Juventus Turin – Sassuolo (3-0) : Les notes complètes [Série A – 20ème j.]

Juventus Turin – Sassuolo (3-0) : Les notes complètes [Série A – 20ème j.]

Homme du match: D. Vlahovic (8,5): Une soirée magique pour le buteur serbe, qui inscrit un doublé en première période, et quel doublé! d’abord une frappe superbe à 25 mètres des buts, qui vient crucifier Consigli, puis un coup franc, dans une position encore plus excentrée, qui finit sa course dans la lucarne côté gardien. Il a longtemps recherché son coup du chapeau, en vain, mais cela l’a fait participer aux actions de belle manière. Il a même montré des qualités de remiseur, jouant ce rôle de pivot pour Yildiz. Surtout, la pression qu’il a mise en première période a permit bon nombre de ballons récupérés. Un match mémorable pour lui. Il est ovationné par le Juventus Stadium pour sa sortie pour A. Milik (82′).

Juventus Turin (3-5-2):

W. Szczesny (5,5): Pas énormément inquiété, le gardien polonais ne réalise qu’un seul vrai arrêt décisif et complexe, sur une belle frappe de Laurienté (32′). A part cela, il a bien géré son match à la relance (sauf une bourde sans conséquence à la 34e). Il réalise 3 parades ce soir. Une bonne soirée.

D. Rugani (5,5): Rien à dire, l’italien a été propre défensivement. Son placement était correct, et ses interventions solides. Sans être impressionnants, il a fait le job, et c’est ce qui lui est demandé.

Bremer (6,5): Toujours impressionnant de physicalité, le brésilien ne laissait pas passer le moindre centre dans sa surface. Il coupait à la racine les actions, via des tacles toujours bien sentis, ou encore un usage de son corps pour empêcher l’attaquant de progresser. D’abord au centre, puis à gauche de le défense, il a montré de belles choses partout où il a joué ce soir.

Danilo (6): Egalement très solide, l’ancien latéral droit a surtout brillé par ses relances longues d’une qualité exquise. Il était un véritable quarterback, et a grandement contribué à la solidité défensive de la Juventus, car il a défendu sans se jeter, mais sans laisser trop d’espace à son vis-à-vis. Et, si l’on n’a pas vu Pinamonti du match, il n’y est pas étranger.

F. Kostic (5,5): Il est rare de voir le piston serbe réaliser une mauvaise performance, et l’adage se confirme encore aujourd’hui. Il a toujours une activité débordante, ainsi qu’une patte gauche affutée pour tout type de centre, et il en a fait preuve aujourd’hui. Il beaucoup essayé de trouver du jeu dans les petits espaces sur son côté gauche, ce qui a fait mal à Erlic et Pedersen. Il sort pour S. Illing-Junior (82′).

F. Miretti (5,5): Une rencontre satisfaisante pour le jeune bianconero, qui a montré une belle palette technique, notamment sur ses contrôles de balle. Il a également bien participé à la pression en première période, ce qui a permit à la Juve de ne pas souffrir défensivement. Il était enfin toujours très disponible pour créer du jeu en relai. Remplacé par T. Weah (57′).

M. Locatelli (7): Les superlatifs manquent pour définir à quel point il a été crucial en terme de pression pour la Juve ce soir. L’international italien ne s’est pas contenté de faire le lien entre attaque et défense. Il a été l’attaque et la défense. Il était littéralement partout, et techniquement au-dessus des autres milieux juventini. Un nombre de ballons récupérés incalculable, tout comme le nombre de bons ballons qu’il a distribué en phase offensive, après avoir évidemment pressé le porteur. Et, comme un symbole, c’est avec une action du même genre qu’il effectue une passe décisive très intelligente, pleine d’altruisme, pour le dernier but de Chiesa.

A. Rabiot (4,5): Habitué aux grosses performances depuis quelques temps avec la Juve, aujourd’hui, le milieu des bleus a très peu existé dans l’entrejeu. Il a globalement défendu tout le match, sans pour autant récupérer beaucoup de ballons. Au marquage sur Thorstverd, il n’a pas réussi à le contenir vraiment, lui laissant des espaces pour manoeuvrer. Un match décevant.

A. Cambiaso (6,5): Un match très plein pour le piston droit italien, qui montre de belles choses à ce poste. Il est rapide, mais surtout très efficace dans ses choix, et se trompe rarement dans ses passes. Il est également technique, ce qui lui a permit de sortir le ballon, balle au pied, de sa moitié de terrain. Enfin, défensivement, il est également une valeur sûre, qui a récupéré quelques ballons cruciaux. Il était d’ailleurs, avec Kostic, pendant les 30 premières minutes, la pièce maitresse de la relance de la Juve, car ils ont souvent usé de longs ballons vers les pistons pour ressortir très proprement, jusqu’à ce que Sassuolo comprenne qu’il fallait contenir cette puissante arme. Il sort en toute fin de match pour le taulier A. Sandro (88′).

K. Yildiz (5,5): Une soirée qui conforte les espoirs qu’a la Juve dans son jeune turc de 18 ans. Il s’est souvent montré capable de provoquer un défenseur en un-contre-un, mais également de jouer en remisant sur un coéquipier, dos au jeu. Il a également participé à la pression mise en première période. Aucune offensive de la Juve ne s’est faite sans implication de sa part, lui qui a toujours été volontaire dans l’effort. Il est remplacé par F. Chiesa (57′), buteur en fin de match pour compléter la belle performance des bianconeri.

D. Vlahovic (8,5): Voir ci-dessus.

Sassuolo (4-2-3-1):

A. Consigli (3): 3 buts encaissés, 3 erreurs manifestes et complètes de la part du gardien italien. N’est pas Buffon, et sa longévité, qui veut, et le match du portier des Neroverdi illustre cela.

M. Viti (5): En difficulté défensivement en première période, il a souffert de la vitesse de Cambiaso, ou même de Vlahovic en profondeur. Il a parfois montré une certaine naïveté défensive. Mais en seconde période, il a au moins réussi à apporter offensivement, via des courses, jusqu’à sa sortie pour F. Missori (74′).

G. Ferrari (5): Pas des plus rassurants dans la profondeur, on peut tout de même lui accorder une certaine qualité dans la gestion de la défense de zone. Il est en revanche fautif sur le premier et le dernier but des bianconeri, trop prit au dépourvu par la vitesse d’exécution adverse, et laissant trop d’espaces au porteur.

M. Erlic (4): Très peu serein à la relance, le défenseur croate a manqué de justesse dans ses passes. En plus de cela, il n’a pas très bien défendu les incursions de Yildiz, souvent prit de vitesse. En témoigne d’ailleurs son carton jaune reçu pour une faute sur le turc. Il est contraint de sortir à cause d’une gène pour Ruan à la mi-temps (45′).

M. Pedersen (4): Le norvégien a peiné à exister défensivement dans ce match. Souvent seul face à deux joueurs adverses, le latéral droit a dû tenter de contenir ces assauts tant bien que mal. Offensivement, on ressent bien qu’il n’est pas une option viable. Il est techniquement limité, et manque de précision dans les centres.

M. Henrique (3): Terrible match pour le milieu brésilien. Il a perdu tant de ballons dangereux, raté tant de passes menant à une action adverse. Il n’a réellement rien réussi aujourd’hui. Cela a presque fait du bien à Sassuolo lorsqu’il s’est projeté un petit peu plus vers l’avant, car là, au moins, les ballons perdus étaient plus haut sur le terrain. Techniquement, il a été faible, et n’a pas cherché à trouver des passes intéressantes vers l’avant, tous ses ballons étaient horizontaux, et maladroits qui plus est.

D. Boloca (5): En première période, le roumain a peiné à exister face à la densité au milieu des adversaires du soir. Mais la seconde période a été plus encourageante pour lui, qui a su combiner avec ses coéquipiers, mais aussi conserver le ballon quand il l’a fallu. Il a également réalisé un très bon retour défensif sur Vlahovic à la 42e minute, alors que le serbe partait en un-contre-un pour son triplé.

A. Laurienté (6): En première période, il est l’un des seuls à avoir vraiment causé quelques frissons à Szczesny notamment avec une frappe croisée coup du pied (32′), qui rebondit juste devant le gardien polonais, puis est sauvée par ce dernier. Mais le français ne se démonte pas, et continue de créer du jeu, des dribbles (3, record du match), et tente de maintenir en vie son équipe. Il créé d’ailleurs une occasion de but, pour laquelle il aurait pu être passeur décisif, si Thorstvedt avait mieux calibré sa mire. Il est sorti pour S. Mulattieri (84′).

K. Thorstvedt (5,5): Le numéro 42 norvégien a du mérite ce soir, car chaque fois qu’il a prit le ballon, il a tenté de créer du jeu, dans une équipe qui a manqué de créativité ce soir. Dans cet entrejeu bien contrôlé par les 3 milieux juventini, il est parvenu à exister quelques fois, et trouver des décalages, pour rappeler qu’il est un joueur de qualité. Il est remplacé pour C. Volpato (70′).

D. Berardi (5,5): Egalement assez brillant lorsqu’il prenait le ballon, la légende vivante de Sassuolo s’est montrée avant tout dans sa capacité à prendre les devants pour frapper. Même loin de la zone de vérité, il a tenté des décalages, des dribbles, pour tenter de faire bouger le jeu. Il est remplacé pour S. Castillejo (70′).

A. Pinamonti (3): Le néant total, le buteur touche pourtant 24 ballons durant le match, ce qui peut être suffisant pour être décisif pour un buteur. Mais là, l’italien a été vide de toute inspiration, et de toute qualité technique. Ses contrôles ont été affreux, ou alors insuffisants pour se mettre dans une position de frappe. On a presque parfois eu l’impression qu’il n’avait pas envie d’être là.

 

Lire plus