Joueuse du match: Lavelle (7.5): les Etats-Unis sont sacrés pour la quatrième fois de leur histoire, et leur succès lors de cette finale est dû en grande partie à l'excellente prestation de Rose Lavelle. Agressive en phase défensive, la jeune joueuse récupère un grand nombre de ballons, freinant ainsi la progression des Néerlandaises. C'est également elle qui tue le match grâce à une frappe du gauche sur laquelle la gardienne Oranje ne peut pas intervenir. Etats-Unis (4-3-3)  Naeher (6): elle est peu sollicitée par les Néerlandaises qui se procurent peu d'occasions, mais effectue tout de même une bonne sortie face à Beerensteyn. Dunn (6.5): toujours attentive,...

Femme du match: Sofia Jakobsson (7): Elle a géré intelligemment la rencontre. Très en vue en première période, au cours de laquelle sa complicité avec Asllani et Blackstenius a fait mal aux Anglaises, elle inscrit le deuxième but de son équipe à la suite d'une superbe frappe enroulée. Après le repos, elle a été quasiment la seule joueuse de la Suède à avoir mis en difficulté la défense adverse, et ses accélérations ont été un calvaire pour Greenwood.   Angleterre (4-2-3-1):   Telford (5,5): La première demi-heure catastrophique des Anglaises a fait qu'elle a été beaucoup sollicitée. Elle manque de peu de...

Femme du match: Naeher (7): On l’avait vu fébrile par moment dans cette Coupe du Monde mais là, cet arrêt du pénalty à la 83ème minute de jeu change tout et fait de la gardienne américaine l’héroïne de cette rencontre. Elle assure la qualification américaine pour une nouvelle finale de coupe du monde. Les États-Unis sont en finale de la coupe du monde grâce à ce splendide arrêt.   ANGLETERRE (4-1-4-1)   Telford (5,5): Elle réalise quelques bons arrêts en début de match mais n’a jamais su être décisif! Aucun arrêt qui n’a fait la différence et encaisse deux buts. Bronze (5,5) : Un début...

Femme du match: van de Donk (7): Pilier du 4-3-3 néerlandais, la relayeuse d'Arsenal aurait pu inscrire un des buts de cette compétition, mais sa frappe enroulée frappe la barre transversale de Giuliani, lobée. Mais celle elle qui a dicté le tempo de ce match, étouffant. Alors que le match semblait s'essouffler fin première mi-temps, elle et toute son équipe ont relevé la tête pour écraser sur la pelouse leurs homologues italiennes. Les notes de l'Italie: Giuliani (4,5): Frustrant pour la gardienne italienne d'encaisser deux fois le même but, le même coup franc, la même tête, et cette même main non...

Femme du match : Rapinoe (8) : Le doublé pour Rapinoe ! Elle ouvre le score à la suite d'un coup franc excentré sur la gauche, sa frappe passe entre les jambes de tout le monde pour finir dans les filets de Bouhaddi (5ème). Elle a mis au supplice Torrent en début de match. Elle inscrit un doublé en reprenant au second poteau une passe de Heath (65ème). Remplacée par Press à la 87ème minute.   France (4-2-3-1)   Bouhaddi (5) : Masquée sur le premier but à la suite d'un coup franc excentré de Rapinoe (5ème). Rassurante dans ses interventions par la suite. Elle entretient l'espoir...

Femme du match: Martens (9) : c’est elle qui fait les bons comptes des Oranje ce soir. Elle a d’abord su se faire oublier, et est passée devant tout le monde sur un corner tiré au premier poteau et placer son ballon au second pour donner l’avantage aux néerlandaises. Elle a bien suivi le pressing très haut initié par ses partenaires en première période. C’est encore elle qui converti le penalty obtenu par Miedema en toute fin de match. Pleine de sang froid, elle envoie les championnes d’Europe pour la première fois en quarts de finale d’un Mondial.   Notes des Pay-Bas...

Joueuse du match: Bartoli (7.5): cela faisait presque trente ans que les Azzurre n'avaient pas atteint un tel niveau en Coupe du Monde. Les Italiennes se qualifient pour les quarts de finale en s'imposant sur le score de 2-0 face à la Chine. Toutefois, le mérite revient en particulier à l'arrière garde azzurra, qui ne s'est jamais laissée surprendre par les offensives chinoises. En plus de s'être montrée invincible en phase défensive, Bartoli est également impliquée sur le premier but italien puisque c'est elle qui, balle au pied, oblige la gardienne adverse à sortir, laissant à Giacinti tout le loisir...

Femme du match: Buchanan (7,5): Il est rare de mettre à l'honneur une défenseuse alors que son équipe a été défaite et éliminée, et pourtant, impossible de pas être à la fois enthousiasmé par le niveau et la progression de la canadienne, ainsi que déçu, de ne plus voir la toute jeune joueuse de 23 ans dans la suite de cette compétition. Meilleure joueuse du Mondial 2015 (et elle mériterait sûrement une place dans l'équipe-type cette année), la défenseuse lyonnaise qui vient de prolonger jusqu'en 2022 a fait preuve d'une immense sérénité dans ses interventions, ses relances, ses tacles....

Femme du match: Rapinoe (8): Elle ouvre le score sur pénalty et met sa nation dans le bon chemin dans cette rencontre avant de doubler la mise, toujours sur penalty, cette fois très discutable, pour sauver une équipe difficilement engagée dans ce match. Elle finit par céder sa place, applaudie, à Christen Press (90’). Les Etats-Unis rejoignent ainsi la France en quarts de finale de ce mondial grâce au doublé de Megan Rapinoe.   Espagne (4-3-3)   Paños (6):  Elle fait un bon match sans être décisive mais est impuissante sur les deux pénalty américains. Corredera (6,5): Très bon match pour la latérale qui...

Femme du match : Diani (7) : Un poison pour la défense brésilienne tout au long du match. Son centre pour Gauvin à la 23ème minute aurait pu permettre à la France d'ouvrir le score. Puis, d'un jeu de corps magnifique, elle dépose Tamires et adresse un centre millimétré pour Gauvin et l'ouverture du score à la 52ème minute.   France (4-4-2)   Bouhaddi (5) : Un bel arrêt face à Cristiane à la 44ème et un précieux sens de l'anticipation. Elle réalise une magnifique claquette qu'elle dévie sur sa barre transversale (55ème minute) sur une tête de Cristiane. Torrent (4) : Concentrée principalement sur ses tâches défensives, elle...