OPINION | Stade Rennais : Peut-on se satisfaire du début de saison ?

L'heure est au bilan, aux comptes, aux calculettes, aux observations. A l'heure de cette trêve dûe à la coupe du monde, les clubs sont privés de compétition durant un bon mois. L'occasion parfaite, à l'approche du milieu du championnat et d'un sprint final qui s'annonce aussi long qu'excitant, de dresser un premier compte rendu de cette équipe Rennaise. Avec une interrogation centrale : peut-on se satisfaire du début de saison du Stade Rennais ?

Des résultats convaincants

Troisième de Ligue 1 avec 31 points, c'est un record pour le club, deuxième de son groupe d'Europa League à 2 points de Fenerbahçe et facilement qualifié pour la suite de la compétition, invaincu depuis août, invaincu en Europe, et 2 petites défaites concédées depuis le début de la saison. Des stats qui parlent, avec celles-ci compliqué de dire que les Rennais sont passés à côté de leur automne. Certains des records de l'an dernier sont déjà tombés, le plus éloquent étant bien sûr la plus longue série sans défaite, portée à 17 matchs ce samedi face à Toulouse, série toujours en cours. Les Rennais répondent présent dans les rendez-vous face aux écuries attendues du championnat, deux nuls décrochés en Provence, l'un à Marseille, l'autre à Monaco, les deux sur le score de 1-1. Un autre 1-1 obtenu la semaine passée à Lille, une victoire contre Lyon 3-2 dans le Génésico et des bons points pris contre des "gros", en plus des matchs plus faciles, 5-0 contre Auxerre, 3-0 contre Nantes.

Chance ou réussite ?

Une équipe qui gagne n'est pas forcément une équipe qui réussit ses matchs. Le cru 2022-2023 de ce Stade Rennais en est la preuve, avec des victoires heureuses arrachées dans la douleur, à Angers (1-2), face à Brest (3-1), la double confrontation contre Kiev (2-1, 0-1) et la victoire à Larnaca. Et comment oublier des matchs nuls très peu convaincants, les deux remontadas subies face aux Turcs du Fener, deux scores de parité concédés après avoir mené 2-0 puis 0-3, le retour face à Larnaca et le désastre à Lille, en trompe l'œil au vu du contenu. Pourtant, les résultats sont là et bien qu'on puisse critiquer le jeu et le scénario, c'est 19 points de pris sur les 9 matchs que nous avons évoqués. Soit forçant son destin en fin de match, ou avec un brin de réussite, les Bretons sont réalistes, pragmatiques, jouent pour gagner, ou pour ne pas perdre. Il faut reconnaître que ça marche, même si la manière manque souvent à l'appel. L'important c'est les trois points ?

Nostalgie, quand tu nous tiens...

Circulez, il n'y a presque plus rien à voir. Certes, il y a des beaux buts collectifs, du jeu en une touche, mais par pincées. 90 minutes de haute volée où chaque action est un chef-d'œuvre, ça, non. Oubliez l'invraisemblable Rennes-Lyon de l'an passé (4-1), l'un des meilleurs matchs de l'histoire récente du Stade Rennais, désormais on a affaire à une équipe assez fadasse, qui ne collera plus de raclées face à des mal-classés mais se contentera d'une victoire sur la plus petite des marges. Il s'agit davantage de rencontres ou alternent temps (très) forts et temps (très faibles). Deux explications possibles ; ou Génésio a changé son approche des matchs, ou bien les autres formations savent désormais comment manœuvrer sa bande, et c'est sans doute un peu des deux. Toujours est-il que le fond de jeu inquiète, et la comparaison avec le millésime 2021-2022 deviendrait presque absurde.

Des rouge et noir en noir et blanc

Cette nouvelle saison du Stade Rennais est en effet pleine de contraste, et pourra en laisser certains bien mélancoliques du jeu rythmé et dominateur de l'an passé. Si cette nouvelle stratégie amène les Bretilliens à alterner le noir et le blanc, l'ombre et la lumière, elle n'a jamais connu le "gris" ; elle n'a maîtrisé aucun de ses matchs de bout en bout comme elle aurait pu en être capable il y a quelques mois. Mais toutes les bonnes choses ont une fin. Aujourd'hui, Rennes joue pour gagner et gagne, joue pour ramener des points et en ramène, joue pour ne pas perdre et ne perd (presque) pas. Alors au final avec cette équipe, ceux qui attendent des résultats seront satisfaits et les amateurs de beau jeu resteront sur leur faim.

Lire plus