Mondial 2019 (F) – 1ère j. | Les notes de Nigeria – France (0-1)

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Femme du matchAsseyi (7) : Titularisé pour la première fois dans cette Coupe du Monde, elle est la meilleure joueuse de ce match. Même si elle n’a pas inscrit de but ou délivré de passe décisive sur la pelouse du Roazhon Park, c’est elle qui a fait des étincelles dans la défense adverse. Exemple d’envie et de travail, elle s’est battue sur chaque ballon perdu pour le récupérer. Même si Delphine Cascarino a touché plus de ballons, elle a su se montrer patiente et exploiter la moindre faille dans l’arrière garde du Nigeria pour mettre le ballon dans la surface. Capable de se montrer aussi percutante de l’autre côté en fin de match. Un vrai gage de confiance pour la suite.

Nigeria 

Nnadozie (6) : Pourtant si solide pendant une longue partie du match, elle a subi l’intervention sévère mais juste de la VAR pour faire retirer un penalty raté de la France. Les Françaises ont peu trouvé le cadre dans cette partie, mais la gardienne n’a pas tremblé dans ses sorties.

Okeke (4) : En souffrance face à Asseyi, elle n’a pas su trouver les solutions pour priver l’ailière de ballon. Sauvée par sa vitesse qui lui a permis de revenir à plusieurs reprises alors qu’elle était prises par les appels, elle a laissé des espaces et a défendu en reculant.

Ebi & Ohale (6,5) : Longtemps, les deux défenseurs axiales ont pensé pouvoir conserver ce point du match nul ou espérer encore le but de la qualification. Solide devant Gauvin, les deux joueuses n’ont jamais laissé un seul espace à l’avant-centre des tricolores. Une défaite terriblement frustrante avec un match aussi plein.

Ebere (2) : Le calvaire de la latérale droite n’a pris fin que lors de son terrible carton rouge. Après plusieurs fautes grossières sur Cascarino qui l’avait effacé, elle a commis l’irréparable dans la surface alors que Diani était passée devant elle dans le duel. Une faute synonyme de second carton jaune logique après un match très compliqué.

Chikwelu (6) : Souvent en retard sur la porteuse du ballon, elle a bien compensé en ajoutant de l’impact dans les duels. Mais trop seule dans son pressing, elle a beaucoup couru dans le vide. Elle a plutôt bien relancé les ballons récupérés mais ses partenaires n’ont pas su les mettre à profit.

Oshoala (3,5) : Inexistante offensivement, le constat est le même que pour sa partenaire Ayinde. Remplacée par Imo (84′).

Ayinde (3,5) : Peu trouvée, elle a été en grande difficulté dans l’entre-jeu. Il faut dire que le triangle du milieu français été impressionnant et a fait courir les nigérianes après le ballon. Peu présente à la relance, à la récupération, elle doit son salut à son placement dans le bloc.

Okobi-Okeoghene (6) : Elle était peut-être la seule à pouvoir amener le danger devant la cage de Bouhaddi mais sa solitude sur le plan offensif ne lui a pas permis de faire la différence toute seule. Sa pointe de vitesse a finalement été maîtrisé par la défense de l’équipe de France.

F. Odrega (3,5) : Trop d’imprécisions techniques balle au pied pour espérer contrer efficacement et se montrer dangereux. Dommage car les occasions sont déjà rares. Mais à ce niveau-là on ne peut pas se permettre tant d’erreurs. Elle aurait pu faire pencher la balance et offrir des occasions à son équipe avec un peu plus de justesse, dommage. Remplacée par Nwabuoku (85′).

D. Oparanozie (3,5) : La capitaine et avant-centre du Nigeria a du se débrouiller bien seule dans cette partie. Envoyée presque au casse-pipe par ses coéquipières avec de grands ballons aériens en espérant une erreur défensive ou un exploit, l’attaquante n’a pas pu faire de miracle surtout avec les rares possibilités de contres gâchés. Remplacée par Kanu (90′).

 

France

Bouhaddi (5) : Elle a débuté son match avec une première intervention assez suspecte. Elle s’est rassurée par la suite sans être grandement inquiété.

Périsset (5,5) : Son manque d’apport offensif en première période est une vraie déception. Peu sollicité défensivement, on s’attendait à la voir apporter son soutien plus souvent à Cascarino ce qui n’a été que trop rarement le cas, même en seconde période.

Mbock (6,5) : Toujours aussi solide, Griedge Mbock est en train de devenir un dernier rempart infranchissable au fil des matchs. Aux côtés de Wendy Renard, elle prend de plus en plus de place de par une solidité impressionnante. Même la vitesse des attaquantes nigérianes n’y a rien changé. Personne n’est parvenue à la passer.

Renard (6) : Désireuse de se racheter après le but contre son camp lors du dernier match, elle a pris ses responsabilités au moment de tirer le penalty obtenu par Diani. Après un premier échec, elle bénéficie d’une intervention largement discutable de la VAR qui lui permet de le retirer. Elle ne se loupe pas une seconde fois.

Majri (6) : On aurait également aimé la voir un peu plus se proposer pour dédoubler avec Asseyi et prendre le couloir. Son expérience aurait du lui permettre de se mettre en valeur dans ce compartiment du jeu vu le peu de sollicitation défensive.

Bilbault (6,5) : Titularisé à la place de Bussaglia, elle a parfaitement répondu présente. Sa qualité de relance et ses orientations de jeu ont été globalement bonnes. On peut peut-être lui reprocher un manque de dépassement de fonction lorsqu’elle est restée uniquement en sentinelle mais elle a été parfaite dans son rôle et a su casser des lignes par ses bonnes passes.

Henry (6,5) : Amandine Henry est un élément indéboulonnable de cette équipe et encore une fois la capitaine a été monstrueuse dans l’entre-jeu. Très présente dans la distribution de jeu, elle est resté démarquée entre les lignes pour servir de relais à ses partenaires. Jamais trop gourmande balle au pied, la capitaine sait quand il faut lâcher le cuir et ça change beaucoup de choses.

Thiney (5,5) : Très présente sur les phases offensives des Bleues, elle a manqué de lucidité devant le but. Elle a eu deux bonnes actions d’ouvrir le score mais n’a pas su réaliser le bon geste. Elle attend toujours d’ouvrir son compteur la compétition mais son impact dans le jeu est bien présent. Remplacée par Geyoro (89′).

Cascarino (6,5) : Les ailières tricolores ont mis à mal les latérales adverses et Delphine Cascarino n’y est pas pour rien. Ses dribble et sa pointe de vitesse lui ont permis de déborder à plusieurs reprises. Malheureusement, le manque de qualité de ses centres a longtemps été un problème pour marquer. Remplacée par Le Sommer (62′).

Asseyi (7) : Voir ci-dessus.

Gauvin (5,5) : Si peu de centres sont arrivés jusqu’à elle, ses efforts pour n’ont pas été comptés. Ses partenaires ne l’ont pas toujours servi comme elle l’aurait mérité mais elle a tout tenté à l’image de ce retourné acrobatique qui lui vaudra un carton jaune. Remplacée par Diani (63′).

 

Benoît Castéla

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.