Leipzig - Real Madrid (0-1) : Les notes complètes [Ligue des Champions - 1/8 aller]

Leipzig – Real Madrid (0-1) : Les notes complètes [Ligue des Champions – 1/8 aller]

Homme du match – Lunin (G) (8) : Si la Maison Blanche perd l’un de ses gardes, Lunin le remplace sans problème. L’ukrainien nous a presque fait oublier Courtois ce soir. Le gardien a été l’auteur d’un nombre incalculable d’arrêts décisifs et ce tout au long de la partie. Il en fait notamment un dès les premières minutes de jeu, permettant à un Madrid acculé de rester dans le match. Au total, Lunin finit le match avec 9 arrêts et mérite son titre d’homme du match.
Leipzig (4-2-2-2)
Gulásci (5.5) : Pas vraiment mis en difficulté mis à part le but de Diaz où il ne peut rien faire, le match a été plutôt calme pour le gardien qui n’a pas vraiment eu besoin de s’illustrer.
Simakan (5.5) : A l’image de son équipe, sa première mi-temps est meilleure que la deuxième. Accrocheur sur Vinicius, précis dans ses passes et assez à l’aise techniquement, le français a montré son talent aux yeux de l’Europe, mais seulement en première période. La seconde l’a vu chuter de rythme et de fait de niveau avec des pertes de balle à répétition.
Klostermann (7) : Le défenseur a été un des principaux acteurs de la domination intermittente de son équipe. Solide et prévoyant, l’allemand a annihilé bon nombre d’offensives madrilènes.
Orban (C) (6) : L’Hongrois a également réalisé de bonnes interventions défensives, notamment durant la première période. Toutefois, il s’est montré plus limité dans la relance où il a été quelquefois dangereux par ses pertes de balle.
Raum (5) : Fautif sur le but des Merengue où il se fait avoir par le superbe contrôle orienté de Diaz, ce soir, le latéral gauche a été tout de même meilleur défensivement qu’offensivement où il ne s’est pas illustré par sa soi-disant qualité de centre.
Schlager (7) : Très bon match de l’Autrichien dans l’ensemble. Il a assuré la circulation du ballon grâce à sa qualité de passes et sa puissance, lui permettant de gagner beaucoup de duels face au milieu de terrain expérimenté de la Maison Blanche. Kampl finit par le remplacer (90’).
Henrichs (7) : Extrêmement mobile, Henrichs était partout ce soir, à se demander s’ils étaient deux. Lorsqu’il ne grappille pas tous les ballons, il est à la création par ses passes briseuses de lignes. Il a également été dangereux par ses quelques frappes cadrées. Il cède finalement sa place à Haidara (74’) qui a su apporter par sa fougue et a failli être décisif.
Olmo (6) : Justesse technique et passes téléguidées à destination de Sesko, l’espagnol a respecté son rôle de numéro 10. Le milieu de terrain aurait pu être décisif s’il avait mis trouvé le chemin des filets sur les quelques occasions qu’il s’est procuré. Néanmoins, dans de tels matchs, son expérience de la compétition doit apporter davantage à son équipe. Il est remplacé par Elmas (74’).
Simons (6.5) : Prêté par le Paris Saint-Germain, Xavi Simons doit montrer que la ligue des champions ne lui fait pas peur et il l’a fait ce soir. Vif et fougueux, le jeune Néerlandais a su provoquer de nombreuses fautes face à l’expérimenté Carvajal. Peu servi, le milieu de terrain offensif n’a pas réellement pu tirer au but et ainsi faire la différence pour son équipe. Match encourageant pour la jeune pépite qui a déjà tout d’un grand.
Šeško (5.5) : Combatif et pas avare d’efforts, le jeune Slovénien a été servi à plusieurs reprises sans pour autant trouver le chemin du but face à un Lunin impérial. Son but, injustement refusé dès la 2e minute du jeu, aurait sans nul doute changé la tournure du match et du sien en particulier.
Openda (4.5) : Le Belge a été dynamique par ses nombreux appels créant des espaces pour Sesko, mais n’a pas été assez inspiré lorsqu’il avait le ballon. On a senti ce soir un Openda limité. Poulsen le remplace sans pour autant faire mieux (74’).
Real Madrid (4-3-1-2)  
Carvajal (5.5) : En difficulté face à un Simons plus rapide, le latéral droit a fait parler sa ruse pour se remettre dans le match et offrir une deuxième mi-temps de bien meilleure qualité.
Nacho (C) (5.5) : En-deçà durant la première mi-temps, le capitaine espagnol a mis son équipe en danger à cause de mauvaises relances et a été quelques fois pris dans le dos par les appels malins des attaquants de Leipzig. La seconde période lui a permis de rectifier le tir et de montrer un bien meilleur visage.
Tchouameni (7) : Le français a avoué un jour s’inspirer de Thiago Silva et cela saute aux yeux, si bien qu’il donne l’impression d’en avoir trois. Propre et appliqué dans la relance, c’est surtout dans l’anticipation que le nouveau défenseur a montrée toutes ses qualités. Nacho peut le remercier s’il ne tombe pas malade, Tchouameni a couvert son dos toute la soirée.
Mendy (5) : Match en demi-teinte pour le français qui a subi quelques vagues offensives sur son côté, notamment en première mi-temps.
Camavinga (7.5) : Les matchs passent et le bilan reste toujours le même. Camavinga est bel et bien le patron des Merengue. Aussi bien rigoureux défensivement, notamment pour épauler un Mendy en difficulté, que tranchant offensivement grâce à son aisance technique, l’espoir français est un des artisans de la victoire madrilène ce soir.
Valverde (4.5) : Hyper actif comme à son habitude, le milieu de terrain adore ce rôle de box to box. Toutefois, aujourd’hui, l’Uruguayen a été moins en vue à cause d’un nombre incalculable de pertes de balle et d’une insuffisance d’impact face à un milieu allemand plus que solide.
Kroos (7) : Très bas, limite en troisième défenseur central à la relance, Kroos a une nouvelle fois assuré ce rôle de métronome et de relais entre la défense et le milieu. Il a été un peu plus en difficulté sur les phases défensives.
Diaz (8) : Madrid n’est pas connu pour ses (petits) ponts, mais match après match, l’architecte Brahim Diaz en est à la construction. Avec un bassin qui défie les lois de la gravité, facile pour Brahim Diaz de se faufiler entre les adversaires. Encore considéré comme un remplaçant, l’espagnol profite d’un Bellingham blessé pour faire valoir son talent. D’abord dans la circulation du ballon en décrochant fréquemment, c’est sur son côté droit que Brahim Diaz a fait la différence en seconde mi-temps. 48’ minutes de jeu, l’attaquant efface son adversaire d’un magnifique contrôle orienté, se faufile dans le milieu de Leipzig en éliminant deux joueurs puis enroule sa frappe pour trouver le petit filet opposé. Cette magnifique action individuelle lui permet d’ouvrir le score et assurer la victoire à Madrid. Il a également mené à la perfection les contre-attaques madrilènes en deuxième mi-temps lorsque Leipzig s’est davantage exposé. Après une énième accélération où il glisse un nouveau petit pont, il sort sur blessure et cède sa place à Lucas Vasquez (84’).
Rodrygo (4) : Rodrygo est l’ombre de lui-même. Sa fougue et son apport offensif ont laissé place à la maladresse et au doute. Le brésilien n’est pas en confiance et ça se ressent. Les dribbles ne passent plus et les frappes ne trouvent pas le cadre non plus. L’attaquant doit se remettre la tête à l’endroit s’il ne veut pas s’attirer les foudres du public madrilène. Il est logiquement remplacé par Joselu (84’).
Vinicius (6.5) : Pris au marquage par plusieurs joueurs en première mi-temps, la créativité du brésilien a été longtemps muselée. Il faut attendre l’ouverture du score pour que Vinicius ait davantage d’espaces et puisse exprimer librement son talent. Malchanceux, suite à une contre-attaque rondement menée, il tire sur le poteau (71’), empêchant à son équipe de prendre le large.
Lire plus