FC Nantes : "Vous n'êtes pas un homme", un ex-Canari détruit Antoine Kombouaré !

FC Nantes : “Vous n’êtes pas un homme”, un ex-Canari détruit Antoine Kombouaré !

Il n’a rien oublié. Même si le souvenir remonte à l’année 2021, Abdoulaye Touré, alors milieu de terrain au FC Nantes et formé dans ce même club, avait des aspirations à changer d’air.

Nonobstant, il a eu l’impression qu’un accord avait été conclu avec son coach de l’époque, Antoine Kombouaré, mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. Aujourd’hui joueur du Havre, Touré a révélé sa version des faits lors d’une interview accordée à l’Équipe.

Lire aussi :

Avant la fin de la saison 2021, une discussion cruciale a eu lieu entre Touré et Kombouaré. Touré souhaitait quitter le club, et il semble que Kombouaré était d’accord, à condition qu’il trouve un nouveau club avant la date limite du 30 juin ; sinon, il devrait se réintégrer à l’équipe durant le mercato.

Cependant, la veille de cette échéance, Touré a été informé de son exclusion du groupe professionnel, une nouvelle qu’il avait d’abord prise pour une plaisanterie.

Lire aussi :

“Avant la fin de saison 2021, j’ai un entretien avec le coach Kombouaré. Ça faisait un moment que je voulais quitter le club. Il me dit : “Le mieux serait que tu partes, comme ça tu es heureux. Par contre, si tu ne retrouves pas de club au 30 juin, tu reprends avec nous, mais ce sera encore le mercato, avec l’objectif que tu trouves un club.” Le 29, je reçois un appel, on me dit que je suis exclu du groupe pro. Je pense que c’est une blague. J’appelle Franck Kita (le directeur général délégué). Il me dit : “Ce sont les choix du coach, on ne peut rien y faire.” Je réponds : “J’ai un vécu dans ce club, je n’ai jamais manqué de respect, j’étais capitaine il y a quelques semaines. Et on m’envoie en réserve ?” Je demande un entretien avec le coach. Le lendemain, dans le bureau de Franck, le coach arrive et dit : “Pour moi, il n’y a pas de problème. Je t’ai toujours dit que si tu ne trouvais pas de point de chute le 29, tu ne reprenais pas avec nous. Ou alors tu as mal compris.” Là, je lui ai dit ses quatre vérités : “Vous prétendez être quelqu’un de droit, qui dit toujours ce qu’il pense, mais vous êtes malhonnête. Vous n’êtes pas un homme.”

Lire plus