu. Il sort en prolongations pour C. Azpilicueta (99′).

N. Molina (5,5): Défensivement, l’argentin n’a pas été très présent, et cela a peut-être manqué un petit peu à son équipe en première période. Mais dans le domaine offensif, il s’est montré plus impactant, et a beaucoup combiné avec ses coéquipiers pour pouvoir centrer. Sorti pour P. Barrios (79′).

A. Morata (5): Sans être très intéressant dans le jeu, et avoir participé beaucoup aux actions, l’espagnol a gâché quelques occasions de but, notamment une tête à la 28e minute, où il doit faire mieux. Il n’a pas non plus été très important défensivement. Remplacé par Memphis (79′), buteur à la 87e pour arracher les prolongations, et sur son tir au but, frappé dans la lucarne avec beaucoup de sang froid.

A. Griezmann (6): Un match solide pour le français, qui remet les siens sur de bons rails après l’ouverture du score des nerazzurri. C’est lui qui sonne la révolte en inscrivant un but plein d’opportunisme et de maîtrise de son corps. Une frappe en pivot très bien exécutée. En dehors de cela, il a beaucoup construit avec son équipe, et s’est montré important à la récupération du ballon. Il a peut-être manqué un petit peu d’explosivité, mais pas de quoi s’alarmer, car il revient de blessure. Cependant, en sortant pour S. Niguez (105′), on l’a vu se tenir la jambe en grimaçant, inquiétant pour le rassemblement des bleus la semaine prochaine.

Inter Milan (3-5-2):

Y. Sommer (6): On ne peut franchement rien reprocher au portier suisse, qui a fait ce qu’il a pu durant cette rencontre. Les deux buts qu’il subit sont à bout portant, et il réalise tout de même 5 arrêts. De plus, il a fait quelques bonnes sorties aériennes. Enfin, il arrête même un pénalty sur la séance de tirs aux buts. Le gardien peut être exempté de culpabilité ce soir.

A. Bastoni (6): Un match solide pour l’italien, qui ne s’est pas beaucoup fait prendre par les attaquants adverses. Il a surtout été chargé de contrôler l’axe, ce qu’il a bien fait. Ses relances ont été globalement satisfaisantes. Remplacé par F. Acerbi (73′).

S. De Vrij (5,5): Assez inconstant, le néerlandais a alterné le très bon et le mauvais. Un domaine où il a fait preuve d’inconstance étant notamment le placement défensif. Il était parfois très bien placé pour anticiper, ou couvrir un déplacement, mais parfois, il semblait courir vers le but sans réellement regarder la course de son vis-à-vis. Des erreurs qui auraient pu coûter encore plus cher.

B. Pavard (4,5): Autant, la saison du français est très satisfaisante, mais aujourd’hui, il a clairement manqué ce rendez-vous. A part un bon tacle sur Griezmann à la 43e, il n’a pas très bien défendu, à l’image de cette erreur bête menant au premier but de l’Atletico. Lorsqu’il est passé piston droit, on a retrouvé un Pavard embêté techniquement.

F. Dimarco (6): Toujours dans un rôle très défensif, l’italien montre des qualités d’appel dans la profondeur, et de vitesse impressionnantes. Cela lui permet notamment de marquer le but de l’ouverture du score à la 33e minute, après une belle action qu’il conclue parfaitement. Défensivement, il a été un petit peu léger, mais son abattage offensif compense sans doute. Il est remplacé par Y. Bisseck (84′).

H. Mkhitaryan (6,5): Un match de patron pour l’arménien, qui a montré toute son expérience dans la vision du jeu, mais aussi dans son utilisation de l’espace. Toujours bien placé, il a souvent ouvert des espaces grâce à cela. Défensivement, il a été globalement bon, mais a surtout beaucoup aidé à la relance. Il a montré encore ce soir qu’il est très dur de lui prendre le ballon, avec sa sérénité à toute épreuve. Il est sorti en fin de rencontre pour D. Klaassen (112′).

H. Calhanoglu (5,5): Celui qui s’autoproclamait meilleur milieu du monde au micro de DAZN récemment n’a pas forcément conforté ce statut ce soir. Sans être mauvais, il n’a pas forcément impressionné, notamment dans la technique défensive. Ses passes entre les lignes sont toujours intéressantes, mais elles n’ont pas apporté d’occasion franches cette fois-ci.

N. Barella (5,5): Dans un rôle assez mobile au milieu, il a alterné entre positions hautes et basses sur le terrain. Il a montré une certaine capacité d’adaptabilité, pour faire le lien entre les compartiments du jeu. Il est le passeur décisif sur le but de Dimarco, après une très belle action collective, il réalise le geste parfait. Il est remplacé par D. Frattesi (84′).

D. Dumfries (5,5): Très offensif ce soir, le néerlandais a eu une double occasion de mettre les siens à l’abri tôt dans le match (13e), sans succès. Par la suite, il a fait beaucoup d’appels, sans vraiment parvenir à mener au bout ses actions. Défensivement, il a parfois eu du mal, mais a globalement satisfait. Il est sorti pour M. Darmian (73′).

M. Thuram (5): Le match du français, dans le jeu, est plutôt satisfaisant, puisqu’il participe beaucoup à la construction des actions, en tant que pivot, ou dans la profondeur. Cela a créé des occasions à l’Inter. Aussi, il n’a pas rechigné à faire les efforts de repli lorsque nécessaire. Mais, lorsque l’on est buteur, on a beau faire tous les efforts demandés, il faut finir les actions. Et ce soir, le buteur des Bleus a manqué 3 à 4 occasions énormes de mettre son équipe à l’abri. Il est sorti en prolongations par Inzaghi pour A. Sanchez (102′).

L. Martinez (5,5): Un match similaire à celui de Thuram, car l’argentin a beaucoup construit en première période. A la différence du français, il n’a pas eu beaucoup d’occasions (une seule, en dehors de la surface). L’argentin s’est mué en playmaker, et n’a pas forcément été mauvais. Sa vision du jeu est très bonne. Grosse ombre au tableau, son pénalty manqué aux TAB, qui enterre définitivement la qualification pour l’Inter.

Lire plus