Mondial 2019 (F) – 1ère j. | Les notes de Chili – Suède (0-2)

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Femme du matchAsllani (6,5) : Celle qui affiche un statut d’idole en Suède a débloqué une situation bien compliquée pour son équipe. Pas forcément très à l’aise dans ce match, elle a fini par inscrire un but au terme d’un cafouillage en fin de match. Si on attend bien plus de sa part dans le jeu, elle a régné sur l’entre-jeu face à une faible équipe chilienne au milieu.

 

Chili

Endler (4,5) : La gardienne du PSG a été très solide toute au long de la partie. Que ce soit dans ses sorties aériennes ou sur sa ligne, Endler a rassuré sa défense. Si les Suédoises n’ont pas été particulièrement dangereuses devant sa cage pendant 80 minutes, elle n’a pas pu garder sa cage inviolée dans les dix dernières minutes en encaissant deux buts.

Galaz (6,5) : Jamais prise par les débordements de Rolfö ou les tentatives de dédoublements, peu de centre sont parvenus à destination de son côté. Très efficace, elle a totalement neutralisé le côté gauche de la Suède.

Saez & Guerrero (5) : En difficultés sur les appels de Blackstenius dans la profondeur, elles ont tenté de la contenir tant bien que mal. Elles ont profité du manque d’efficacité de l’attaquante suédoise sur ces ballons mais aussi sur leurs erreurs de marquage sur des centres. En revanche, elles ont évité le pire à plusieurs reprises en repoussant des ballons chauds dans la surface. Plus agiles lorsque le ballon était au sol que dans les airs.

Toro (6,5) : Sa solidité a été impressionnante pendant 90′. Forte sur ses appuis et capable de d’intervenir avec efficacité dans les pieds des ailières adverses, Toro a montré l’exemple après 10 premières minutes compliquées. Elle s’est uniquement concentrée aux tâches défensives mais l’a fait avec brio.

Aedo & Lara (6) : Impressionnantes dans les efforts déployés, les deux milieux latérales dans cette ligne de trois avec Zamora ont réalisé une partie tout en hargne. Présentes dans les duels, elles ont aussi essayé d’imposer un pressing par moment mais trop irrégulier pour porter ses fruits. Parfaites dans leur rôle du bloc imposée aux suédoises, elles n’ont jamais rien lâche. Aedo remplacé par Soto (85′).

Zamora (4,5) : Dans ce bloc compact, elle a tenu position. Mais trop fébrile balle au pied, son manque de lucidité et sa précipitation lui ont fait défauts dans les relances. Des ballons trop rapidement rendus à l’adversaire dans ses 40 mètres.

Araya (6,5) : Incroyable de courage, Araya a longtemps pensé contribuer à un match nul inespéré. Des efforts défensifs remarquables pour contenir les assauts des ailières suédoises et aider sa coéquipière sur ce côté. Inexistante offensivement mais on ne peut pas vraiment le lui reprocher.

Balmaceda (5) : Si son rôle se cantonnait à des efforts défensifs ingrats, elle n’a pas rechigné à les faire pour priver les suédoises de débordements. Tout comme Araya de l’autre côté mais avec moins de présence, elle a fait preuve de courage.

Urrutia (4) : Le plan d’attaque n’était pas s compliqué : espérer un long ballon, se battre et mettre en difficulté les axiales suédoises par la vitesse. Si elle a couru et fait beaucoup d’efforts pour récupérer ces ballons, elle n’a jamais été en position de marquer, la défense faisant parfaitement son travail. Remplacé par Lopez (59′).

 

Suède

Lindahl (5,5) : La légendaire gardienne suédoise a vécu une première très tranquille sur la pelouse du Roazhon Park. Les Chiliennes ne l’ont jamais inquiété.

Glas (4,5) : Peu sollicité d’un point de vue défensif, la latérale droite de la Suède n’a pas brillé dans cette partie. Si elle n’a pas hésité à apporter son soutien dans la moitié de terrain adverse, elle n’a pas su passer Toro malgré les possibilités de débordements et de surnombre.

Fischer (5,5) : Peu sollicité, elle a été parfaite dans ses interventions et n’a jamais été prise de vitesse dans la profondeur, son point faible.

Sembrant (5) : Facile sur les longs ballons, elle n’a tremblé sur aucune de ces tentatives de jeu rapide. En revanche, elle a perdu plusieurs ballons face au pressing chilien, voulant relancer (trop) proprement et se mettant en danger toute seule.

Eriksson (4) : Rien à dire défensivement et très peu servi dans l’autre partie du terrain. Le jeu a penché de l’autre côté mais elle ne s’est pas montré disponible que ce soit pour apporter le surnombre ou pour prendre le couloir.

Asllani (6,5) : Celle qui affiche un statut d’idole en Suède a débloqué une situation bien compliquée pour son équipe. Pas forcément très à l’aise dans ce match, elle a fini par inscrire un but au terme d’un cafouillage en fin de match. Si on attend bien plus de sa part dans le jeu, elle a régné sur l’entre-jeu face à une faible équipe chilienne au milieu.

Jakobsson (5,5) : Très en vue pendant tout le match, elle a bien distribué le jeu latéralement mais a eu du mal à faire des différences malgré ses multiples tentatives sur l’aile droite. Disponible et à l’aise balle au pied, elle a été plus efficace dans son rôle de meneuse de jeu.

Seger (5) : Tout comme Rubensson on ne peut pas lui reprocher sa timidité dans une telle partie. Peu inquiété dans son propre camp, elle a participé au surnombre stérile suédois dans la moitié de terrain adverse.

Rubensson (6) : Efficace à la première relance et souvent touché dans un rôle de relais au coeur du jeu, on attendra d’elle un rôle défensif primordial notamment face aux USA. Une entrée en douceur dans la Coupe du Monde dans un match ou les adversaires ont peu inquiété son équipe. Remplacé par Janogy (81′) auteure d’un superbe but en fin de partie.

Rolfö (3,5) : Particulièrement décevante et presque inexistante dans les phases offensives, elle n’a pas su se montrer sous son meilleur joueur pour l’entrée de son équipe dans le Mondial. Face à une équipe chilienne pourtant largement prenable sur le papier, elle n’a pas marqué de points. Remplacé par Hurtig (66′).

Blackstenius (6,5) : Très mobile et disponible sur le front de l’attaque suédoise, elle a touché beaucoup de ballons que ce soit dans l’axe ou dans les couloirs. Ses appels dans la profondeur ont été très efficaces mais elle a manque de lucidité et de réussite dans le dernier geste. Remplacé par Anvegard (65′).

 

Benoît Castéla

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.