Mondial 2018 – 2ème j. | Les notes de Japon – Sénégal (2-2)

- Tour d'horizon du football sur Twitter - Continuez vers le bas pour l'article -

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match : Inui (7,5) : Le futur joueur du Betis a tout fait aux sénégalais ! Auteur d’une frappe enroulée judicieuse pour revenir au score une première fois (34′), il a failli dégoûter ses adversaires du jour en trouvant la barre (65′). Considérant sans doute qu’il s’était déjà assez mis en lumière, il a finalement fait preuve d’altruisme en glissant une passe décisive au nouvel entrant Honda pour permettre aux japonais de décrocher un nul mérité (78′). Il a cédé sa place à Usami sous des applaudissements mérités (87′).

Japon (4-2-3-1)

Kawashima (4) : 90 minutes faites de hauts et de bas pour le portier qui vient de quitter le FC Metz. Coupable d’une faute de main qui offre le premier but aux sénégalais, il a ensuite élevé son niveau de jeu pour réaliser quelques arrêts importants. Sa responsabilité n’est pas vraiment en cause sur le second but africain (71′).

Sakai (6) : Très fiable, le latéral droit de l’OM a proposé une belle opposition aux sénégalais, déjouant très peu.

Yoshida (5) : Élément incontournable de la sélection japonaise, le défenseur de Southampton est le second joueur à avoir touché le plus de ballons dans cette partie. Il s’est montré plutôt rassurant, tant dans ses interventions que dans ses relances.

Shoji (5,5) : Bien qu’il soit le seul titulaire japonais à ne pas évoluer sur le vieux continent, le défenseur central a une fois de plus proposé une performance très solide, participant vaillamment à de nombreux duels. Il ne serait pas étonnant de voir le club de Kashima recevoir une belle enveloppe cet été…

Nagatomo (6,5) : Doué techniquement, le « nerazzuro » prêté à Galatasaray a été très actif sur son côté gauche. Son apport offensif a fait beaucoup de bien aux samouraïs bleus, en témoigne son bon travail sur le but d’Inui (34′).

Hasebe (6,5) : Omniprésent, le vainqueur de la coupe d’Allemagne et capitaine de la sélection japonaise est le joueur à avoir touché le plus de ballons en cette fin d’après-midi. Véritable plaque tournante, il a montré la marche à suivre à ses coéquipiers tout au long de la partie.

Shibasaki (5,5) : Performance assez neutre pour le pensionnaire de Getafe, mais néanmoins crédible au sein d’un milieu japonais qui a peu à peu pris la mesure de celui du Sénégal.

Haraguchi (4) : Promu avec le Fortuna Düsseldorf, le milieu droit japonais a été coupable d’un mauvais dégagement de la tête qui coûte un but à sa sélection (12′). Pour ce qui est de l’animation offensive, il a représenté une menace trop superficielle. Remplacé par Okazaki (75′).

Kagawa (5) :  Constat mitigé pour le joueur de Borussia Dortmund, s’il n’a pas forcément déjoué, sa prestation a en revanche manqué d’éclat. Il a cédé sa place à Honda (72′). Buteur (78′), l’ancien milanais se révèle décidément comme un homme important pour le pays du soleil levant en coupe du monde.

Inui (7,5) : Voir ci-dessus.

Osako (4,5) : Utile en point de fixation comme sur cette belle remise pour Inui (65′), l’attaquant de Cologne a cependant manqué de tranchant au moment de conclure, nous gratifiant d’un loupé malheureux (61′).

Sénégal (4-1-4-1)

K. N’diaye (3,5) : Malgré une attaque plutôt remuante, les japonais n’ont cadré qu’à 3 reprises dans cette rencontre, pour finalement marquer par 2 fois. Certes, un gardien n’est pas toujours responsable des buts encaissés, mais il est difficile de nier l’implication du sénégalais sur l’action qui amène l’égalisation de Honda (78′).

Wagué (6,5) : Redoutable offensivement, le joueur de 19 ans est impliqué sur les deux buts sénégalais. Il a délivré le centre mal négocié par la défense japonaise (11′) et a marqué lui-même le second but de son équipe (71′). Sur le plan défensif il est plutôt coupable d’avoir été trop passif, notamment sur les buts japonais.

Koulibaly (4,5) : Le colosse du Napoli n’a pas démérité mais il a parfois un peu trop regardé les japonais jouer lorsque ceux-ci sont entrés dans sa surface.

Sané (4,5) : Partie assez similaire à celle de son coéquipier en charnière centrale, même s’il faut relever une qualité de transmission assez médiocre sur ce match.

Sabaly (6) : Évoluant côté gauche en sélection, le bordelais s’est parfois montré perturbé avec une défense relativement moyenne. C’est pourtant sur ses montées que les sénégalais ont trouvé la faille.

A. N’diaye (3,5) : Le joueur des « wolves » a touché beaucoup trop peu de ballons pour avoir une réelle importance dans le jeu de son équipe. Ce n’est pas un hasard s’il est le premier joueur d’Aliou Cissé à avoir cédé sa place, c’était à Kouyaté (65′).

Sarr (5) : Difficile de ne pas avoir quelques regrets concernant le rennais, tant on aurait apprécié voir beaucoup plus ses qualités de percussion…

P. N’diaye (4) : Tout comme son homographe du milieu de terrain, le joueur de Stoke a livré une prestation très neutre, pour ne pas dire insipide.  C’est avec l’ancien angevin N’doye qu’il a échangé sa place (81′).

Gueye (5) : Expérimenté, le « toffee » n’a ni plus ni moins qu’évolué dans le registre de son poste. Un dépassement de fonction aurait été bienvenu pour la sélection sénégalaise.

Mané (6) : Tout heureux de bénéficier de l’erreur de Kawashima, le feu follet des reds a parfaitement lancé sa sélection (11′). Il n’a malheureusement jamais atteint sa véritable vitesse de lancement, la faute sans doute à une valeureuse défense japonaise d’un côté, et à un milieu sénégalais trop enlevé de l’autre.

Niang (5,5) : Précieux dans le jeu et notamment dans sa conservation du ballon, l’ex-prodige caennais a permis plus d’une fois au bloc de son équipe de remonter. Il a eu des occasions dont un face-à-face, mais il a buté sur Kawashima (39′) . Il a cédé sa place à Diouf (86′).

 

Bastien Bruyland

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.