Euro 2020 - 1ère j. | Les notes de Espagne - Suède (0-0)

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)


Homme du match : Pedri (7,5) : Titularisé pour la première fois dans une compétition internationale avec la Roja, Pedri a su montrer son visage habituel : resplendissant. Très mobile, parfait techniquement et capable de trouver ses partenaires dans les espaces les plus réduits, le très jeune milieu barcelonais marche déjà dans les pas des plus grands de son club et de son pays.

Espagne (4-3-3) :

Simon (6) : Pas le moindre tir cadré côté suédois et presque rien à faire pour le gardien de l’Athletic, qui regarde impuissant son équipe buter sur une défense de fer.

Llorente (6,5) : Jamais inquiété sur son couloir et souvent intéressant offensivement, Llorente a l’habitude d’attaquer, et il l’a rapidement fait comprendre à ses adversaires du jour. Précis dans ses dribbles et ses transmissions, il combine bien avec Torres et fait vivre un enfer aux pensionnaires du couloir gauche suédois.

Laporte (5,5) : Battu par Isak qui manque d’abord sa frappe puis trouve un Berg malchanceux au second poteau, Laporte s’en sort bien avec ce score vierge et ce match où il s’est montré inspiré sur ses sorties de balle.

Torres (6) : Assez peu sollicité par un adversaire très défensif, Pau Torres a su contribuer à la construction du jeu espagnol grâce à sa belle qualité de relance.

Alba (7,5) : Très à l’aise dans ce jeu de possession, l’arrière gauche du FC Barcelone a été à l’origine de presque toutes les occasions espagnoles. Toujours très juste techniquement, Alba prend les bonnes décisions presque sans réfléchir : un match exemplaire pour le capitaine du soir.

Koke (6) : Bien intégré dans le collectif espagnol, Koke montre une réelle volonté de changer de rythme et d’apporter de l’audace dans le jeu parfois trop monotone proposé par son équipe. En manque de réussite, il est remplacé par Ruiz (87ème).

Rodri (5,5) : Juste dans ses transmissions, le citizen n’a pas pu montrer son visage habituel face à un adversaire aussi dominé. En manque de tâches défensives et d’attaques rapides où il excelle, Rodri signe une prestation moyenne là où Busquets aurait sûrement plus été dans son élément. Remplacé par Thiago Alcantara (66ème).

Pedri (7,5) : voir ci-dessus

Torres (5,5) : Très vif balle au pied, l’ailier droit citizen compte sur sa qualité de dribble et ses frappes lointaines pour apporter du danger dans la surface adverse. Son adaptation au système n’est toutefois pas parfaite et il a tendance à faire de mauvais choix qui ralentissent le jeu de la Roja. Remplacé par Oyarzabal (74ème).

Morata (4) : Bel effort du bianconero pour aider à la construction du jeu espagnol et initier le pressing à la perte du ballon; malheureusement Morata est un attaquant et il a cruellement manqué aux siens dans la zone de vérité. Difficile à trouver, l’ex madrilène manque de lucidité sur les rares occasions qu’il se procure. Remplacé par Sarabia (66ème).

Olmo (5,5) : Pas toujours à son aise dans ce jeu de possession où le ballon circule à toute allure, Dani Olmo compense ses quelques mauvais choix par une véritable volonté de faire la différence, en multipliant les appels et redoublant les efforts pour permettre à ses partenaires de le trouver dans de bonnes conditions. Remplacé par Moreno (74ème).

Suède (4-4-2) :

Olsen (7) : Souvent menacé, jamais battu, le gardien d’Everton est l’un des plus grands artisans du clean sheet du jour, et il a su rester vigilant de la première à la dernière seconde pour multiplier les arrêts et dégoûter les attaquants adverses.

Lustig (5) : Battu à plusieurs reprises mais globalement précieux dans la protection du côté droit de la surface suédoise, Lustig se montre trop juste techniquement pour apporter quoi que ce soit offensivement. Il est remplacé par Krafth (75ème).

Lindelof (7) : Prestation de haut vol pour le patron de la défense suédoise, auteur d’un travail remarquable pour couvrir et stopper les attaquants adverses.

Danielson (6,5) : Auteur d’une grosse erreur qui aurait pu offrir l’ouverture du score à un Morata en meilleure forme, le défenseur de 32 ans n’a pourtant pas à rougir de sa prestation. Impérial dans les airs, victorieux sur presque tous ses duels, il a donné beaucoup de fil à retordre à des espagnols pourtant très entreprenants.

Augustinsson (6) : Solide sur son côté gauche, le défenseur du Werner a résisté tant bien que mal aux assauts de Torres et Llorente.

Larsson (6) : Face à l’intelligence d’Alba et la vitesse d’Olmo, Larsson n’avait pas la tâche aisée à son poste de milieu gauche. Infatigable sur son couloir, il ne s’avoue jamais vaincue et contribue grandement à la solidité suédoise.

Olsson (6) : Important pour fermer les espaces dans l’axe du jeu, Olsson profite des rares ballons obtenus pour lancer rapidement ses coéquipiers vers l’avant. Il sort à la 84ème, remplacé par Cajuste.

Ekdal (6) : Auteur de plusieurs interventions décisives dans l’entrejeu, Ekdal a limité les incursions espagnoles pour contribuer à préserver le score vierge.

Forsberg (6,5) : Tout aussi capable que ses partenaires d’occuper sa place dans la muraille jaune, le joueur du RB Leipzig a en outre su se projeter très rapidement balle au pied pour apporter vitesse et percussion aux contre-attaques suédoises. Remplacé par Brengtsson (84ème).

Berg (4) : Après 60 minutes sans la moindre opportunité de s’exprimer offensivement, Marcus Berg rate la plus grosse occasion du match, une finition presque à bout portant devant un but vide. Il est remplacé par Quaison à la 69ème.

Isak (6,5) : Rapide et puissant, généreux dans ses efforts et déjà doté d’un sens du placement irréprochable, le jeune buteur de la Real Sociedad a su semer le doute dans la surface espagnole avec deux grosses occasions qui auraient mérité un meilleure sort. Il cède sa place à Claesson (69ème), preuve du peu d'ambition offensive de s0n entraîneur, qui renonce à sa meilleure arme pour ajouter encore à la solidité du bloc suédois.