Mondial 2018 – 3ème j. | Les notes de Japon – Pologne (0-1)

- Tour d'horizon du football sur Twitter - Continuez vers le bas pour l'article -

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match : Glik (6,5) : Absent au coup d’envoi lors des deux premières rencontres de la Pologne, le monégasque a peut-être prouvé qu’il est celui qui a le plus manqué à cette formation polonaise. Véritable leader, il a écarté le danger à de nombreuses reprises tout en affichant du caractère. Une qualité dont la sélection de Nawalka a cruellement manqué dans cette compétition.

Japon (4-2-3-1)

Kawashima (5,5) : Responsabilisé par le brassard de capitaine en l’absence d’Hasebe, le gardien nippon a répondu présent. Il nous a gratifiés d’un fabuleux arrêt sur une tête de Grosicki (32′) et a aussi réalisé quelques bonnes sorties. Abandonné par une défense un tantinet passive sur coup de pied arrêté, il n’a rien pu faire pour empêcher l’ouverture du score polonaise.

H.Sakai (5,5) : Toujours aussi sérieux, le latéral droit de l’OM n’a pas dérogé à son devoir. Auteur d’une belle défense de la tête sur un centre venu du côté opposé et sous la pression de Kurzawa (20′), il a aussi participé au jeu offensif de son équipe lorsque les occasions se présentaient.

Yoshida (5,5) : Plutôt solide, le taulier défensif du Japon a effectué un match cohérent. Sa plus belle action étant probablement le court-circuitage d’une transmission de Zielinski qui visait Lewandowski (37′).

Makino (5,5) : Match aussi correct que celui de son capitaine pour le second défenseur central japonais de cet après-midi. Il a tout de même était sanctionné d’un carton jaune pour une faute loin d’être évidente sur Lewandowski.

Nagatomo (6) : Se signalant surtout par un apport offensif précieux au sein de son équipe, le latéral gauche (toujours sous contrat avec l’Inter) a encore été un joueur clé de sa formation. Signalons tout de même deux périodes très différentes, avec un second acte empli de torpeur.

Yamaguchi (5) :Titulaire à la place d’Hasebe laissé au repos, le joueur du Cerezo Osaka a bien suppléé son capitaine, touchant comme lui de nombreux ballons.

Shibasaki (5) : Lorsqu’il perd le ballon au milieu de terrain dès la 5′ on pouvait craindre le pire pour le Japon, mais le joueur de Getafe a parfaitement rattrapé son erreur au prix d’un retour excellent. À mi-chemin entre le milieu défensif et le milieu relayeur, il a effectué de nombreuses passes et a gratté quelques ballons. Ses coups de pied arrêtés n’étaient pas assez travaillés pour inquiéter Fabianski.

G.Sakai (4,5) : Il a plutôt bien débuté sa rencontre mais s’est ensuite montré trop timide pour réellement inquiéter la défense polonaise. Sa frappe à la 16′ était trop écrasée pour faire mouche.

Okazaki (5,5) : Dans le rôle d’attaquant de soutien qu’on lui connaît, le champion d’Angleterre 2016 a su peser sur la défense polonaise, notamment grâce à sa détente. Malheureusement, il s’est blessé au retour des vestiaires (47′) et a dû céder sa place à Osako. Le joueur de Cologne a été peu en vue durant une seconde période qui a tendu vers l’ennui général.

Usami (5) : Même s’il s’est montré plutôt actif, le milieu gauche du Fortuna Düsseldorf souffre de la comparaison avec Inui à son poste (buteur et passeur lors du dernier match face au Sénégal). D’autant plus que son action la plus décisive reste sans doute un retour défensif (43′). C’est d’ailleurs le joueur qui portera le maillot de Betis la saison prochaine qui l’a remplacé (65′).

Muto (5) : Si le joueur de Mayence a bien répondu présent au cours de la rencontre avec notamment une frappe intéressante (13′), il n’a pas toujours fait les bons choix, en particulier lors de son interception sur une passe de Bednarek où il aurait pu lancer un coéquipier au but au lieu d’aller s’enfermer sur le côté… Il a cédé sa place à Hasebe (82′). Le capitaine régulier du Japon n’a rien eu à faire à part affirmer la gestion japonaise du ballon et attendre le coup de sifflet final.

Pologne (4-2-3-1)

Fabianski (6) : Titularisé, le portier de Swansea est très bien rentré dans son match avec une belle sortie dès les premières secondes de la rencontre. Très à l’aise pour capter ou repousser les centres adverses, il s’est imposé sur les deux seules frappes cadrées des japonais. Un match plein, bien qu’il fut au final peu mis à contribution.

Bereszynski (5,5) : Prestation correcte de la part du joueur évoluant du côté de la « Samp ». Il a pas mal souffert en début de partie en raison des combinaisons impliquant Nagatomo sur son côté, mais il a su élever son niveau de jeu.

Glik (6,5) : Voir ci-dessus.

Bednarek (6) : Peu rassurant en défense où il a offert un cadeau aux japonais dont n’a pas su profiter Muto, le jeune défenseur de Southampton s’est surtout signalé en inscrivant l’unique but de la rencontre, d’un plat du pied droit après un coup franc de Kurzawa (59′).

Jedrzejczyk (5,5) : Bien que n’évoluant pas sur son côté préférentiel, le joueur du Legia Varsovie n’a pas été mal à l’aise. Il a finalement peu été mis en danger.

Krychowiak (5,5) : Capable du meilleur comme du pire, le milieu révélé par le Stade de Reims s’est contenté d’une performance sobre, mais relativement juste.

Goralski (5) : Au cœur de nombreux duels, il a su compenser son manque de poids dans le jeu de son équipe.

Grosicki (6) : Remuant, l’ailier passé par Rennes a sans doute été le joueur le plus dangereux côté polonais. Ses quelques déboulés, ponctués par des centres, ont constitué une arme dont ses coéquipiers n’ont pas su profiter. Il est aussi passé tout proche de scorer de la tête, mais Kawashima a sorti le grand jeu (32′).

Zielinski (5,5) : Positionné en meneur de jeu, le napolitain a parfois brillé par sa faculté à servir ses coéquipiers tout en cassant les lignes adverses. Son entente avec Grosicki aura été appréciable, mais met aussi en exergue un certain manque de qualité au sein de cette sélection polonaise…  Il a été remplacé par Teodorczyk (82′) qui n’a rien eu à se mettre sous la dent.

Kurzawa (5,5) : Auteur d’un match correct mais sans plus dans le jeu, le milieu méconnu du Gornik Zabrze a brillé en délivrant un coup franc parfait pour la reprise de Bednarek sur le but. Remplacé par Peszko (80′).

Lewandowski (3,5) : Encore un match plus que terne à la pointe de l’attaque polonaise pour le joueur du Bayern. Jusqu’à la 74′ où il ne trouve d’ailleurs pas le cadre sur un bon centre de Grosicki, sa présence sur le pré fut négligeable ou presque.

 

 

Bastien Bruyland

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.