Mondial 2018 – 3ème j. | Les notes de Nigeria – Argentine (1-2)

- Tour d'horizon du football sur Twitter - Continuez vers le bas pour l'article -

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match : Musa (7) : Le joueur du CSKA Moscou est un poison. Chacune de ses prises de balle a déroutée la défense bleu ciel. Il a dézoné à droite, à gauche, et a piqué chaque fois qu’il a pu. La défaite ne doit pas occulter sa rencontre de premier ordre. 

Nigeria (3-5-2)

Uzoho (5,5) : Le joueur de 19 ans dégage une vraie sérénité. Il dévie le tir vicieux sur coup-franc de Messi (33′), et sort bien dans les pieds d’Higuain lancé en profondeur (26′). Il doit par contre s’incliner sur la frappe parfaitement croisé de la « pulga » et est fusillé par une reprise miraculeuse de Rojo pied droit.

Omeruo (4,5) : Positionné en plein cœur de la zone de Messi, la soirée promettait d’être compliquée pour lui. Elle l’a été en première période, moins en seconde. Souvent pris de vitesse par le quintuple ballon d’or, il est fautif d’un marquage extrêmement lâche sur le but argentin, mais il est beaucoup moins mis en danger après la pause.

Troost-Ekong (5,5) : Il s’est régalé des longs ballons argentins et a été dominant dans le domaine aérien. Il est auteur d’une bonne intervention sur une situation chaude à la 61′.

Balogun (6) : Bien aidé par Moses il a été peu inquiété par un Di Maria à côté de ses pompes. Il est averti à la 32′ pour avoir stoppé irrégulièrement une des rares incursions de Di Maria. Il provoque le penalty de son équipe.

Idowu (5) : Face à un Mercado totalement inoffensif jusqu’à la 86′, il a été plutôt tranquille et a pu s’essayer à quelques montées intéressantes.

Moses (6,5) : Deux actions symbolises à merveille sont sens du dévouement. La première à la 49′, quand sous une pression monstre du peuple et des joueurs argentins, il transforme le penalty et qualifie provisoirement les siens. La seconde à la 84′, au moment où le Nigeria tient encore sa qualification, il revient plein de rage tacler Meza dans sa propre surface.

Ndidi (5,5) : Auteur de plusieurs interceptions bien senties, il s’est trop peu projeté dans le camp adverse.

Obi Mikel (6) : Replacé derrière Ndidi et Etebo pour ce match, afin de bloquer un certain n°10, le capitaine nigérian a aussi assuré plusieurs remontées de balle intéressantes.

Etebo (6,5) : Sa percée dès la 6′ est un étalage de ses qualités. Bon dribbleur et costaud dans la conservation de balle, le joueur de Las Palmas a un potentiel certain. Il n’a rien lâché dans ce match et a été avec Musa, l’homme fort de ce Nigeria.

Iheanacho (4) : Totalement esseulé, le joueur de Leicester a touché la modique somme de 14 ballons. Remplacé par Ighalo (45′) qui a donné du poid à l’attaque nigérianne (5,5).

Musa (7) : Voir ci-dessus.

 

Argentine (4-2-2)

Armani (5) : Celui qui vivait sa première séléction avec l’Argentine dans un contexte des plus compliqués s’est contenté d’être sobre. Il ferme bien son premier poteau à la 82′ face à Ighalo.

Tagliafico (5,5) : Il a réalisé plusieurs montées intéressantes en première mi-temps, notamment à la 7′ où il s’intercale entre Balogun et Ekong pour s’essayer à la frappe. Moins en vue en seconde, il cède sa place à la 79′ à Aguero.

Rojo (6) : Le héros de l’albiceleste. Tout simplement. Avec une reprise aussi superbe qu’inattendue il qualifie l’Argentine et prend rendez-vous avec les bleus.

Otamendi (5,5) : Le citizen a été solide dans les duels et a réalisé deux bonnes interceptions. Du Otamendi dans le texte.

Mercado (5) : Titularisé à une inhabituelle place de latéral droit, il a eu de grosses difficulté à contenir Musa et a trop rarement réussi ses gestes offensifs. Il sauve son match sur un centre qui mène au but salvateur de Rojo.

Banega (6) : Très juste techniquement durant le premier acte, avec une passe décisive laser pour son capitaine, et une autre pour mettre Di Maria sur orbite à la 32′. Il a accusé le coup après l’égalisation des « supers eagles ».

Mascherano (2) : Sa première passe totalement manquée à la 5′ donne le ton de son match. Systématiquement dépassé par la vivacité de Musa, il a également raté beaucoup de transmissions dont une qui offre une action de but à Iheanacho à la 12′. Il parachève son œuvre d’un ceinturage grossier sur Balogun à la 49′ qui entraine le penalty. Il peut remercier Rojo.

Di María (3,5) : Plein d’envie le parisien était très clairement dans un jour sans. Il a presque tout raté, et est logiquement remplacé par Meza à la 71′. Il était temps.

Messi (6,5) : Un match à deux visages. Tout d’abord, un premier acte de grande classe. Il fait exulter le Saint Petersburg Stadium à la 14′ d’un but magnifique et lance parfaitement Higuain à la 26′. Puis plus rien ou presque. Sans cesse enfermé entre trois joueurs, il n’a jamais pu être trouvé dans de bonnes conditions en seconde période.

Pérez (4,5) :  Il s’est souvent contenté de faire circuler le ballon latéralement sans jamais percuter. Remplacé par Pavon à l’heure de jeu.

Higuain (5) : Pipita a eu toute les peines du monde a se mettre en évidence au cœur de la défense à trois nigériane. Dans son rôle de pivot, il s’est souvent effacé au profit du collectif. Il a cru revivre la finale de 2014 quand à la 80′ il expédie une balle de match dans les nuages.

 

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.