Accueil * Euro 2016 * Finale | Les notes de Portugal – France (1-0, a.p)

Finale | Les notes de Portugal – France (1-0, a.p)

CnCM4AeWYAAEv0E e1468195495401
Précédent 1 2 3 4 Suivant
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Portugal

Rui Patricio (8): Voir ci-dessus.

Cédric (7): Très sûr défensivement face à un Payet timide, il a davantage été mis à contribution suite à l’entrée de Coman, sans rompre toutefois. Prudent offensivement, il a tout de même servi plusieurs ballons intéressants à ses attaquants, même depuis des positions très reculées.

Pepe (7.5): Certainement l’élément le plus régulier lors de cet Euro du côté de la Selecão. Impérial une nouvelle fois, que ce soit dans les airs ou au sol, il n’est battu que sur ce crochet de Gignac à l’entrée des six mètres permettant à l’ancien marseillais d’enchaîner sur une frappe sur le poteau (92′). Pour le reste, le défenseur du Real Madrid est resté dans la continuité de ses excellentes performances lors de cette compétition.

José Fonte (8): La décision de Fernando Santos d’accompagner Pepe par le joueur de Southampton est certainement l’une des très bonnes initiatives du sélectionneur portugais. Très complémentaire, cette charnière expérimentée n’en est pas moins efficace et José Fonte y est clairement pour beaucoup. Très solide dans les duels et pertinent dans ses anticipations, il n’a pas hésité à délaisser sa surface pour sortir sur le porteur du ballon, toujours a bon escient.

R. Guerreiro (8): Le Borussia Dortmund a certainement fait une très bonne affaire sur ce mercato estival. L’ancien Lorientais est certainement l’une des révélations de ce tournoi et n’est pas loin d’être le meilleur latéral de l’Euro, tout simplement. Très offensif et hyperactif, chacune de ses percées offensives amenaient du danger près de la surface de réparation française. Il ne délaisse pas pour autant son travail défensif puisqu’il a été très actif dans le pressing et efficace dans ses interventions. Il touche même la barre transversale sur un coup-franc dont il s’est chargé (108′), n’étant plus barré par Cristiano Ronaldo sorti en début de match. Exténué, il sort en fin de prolongations pour cause de crampes incessantes alors même que Fernando Santos avait effectué ses trois changements.

W. Carvalho (6): Il a dégainé la moustache pour l’occasion et a vu juste: la fête aura bien lieu cette nuit dans les rues de Lisbonne. S’il n’a pas été décisif ce soir, le jeune récupérateur du Sporting est tout de même resté solide dans un rôle qu’il s’est contenté de satisfaire au minimum: la présence physique et l’annihilation des offensives bleues.

Adrien Silva (6.5): Dans un rôle plus entreprenant et beaucoup plus actif, il n’a cessé de faire l’ascenseur sur le terrain, descendant lutter à la récupération pour ensuite remonter le ballon à toute vitesse. Match complet pour l’autre Sportinguista du 11 de départ portugais, avec Rui Patricio, William Carvalho et João Mario. Il est remplacé par J. Moutinho (66′) qui se montrera à l’image de sa saison monégasque: timide et peu entreprenant.

João Mario (6.5): Il a commencé à gauche du milieu de terrain portugais pour se recentrer au fil du match et même proposer des solutions en fin de match sur l’aile droite. Le très polyvalent milieu de terrain aura joué tous les rôles ce soir et se sera démené, à l’image de ses compères de l’entrejeu, pour mettre le pied sur le ballon et le distribuer avec plus ou moins d’aisance technique. Qu’importe, ses poumons ont fait le travail ce soir.

Renato Sanches (5): Lui, a étonnement commencé sur l’aile droite avant de se recentrer suite à l’entrée de Quaresma mais le mal était fait: il était déjà déboussolé. Il a peu à peu repris ses esprits non sans déchet technique et erreurs de positionnement. Ajoutez à cela l’émotion et la nervosité inhérentes à une finale de coupe d’Europe pour un jeune de son âge… Les conditions n’étaient simplement pas réunies pour que le nouveau prodige portugais sorte le grand jeu ce soir. Cède sa place à l’attaquant lillois Eder (78′) qui, sur la lancée de son excellente demi-saison avec le Losc, offre la victoire aux siens d’une frappe lointaine qui trompe Hugo Lloris (109′).

Nani (4.5): Orphelin très tôt de son compère du front de l’attaque, Cristiano Ronaldo, il est souvent apparu esseulé devant et n’a pas souvent eu le loisir de combiner avec ses partenaires. Une situation qui l’a poussé à choisir parfois la solution individuelle, ce qui est rarement productif.

C. Ronaldo (non noté): La victoire finale a sûrement dû apaiser la rage qu’il pouvait avoir contre Dimitri Payet, le Français l’ayant contraint à renoncer très tôt à cette finale suite à une intervention appuyée du joueur de West Ham sur le genou du Portugais (25′). Qu’importe, le très probable futur Ballon d’Or aura eu l’occasion de fondre une nouvelle fois en larmes, de joies cette fois, lors du coup de sifflet final signifiant la victoire portugaise. Enfin une victoire en compétition internationale pour le joueur du Real Madrid. Une victoire tant attendue qui arrive au meilleur moment pour lui, quelques jours après la troisième défaite en trois ans en finale de compétition internationale pour son rival argentin… Il est remplacé par l’éternel Quaresma (4.5) qui n’aura pas apporté outre-mesure, si ce n’est sur un ou deux gestes de classe. Trop insuffisant pour un joueur de son calibre.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Loading...