Ligue 1 - 19ème j. | Les notes de Lorient - Paris SG (1-1)

Homme du Match : Laurienté (7,5) :  Quelle prestation ! L’attaquant lorientais à livré un rendu individuel très intéressant en occupant un rôle déterminant dans la construction du jeu offensif de sa formation. C’est lui qui amorce l’action offensive qui se conclura sur un but de Monconduit (40’). Beaucoup d’engagement et de volonté dans ses prises de balles comme avec cette frappe qu’il arme face à Kimpembe (59’) et qui trouve finalement les gants de Navas. Il parvient également à faire abstraction de l’obstacle Marquinhos qui s'était dressé devant lui pour assurer la transmission du ballon à ses coéquipiers (67’).  Une ferveur parfois mal contrôlée à quelques instants comme avec cette intervention sur Messi avec un pied placé un poil trop haut et dont l’issue aurait pu être malheureuse. Toutefois, enjolivé par une belle complicité avec Moffi dans la profondeur du terrain, il a fait preuve d’une performance offensive qui lui a permis à lui et son équipe de causer bien des ennuis aux parisiens qui ne s’attendaient sans doute pas à subir autant d'invasion dans leur surface de réparation. Remplacé par Silva (77’). 

Lorient (4-4-2)

 

Nardi (6) : Si l’on retire cette mauvaise surprise de dernière minute signée Icardi (90’+1), il aura globalement bien été aidé par le bloc bas mis en place par les Merlus ainsi que le manque de précision des tireurs de la capitale française. Il réalise une très bonne lecture de jeu qui lui permet d'effectuer une sortie salvatrice en mettant le ballon hors de portée de la Pulga (80’), dont il contre à nouveau la tentative quelques secondes plus tard. Une bonne lucidité dans sa récupération en hauteur face à Ramos (83’).  

Mendes (6) : D’excellent appuis qui auront le mérite d’avoir notamment bloqué Wijnaldum dans son ascension devant les cages lorientaises (58’). Il s’est beaucoup démené pour apporter un soutien offensif de par ses louables initiatives de montées en profondeur qui n’ont certainement pas été récompensées par ses coéquipiers, à tort ou à raison, comme il se doit. 

Laporte (6) : Des interventions défensives mûrement exécutées comme celle sur Icardi en début de rencontre (15 ‘). Un marquage efficace exercé sur les joueurs adverses.

Jenz (5,5) : Bien que ne l’ait pas vu contribuer offensivement, il a su se montrer sérieux dans son rôle défensif et son apport dans le pressing a été la bienvenue pour faire barrage à la formation parisien avec cette tentative de Messi qu’il contre sans signe de panique (72’).

Le Goff (6) : De la combativité pour défendre sur son couloir gauche où il a d’ailleurs été mis en difficulté par Wijnaldum (26’). En seconde période, il se retrouve souvent confronté à Hakimi face à qui il ne recule pas et arrive à s’imposer (50’). 

Le Fée (6,5) : Il a réussi à créer des occasions dangereuses comme sur cette tentative avec l'extérieur du pied droit (10’). Une qualité technique irréfutable avec laquelle il a été en mesure d’animer le jeu dans le cœur du terrain. Il parvient entre autres à délivrer la passe décisive pour Monconduit (40’) et à récupérer la possession de la balle sur un dribble amorcé par Messi (67’).

Monconduit (7) : Une prestation complète tant défensivement qu’offensivement. En première période, il parvient à stopper intelligemment un contre parisien (18’). Et par-dessus tout il est l’auteur d’une frappe sensationnelle qui vient se loger en pleine lucarne, mettant Navas dans une posture d’impuissance (40’).  

Abergel (5,5) : Une précieuse capacité à s’interposer dans la communication entre les joueurs parisiens comme entre wijnaldum et Di maria (54’). Sept minutes après l’heure de jeu, il tente lui aussi sa chance devant les cages de Navas sur une passe de Laurienté mais voit sa frappe au-dessus du cadre, et oublie en passant sur le côté gauche la solution Mendes (67’). 

Ouattara (6,5) : Le jeune burkinabé a bien percuté sur son couloir gauche et est à l’origine de la majorité des contres menées dans le dos des parisiens. Une aptitude à instaurer des moments de panique dans la surface adverse qui aura manqué d’être complétée par un peu plus de spontanéité devant les filets. En effet, sur un excès d’hésitation il manque de faire le break au retour des vestiaires sur l'offrande de Moffi (50’). Défensivement, il commet une erreur lors d’un tacle trop engagé sur Mendes (43’) qu’il corrige avec une meilleure gestion de son intervention sur Di Maria au abord des cages lorientaises (75’). 

Moffi (6) : Sur un contre initié dans le dos de Kimpembe, il provoque la première grosse occasion de la rencontre mais ne réussit pas à la concrétiser sur une passe trop croisée prise sur la mauvaise surface du pied (10’). Il a réalisé par la suite pas mal de tentatives mais malheureusement pour lui, elles ont toutes été entachées par un manque de vivacité et de tranchant lors de ses tirs (16’), (39’). Il a néanmoins été crucial dans l'animation offensive comme en atteste sa participation dans l’inscription du premier but de la rencontre avec sa passe délivré à Le Fée qui se chargera de l'envoyer à son dernier destinataire décisif. Une belle performance physique à noter notamment dans son duel gagné face à Kimpembe (49’). 

Laurienté :  Voir ci-dessus. 

PSG (4-3-3)

 

Navas (6) : l'international costaricien ne s’attendait sans doute pas à être autant mis à contribution pour ce dernier match de l’année civile. Il n’en reste pas moins qu’il a enchaîné les parades comme il sait bien les exécuter et s’est efforcé tant bien que mal à ne pas céder aux assauts des Merlus… à l'exception de celle menée à la 40ème minute. 

Hakimi (6) :  l’international marocain a effectué des dédoublements sur son couloir droit bien rodé (8’), (52’). Une bonne réactivité qui lui a permis d’empêcher la sortie de ballon dans la zone de corner (22’). Mais ce que l’on retiendra davantage sont sans doute ses centres parfaitement transmis qui ont créé la plupart du temps des occasions pas toujours concrétiser notamment sur la tête de Icardi (30’). Mais finalement ce n’était que l’histoire d'une partie remise, car après une force de persévérance, le latéral droit parvient à l’issue d’un exploit individuelle à s'extirper d’un marquage de plusieurs lorientais sur lui, pour ensuite délivrer un centre en retrait qui cette fois-ci se verra rentrer dans les filet de Nardi sur une tête bien cadré de l’argentin (90’+1).   

Marquinhos (5,5) : Le capitaine brésilien à bien entamer les premières minutes de la rencontre avec un excellent défensif retour (12’) avant de commettre une négligence sur un placement trop haut laissant derrière lui des espaces en or qui n’ont pas manqué d’être exploités par l’attaque lorientaise dont la sentence a été irrémédiable (40’). Il se rattrape physiquement en seconde période avec cette bonne coupure de transmission entre Moffi et Laurienté (69’).

Kimpembe (5,5) : Un choix assez dangereux en première période où il a risqué de perdre le ballon au mauvais endroit (6’). A l’image de son coéquipier de la charnière défensive, il laisse par manque de vigilance ou excès de confiance trop d’espaces entre lui et ses cages qui ne lui pardonneront pas (40’). En seconde période, il est resté assez actif défensivement malgré son positionnement sur le couloir gauche.

Mendes (5) : Une entame de match dynamique avec ce dédoublement de wijnaldum où sa frappe manque de trouver Icardi (1’). Il a participé comme il a pu dans la recherche de brèche dans le côté adverse sans grand succès. Remplacé par Ramos (46’) qui sera par ailleurs expulsé du terrain sur une faute sur Moffi après avoir placé son corps en obstacle alors que l’attaquant lorientais était en pleine course sur sa trajectoire (85’). 

Herrera (5) : Outre le fait qu’il est à l’origine de la perte de balle qui donnera naissance au premier but des lorientais, il a peiné à s'imposer dans le jeu parisien. Remplacé par Yansané (74’).

Gueye (5) : Retour défensif tantôt bon (55’) tantôt mauvais pour cause de retard notamment sur Abergel (37’). Il est bien monté au pressing  mais sur le plan offensif a produit beaucoup de déchets dans ses tirs face aux buts.

Wijnaldum (5) : Le joueur néerlandais a aussi eu des déchets dans ses frappes comme celle trop écrasée sur une passe de Hakimi (52’). Un manque d’inventivité pour faire débloquer la situation dans le milieu de terrain.

Di Maria (6) : L’international argentin a laissé exprimer toute sa qualité technique notamment dans son festival qu’il a magnifiquement mené dans la zone de vérité des Merlus mais qui ne sait pas terminé de la manière escomptée, faute à l’intervention de Nardi qui est venu contrer la balle avec son pied (5’). En seconde période, il rate une occasion innée de confirmer sur une offrande de son compatriote Messi mais qui passe au-dessus du cadre. Il essaye de reprendre des centres de Hakimi mais qui ne trouve pas le chemin des filets (30’) (65’). Malgré les difficultés rencontrées pour créer l’étincelle, il a fortement participé à l'animation offensive qui a manqué de structure.

Icardi (4,5) : Bilan des courses, il marque de la tête sur une passe en retrait de Hakimi (90’+1), voilà le seul élément positif à relever pour sa prestation individuelle, bien que son action ait été décisive pour son équipe. Il a cruellement manqué de précision en première mi-temps tandis qu’il s’est complètement effacé en seconde période.

Messi (6) : La pulga a été en mesure de se procurer des situations intéressantes où il a pu mettre en évidence sa performance technique comme avec son sublime  enchaînement qui aboutit sur un tir croisé du pied gauche mais touche le poteau (26’). Les occasions qu’il s’est procuré ont été permises avec sa prise d’initiative de décrocher davantage dans le milieu de terrain pour chercher le ballon de lui-même, soit une belle évolution dans son attitude sur le terrain par rapport à son début de saison où il se limitait à attendre que la balle lui soit gentiment apportée. 

 

Lire plus