Mondial 2022 - Qualifications | Les notes de France - Ukraine (1-1)

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)


 

Homme du match : Kanté (8) : Chez les Bleus comme chez les Blues, le petit phénomène Kanté capte tous les regards. Récupérateur exceptionnel, ce spécialiste du travail de l’ombre n’a pas pu s’empêcher de briller. Bourreau des contre-attaques adverses et créateur pour son équipe, l’ancien Caennais a couvert un espace hallucinant sans jamais se fatiguer.

France (4-4-2) :

Lloris (5) : Rien à faire ce soir pour le portier de Tottenham : déstabilisé par une frappe déviée, il laisse un ballon entrer dans ses cages; le seul qui en ait pris la direction.

Pavard (6) : Intéressant par sa présence sur l’aile droite, le latéral tricolore gagnerait à se montrer moins statique.

Varane (5) : Pas particulièrement créatif dans son rôle de premier relanceur, le madrilène n’a pas eu grand chose à faire pour protéger son but.

Kimpembe (5) : Jamais avare de déplacements, Kimpembe couvre une large surface dans la défense des bleus et permet à Hernandez de prendre plus de libertés sur son couloir.

Hernandez (7,5) : Tout en restant attentif aux adversaires dans son dos, Hernandez, rapide et percutant, apporte énormément de solutions offensives à ses coéquipiers. Celui qui joue le rôle de doublure au Bayern n’a pas à se sentir menacé sur son statut en sélection.

Coman (6,5) : Très en jambes, le bavarois a incarné un danger constant pour la défense ukrainienne. Ses dribbles n’auront pas fait évoluer le score mais ce n’est que partie remise pour Coman qui consolide sa place dans le 11 de Didier Deschamps. Remplacé par Dembélé (63ème.)

Kanté (8) : voir ci-dessus

Rabiot (5) : Bien moins en vue que son partenaire au milieu, Rabiot s’est montré lent dans ses prises de balles, pas forcément inspiré sur son jeu vers l’avant, et globalement trop discret.

Mbappe (3) : Loin du poison que l’on attendait, la présence de Mbappe sur l’aile gauche tricolore a été un cadeau pour des ukrainiens vigilants. Parfaitement muselé, le parisien a joué la carte de la simulation en se roulant par terre pendant une bonne minute avant de réaliser que personne n’en avait rien à faire. Remplacé à la 77ème (il était temps !) par Anthony Martial.

Griezmann (7,5) : Extrêmement mobile, altruiste et irréprochable techniquement, Antoine Griezmann a retrouvé un vrai rôle de meneur de jeu en équipe de France. Il comble les lacunes de certains partenaires offensifs en redoublant d’activité sur le front de l’attaque et ouvre le score d’une magnifique frappe brossée du gauche.

Giroud (4) : Mis à mal par une défense à 3 qui ne l’a pas laissé respirer, l’indétrônable avant-centre des Bleus ne parvient pas à convertir les rares occasions qu’il se procure. Remplacé par Pogba (63ème).

Ukraine (3-4-3) :

Bushchan (5) : Impuissant sur la frappe de Griezmann, le gardien de 26 ans n’a pas été inquiété par ailleurs.

Karavaev (7) : Aligné comme piston dans une défense à 5, le milieu de terrain du Dynamo Kiev se montre très frileux en première période. Impossible d’imaginer qu’il reviendra après la pause dans la peau d’un guerrier prêt à tout pour gagner ses duels et partir en contre-attaque au moindre prétexte. Plus intéressé par le ballon qu’un Mbappé dans la lune, il est à l’origine de l’égalisation ukrainienne.

Zabarnyi (6) : Se voir attribuer le côté droit de la charnière centrale n’était pas un cadeau pour le très jeune défenseur ukrainien. L’affrontement avec un certain Kylian Mbappé n’a pourtant pas semblé effrayer Zabarnyi, vigilant et rarement pris de vitesse.

Kryvtsov (6) : Dans son rôle de stoppeur rugueux, le joueur du Shaktar était au rendez-vous. Toujours plus à l’aise au duel qu’à la relance, il contribue à la solidité du bloc Bleu et Jaune.

Matviienko (6) : Coéquipier de Kryvtsov en club comme en sélection, le central de 24 ans a su mettre à disposition sa bonne qualité de passe pour permettre aux siens de souffler entre les longues phases de possession tricolore.

Mykolenko (5,5) : 5ème élément de cette ligne défensive, Mykolenko n’a pas manqué d’envie en débordant sur son couloir, mais de justesse technique. 

Shaparenko (5,5) : Pas toujours en réussite, le numéro 7 a eu le mérite d’oser jouer vers l’avant. Il tient son poste avec hargne dans un premier rideau rarement traversé. Remplacé par Zubkov (86ème).

Sydorchuk (4) : Se fondre dans la masse pour fuir les responsabilités individuelles, tel a été le credo de Sydorchuk ce soir. Rarement intéressant sur les phases offensives, il trouve lui aussi sa place en défense placée. Remplacé par Kovalenko (79ème).

Malinovsky (7,5) : Pas la moindre hésitations dans ses prises de balle, des transmissions intelligentes et précises et un dévouement sans pareil, Malinovsky a montré ce soir les qualités qui lui permettent de briller en Serie A.

Yaremchuk (3) : Un match très compliqué pour l’avant-centre de la Gantoise, trop peu sollicité pour montrer ce dont il est capable. Remplacé par Moraes (72ème).

Zinchenko (7) : Rapide et juste techniquement, le citizen joue à l’instinct et se projette rapidement vers l’avant. Il aide Mykolenko à fermer le couloir droit.