Mondial 2018 – 1/8 finale | Les notes d’Uruguay – Portugal (2-1)

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match : Cavani (8) : El matador a porté son pays jusqu’en quart ! Auteur d’un joli doublé, il a trouvé le chemin des filets une première fois d’une reprise à mi-chemin entre la tête et l’épaule après un centre parfait de Suarez (7′). Si l’égalisation de Pepe aurait pu faire douter la Celeste, son goleador a vite remis les pendules à l’heure, d’une belle frappe enroulée en première intention à l’entrée de la surface portugaise (62′). C’est finalement une malheureuse blessure, vraisemblablement au mollet qui a mis un terme à la belle partition du parisien (74′).  Son remplaçant Stuani n’a pas eu autant l’occasion de se mettre en lumière. Nul doute que la probable absence de Cavani au tour suivant sera un coup dur pour l’Uruguay.

Uruguay (4-4-2)

Muslera (6,5) : 4 arrêts effectués, dont le premier un peu difficile qui précède le premier but de la rencontre. Une relance longue qui débouche sur le second but de Cavani. Un match très correct pour le gardien de Galatasaray, même si pour la première fois dans cette compétition, il ne repart pas avec un clean sheet, trop emmené par son élan sur l’égalisation de Pepe.

Caceres (6) : Que ce soit devant ou derrière, le natif de Montevideo est un sérieux client. Pas le plus facile à bouger pour un attaquant, il s’est aussi signalé plus d’une fois par ses quelques projections.

Gimenez (5,5) : Il n’a pas eu autant de choses à faire que son coéquipier en charnière centrale, mais tout ce qu’il a eu a été fait proprement.

Godin (6) : Toujours bien placé ou presque, le capitaine de la Celeste a écarté le danger un grand nombre de fois, appuyant son rôle de leader au sein de cette équipe.

Laxalt (6) : Survolté, le polyvalent joueur du Genoa ne s’est jamais montré au point mort. Réussissant de nombreuses interventions, il a souvent permis au bloc uruguayen de remonter.

Nandez (5) : Jeune révélation de Boca, le milieu de 22 ans n’a pas démérité sur son côté droit, fournissant beaucoup d’efforts. C’est sans doute émoussé qu’il a dû céder sa place à Sanchez (81′).

Torreira (6) : Déjà auteur d’une bonne saison du côté de la Samp’, il a fourni une prestation cohérente, que ce soit dans le travail défensif ou à la relance.

Vecino (5,5) :Plus mis en avant pour ses qualités défensives, l’interiste a répondu présent et a souvent prêté main forte à sa défense pour résister à l’animation portugaise.

Betancur (5) : En un peu plus d’une heure de jeu, le jeune joueur de la Juve a été très peu en vue, assez cependant pour glisser une passe décisive à Cavani sur le troisième but de la rencontre. Victime de la tendance de son équipe à jouer très vite et long sur les attaquants, Tabarez l’a fait sortir au profit de Rodriguez (63′) qui a manqué la belle de match (93′), sans conséquence.

Suarez (7) : En chien fou, el pistolero a rongé la défense portugaise de bout en bout. Jamais il n’a cessé de presser le porteur du ballon. Son vice peut en rebuter certains, mais il témoigne aussi d’un amoureux de la victoire. Proposant un centre chirurgical pour le premier but de Cavani, il a lui aussi failli tromper Rui Patricio d’un judicieux coup franc (22′).

Cavani (8) : Voir ci-dessus.

Portugal (4-4-2)

Rui Patricio (4) : L’Uruguay n’a cadré que 3 tentatives, mais le portier qui évoluera la saison prochaine chez les wanderers de Wolverhampton a quand même encaissé 2 buts, ne s’imposant que sur un coup franc de Suarez (22′). À sa décharge, les arrêts à effectuer n’étaient pas les plus simples.

Ricardo Pereira (4,5) : Peu intéressant au départ, l’ancien niçois a quelque peu élevé son niveau de jeu en proposant de plus en plus de doublements. Un manque de justesse a quand même limité jusqu’au bout son efficacité.

Pepe (5) : D’abord héros en marquant le but de l’égalisation grâce à une tête puissante (55′), le rugueux défenseur central est devenu fautif en permettant à Betancur de progresser dans l’axe pour le second but uruguayen à cause d’une fâcheuse hésitation.  Un constat donc forcément mitigé pour l’ancien madrilène.

Fonte (4) : En difficulté cette saison à West Ham, le champion d’Europe s’est montré plutôt rassurant dans les duels. Cependant, sa qualité de relance fut bien souvent médiocre et n’a fait qu’attiser la grinta de Suarez et consorts.

Guerreiro (6) : Avec plus d’une centaine de ballons touchés, l’ancien lorientais et sans conteste le joueur qui a le plus côtoyé le cuir. Parfois trop timide, il a quand même le mérite d’avoir relancé le Portugal avec un centre létal pour la tête de Pepe.

Bernardo Silva (5,5) : Lui aussi a touché de nombreux ballons et a souvent joué juste, une plus grosse prise de risque aurait quand même été appréciable. Il est passé tout près du but après une faute sur Muslera non sifflée, mais sa frappe s’est envolée au-dessus de la barre (70′).

Carvalho (6) : Très présent au cœur du jeu, le joueur du Sporting est auteur d’une prestation complète en ayant permis au Portugal de remporter la bataille du milieu la majeure partie du temps. Malheureusement pour la bande de Fernando Santos, Oscar Tabarez a surtout préconisé un jeu long.

Adrien Silva (4) : Match décevant pour celui qui a enfin pu rejoindre Leicester lors du mercato hivernal. Bien que touchant beaucoup de ballons, il n’a que trop rarement été une plus-value pour l’animation offensive portugaise. De plus, les longs ballons uruguayens ont minimisé l’efficacité de sa lecture du jeu habituelle. Son remplacement par Quaresma (65′) fut logique, mais le buteur portugais face à l’Iran n’a guère apporté plus de tranchant à la seleção das quinas.

João Mario (4,5) : Assez actif, le joueur toujours sous-contrat avec l’Inter n’a pourtant jamais vraiment semblé capable de déstabiliser plus que cela le bloc uruguayen. Il a cédé sa place à M.Fernandes (84′), qui n’a pas vraiment eu le temps de briller.

Guedes (4) : Même s’il s’est parfois montré intéressant dos au but, la performance du murcièlago reste négligeable. Son remplaçant André Silva (74′)  n’est pas vraiment en mesure de lui discuter plus de mérite.

Ronaldo (4) : Fantastique face à l’Espagne, unique buteur face au Maroc, le quintuple ballon d’or devait effectuer une grande coupe du monde, ce ne sera pas le cas. La faute à un match raté dans ce 1/8. Le madrilène a beaucoup tenté, mais a surtout peiné à régler la mire, relativement bien muselé par le bloc uruguayen.

 

Bastien Bruyland

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.