L'Australie annule le visa de Novak Djokovic pour la deuxième fois

Cet article est traduit automatiquement depuis la langue d'origine vers votre langue. N'hésitez pas à nous signaler s'il contient des erreurs de traduction afin que nous recherchions les corriger dans les plus brefs délais.

Dans la bataille juridique à enjeux élevés entre Novak Djokovic et le gouvernement australien, c'est un jeu pour l'Australie, l'amour pour Djokovic. Le joueur numéro 1 mondial ne sera pas autorisé à rester en Australie pour participer à l'Open d'Australie.

"Aujourd'hui, j'ai exercé mon pouvoir en vertu de l'article 133C (3) de la loi sur l'immigration pour annuler un visa détenu par M. Novak Djokovic pour des raisons de santé et de bon ordre, dans l'intérêt public. devrait faire », a déclaré vendredi le ministre de l'Immigration Alex Hawke, un jour après que Djokovic ait participé au tirage au sort de l'Open.

Avant cette décision, la superstar du tennis a admis s'être assise pour une interview et avoir pris des photos avec une agence de presse française après avoir été testée positive et avoir fait de fausses déclarations sur sa demande d'immigration selon lesquelles il n'était pas parti depuis 14 jours avant d'arriver. Australie. Il a qualifié la participation à la séance photo d'"erreur de jugement" et a déclaré que la fausse déclaration sur le formulaire était une "erreur administrative" de la part d'un membre de son équipe.

Djokovic, qui a tenté d'éviter de révéler son statut vaccinal, a reçu une dérogation de l'Open d'Australie avant d'arriver à Melbourne le 6 janvier. Il a été testé positif au coronavirus en décembre en Serbie, ce qui, selon lui, lui a conféré l'immunité. et l'exempter de l'obligation de vaccination de l'Australie.

Les autorités australiennes ont révoqué son visa à son arrivée, citant le pays exigeant que tous les visiteurs étrangers soient vaccinés. Djokovic a également trouvé une transcription de son entretien avec un agent des frontières – « Je ne suis pas vacciné » – rendue publique. Sa famille a tenu plusieurs conférences de presse soutenant sa position anti-vaccination pendant sa détention.

La superstar du tennis a été détenue pendant quatre jours dans l'un des hôtels d'immigration les plus notoires d'Australie mais, après un procès frappé par un bombardier Zoom, a été libérée devant le tribunal le 10 janvier, une décision qui répond aux protestations de Noisy et au gaz poivré de la police.

L'instillation de Djokovic auprès du gouvernement australien a séduit les habitants de ce pays, qui ont été confrontés à l'un des confinements les plus stricts au monde. Plus de 90 % de la population de Victoria, y compris Melbourne, est vaccinée.

Cet article est traduit automatiquement depuis la langue d'origine vers votre langue. N'hésitez pas à nous signaler s'il contient des erreurs de traduction afin que nous recherchions les corriger dans les plus brefs délais.

Lire plus