Ligue 1 - 17ème j. | Les notes de Lens - PSG (1-1)

Homme du match : Fofana (8) : Il a été tout simplement monstrueux ! Le capitaine lensois n’a pas ménagé ses efforts et a été l’auteur d’une performance remarquable avec une participation cruciale dans la proposition de solutions ainsi que la création de situations dangereuses pour l’adversaire, une judicieuse exploitation de la largeur du terrain, sans oublier une qualité technique exceptionnelle notamment avec ce magnifique contrôle de balle face à Paredes en seconde période. C’est à la 62ème minute qu’il concrétise sa prestation avec une puissante frappe qu’il arme sur les 25 mètres de Navas que ce dernier laisse malencontreusement filer au fond des filets. Malheureusement pour la formation Lensoise qui a globalement fourni un jeu de très haut niveau, la prestation fort admirable du milieu de terrain n’aura pas suffit à arracher la victoire à une équipe parisienne accoutumée depuis quelques matchs à briser amèrement tous espoirs de victoires de ses adversaires dans les dernières minutes de la rencontre. 

Lens (3-4-1-2)

 

Leca (6) : C’est un solide dernier rempart lensois qui s’est dressé aujourd’hui face à l’attaque parisienne comme l’illustre ce miraculeux arrêt, qu’il réalise sur une tentative de Di Maria qui surgit par surprise au second poteau, qu’il parvient à repousser in-extremis de la main gauche (45+1). Toutefois, Wijnaldum réussit à avoir raison de lui sur un caviar de Mbappé qu’il reprend et transforme instinctivement de la tête dans les derniers instants du match ( 90+4’).

Gradit (6) : Il a été sérieux du début à la fin avec un bon pressing exercé sur les milieux de terrain adverses qui se sont retrouvés complètement déboussolés en première mi-temps. Un rendu défensif satisfaisant avec de bons retours à l’image de celui réalisé face à la montée de Mbappé qu'il parvient à stopper intelligemment dans sa progression en profondeur (76’). 

Danso (6,5) :  Défensivement, l’autrichien à été en mesure de se montrer percutant et agressif. Il gagne son duel face à Icardi grâce à une belle solidité physique (2’). À noter également des relances proprement exécutées.   

Medina (6,5) : Le défenseur argentin a été à la hauteur de l’implication de ses coéquipiers en contribuant à maintenir l’intensité dans le pressing et à assurer un bon marquage sur Messi. Il a transmis des ballons intéressants qui trouvaient  la plupart du temps l’intervalle à l'intérieur du jeu. 

Clauss (7) :  Le numéro 11 lensois ne s’est pas fait prier pour se mettre en évidence dans le jeu proposé par sa formation et a enchainé les centres dans la zone de vérité parisienne. Il tira un coup franc en première période sur une frappe puissante mais pas décisive (42’). Une belle communication avec Frankowski qui lui délivre des ballons propices à la création de nombreuses occasions.

Doucouré (6) : Il a été très impliqué dans l’animation défensive et offensive avec une très bonne reprise tirée et récupérée par Navas (29’). 

Frankowski (7) : Il a sorti un très gros match. L’international polonais n’a pas hesité à aller chercher haut dans l’orientation du jeu. Une réactivité louable à l’image de cette tentative de Messi reprise de la tête et adressé à son portier (15’) ou encore de cette reprise de volley effectuée au-dessus du cadre (32’). Une capacité appréciable à créer des décalages en première partie de jeu vers son coéquipier Clauss sur le côté droit.

Kakuta (6) :  Une belle qualité de contrôle de balle qu'on lui connaît, une solidité physique et un sang froid dans ses duels comme l’illustre son duel remporté face à Kimpembe (40’). Remplacé par Sotoka (53’).

Da Costa (6,5) : Une participation offensive marquée par un engagement et un dynamisme qu’il manque malheureusement pour lui et son équipe de concrétiser sur deux grosses occasions. Remplacé par Cahuzac (80’).

Kalimuendo (6) : Le jeune Lensois prêté par le club parisien à été présent physiquement durant cette rencontre qu’il débute sur un duel gagné contre Marquinhos (5’). Il parvient intelligemment à se sortir du pressing de Verratti (22’). Néanmoins, en dépit de certaines tentatives, il ne réussit pas à faire la différence sur le compteur de but. Remplacé par Haidara (80’)

 PSG (4-3-3)

 

Navas (6) : C’est en majorité grâce à lui que les parisiens ont pu rester dans la partie durant les 45 premières minutes avec un bel arrêt sur un coup franc lensois qui en pratique n’était pas évident à stopper avec le rebond de la balle (24’). Il maintient l’effort en seconde période mais commet une grossière erreur en perdant la balle qu’il avait pourtant réussi à stopper dans un premier temps sur la frappe de Fofana. La sanction sera immédiate avec l’ouverture du score adverse (62’).

Hakimi (6) : Le latéral droit marocain a fait de son mieux pour apporter sa pierre à l’édifice bien fragile du jeu parisien. Il a débuté son match avec un positionnement bas qu’il abandonne à partir du premier quart d’heure de jeu pour monter plus haut et tenter tant bien que mal d’orienter le jeu du club de la capitale un peu plus vers l’avant. Dans les derniers instants de la première mi-temps, il profite de l’espace laissé sur son couloir droit pour déborder et arme un tir en direction de Di Maria qui manque de peu de l'enfoncer au fond. Des retours défensifs clairvoyants sur Da Costa (33’) (70’). 

Marquinhos (6) : Ce n’est pas sans difficulté que le capitaine brésilien a assuré la sécurité de sa surface face une attaque adverse en feu. Quelques maladresses offensives avec cette reprise de corner de la tête imprécise (45’).

Kimpembe (6) : Sans surprise, il a fait preuve d’une grande solidité défensive. Il s’est imposé à de nombreuses reprises en sauveur grâce à des interventions pleines de lucidité (43’), (77’). 

Bernat (5,5) : Un travail défensif sérieux avec un bon marquage de Clauss et de bons déplacements. Une prestation offensive un peu plus timide. Remplacé par Mendes (80’).

Verratti (5) : Un rendu assez mitigé. L’international italien a semblé exprimer une certaine nervosité tant dans son attitude que dans son jeu. En première partie de jeu, il réalise des déplacements aléatoires et peine à trouver des solutions pour installer le jeu parisien dans la surface lensoise avec des coéquipiers offensives quasi immobiles. Des mauvais choix d’actions défensives comme ce tacle sur Kalimuendo (27’). Sa bonne combinaison avec Messi (44’) vient apporter une pointe de lumière dans son rendu qui est loin d’être le meilleur depuis le début de la saison.

Danilo (5) : Des imprécisions offensives qu’il contrebalance avec de bonnes choses défensives dont cette tentative de Fofana bien contrée (9’).

Paredes (5) : Une titularisation bien timide pour le milieu argentin. Il a complètement été effacé par le fort pressing imposé par les Lensois et le geste technique de Fofana face auquel il s’est retrouvé impuissant ainsi que sa tentative sur une passe de Hakimi (qui été par ailleurs hors jeu) (60’) ont globalement été les seuls moments où il a été visible. Il est remplacé à raison par Wijnaldum (69’) qui marque le but de l’égalisation parisienne (90’+2).

Messi (5.5) : Une performance pour le moins moyenne de la part du ballon d’or. Paraissant d’abord être aux abonnés absents avec une attitude un poil trop statique, la Pulga se réveille en fin de première période avec un bon appel en profondeur (38’) qu'il fait suivre d’un mauvais centre en retrait. Beaucoup plus de ballons touchés à partir de l’heure de jeu. Il manque de creuser l’écart en fin de rencontre avec ce coup franc manqué (90+4’). 

Icardi (4,5) : On ne sait pas si c’est parce qu'il n’a pas su se montrer assez disponible ou bien si ce sont ses compatriotes argentins qui n’ont volontairement pas daigné lui attribuer des ballons, mais une chose est sûre, sa prestation est loin de faire l’unanimité. En effet, il a eu un bien grand mal à trouver la profondeur (28’) et a commit de nombreuses imprécisions. Il est remplacé par Mbappé (69’) qui tentera tant bien que mal d'apporter toute la folie de son jeu et mettra en lumière sa capacité à être décisif avec ce caviar pour Wijnaldum qui vaudra l’égalisation pour le club parisien (90+2). 

Di Maria (6) : L’international argentin a grandement contribué à l’animation offensive avec de bons appels. Il n’a pas hésité dans sa prise d’initiative à lancer des contres notamment en première mi-temps qu’il combine avec un positionnement dans le jeu très intérieur. Au retour des vestiaires, il manque de peu une tentative sur une frappe enroulée déviée par le portier lensois (48’).

Lire plus