FC Nantes : Une bonne nouvelle concernant la mise en examen du club !

FC Nantes : Une bonne nouvelle concernant la mise en examen du club !

La révélation faite le vendredi dernier concernant la mise en examen du FC Nantes le 21 septembre pour des transferts douteux a suscité l’étonnement et l’inquiétude. Le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc, a formulé de graves accusations à l’encontre de la Maison Jaune.

Il lui reproche d’avoir été complice de l’exercice illégal de l’activité d’agent sportif, notamment par Bakari Sanogo et Joaquim Batica, et d’avoir participé à une opération visant à dissimuler ou convertir les produits d’un crime ou d’un délit.

Lire aussi :

Le risque encouru par le club en termes de sanctions est tangible et non négligeable. En effet, le FC Nantes pourrait faire face à des conséquences importantes si les faits reprochés sont avérés et conduisent à une condamnation judiciaire.

Cependant, selon Kévin Grethen, journaliste à Ouest France qui a révélé cette affaire, il semble que d’éventuelles sanctions ne seraient pas prononcées avant plusieurs années. Dans le podcast Sans Contrôle, il a expliqué que les affaires de nature économique et financière, telles que celle-ci, prennent généralement beaucoup de temps à être traitées par la justice.

Lire aussi :

Il a souligné que des affaires remontant à 2015-2016 sont toujours en cours de traitement, ce qui illustre bien la lenteur du processus judiciaire dans ce domaine. Le délai avant qu’un jugement soit rendu pourrait donc s’étendre sur une période de sept ans ou plus.

En outre, il est à noter que les avocats du FC Nantes auront la possibilité de faire traîner l’affaire, notamment en usant de divers recours légaux et appels, ce qui pourrait prolonger encore davantage la durée avant qu’une décision finale soit prise.

Finalement, il n’y a actuellement aucune mesure restrictive empêchant le FC Nantes de poursuivre ses activités normalement. Malgré la mise en examen, le club est libre de fonctionner sans entraves jusqu’à ce qu’une éventuelle sanction soit effectivement appliquée, si tel devait être le cas à l’issue des procédures judiciaires.

Lire plus