Qualif. Euro 2020 | Les notes d’Italie – Bosnie (2-1)

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match: Chiellini (7): Défenseur volant, Chiellini prend du bon temps en sa fin de carrière. Même si ce fut parfois peu académique, Georgio a eu le mérite d’être l’instigateur d’énormément d’actions et le détonateur mental d’une Italie jusqu’à l’ouverture du score bien amorphe en plus d’avoir honoré vaillamment, le port du brassard de la Squadra Azzura.

 

Les notes de l’Italie:

 

Sirigu (6,5): L’ancien portier parisien rechaussait, au retour des vestiaires, des gants jusque-là peu usés en s’offrant quelques parades de haute voltige, notamment cette envolée 57′.

Chiellini (7): voir ci-dessus.

Emerson (5,5): Récent vainqueur de l’Europa League avec Chelsea, Emerson a débuté le match tonitruant sur son flanc gauche, mais peut-être un peu épuisé de la longue saison qui vient de s’écouler, a refroidi le moteur en seconde mi-temps.

Bonucci (6): Dans un style comme à son habitude enragé, Bonucci effectue d’abord un retour salvateur à la 18′ et a tout au long du match été d’une grande assise défensive, permettant à son compère Chiellini d’apporter le surnombre en attaque.

Mancini (4,5): Même si Mancini, au patronyme identique à celui de son entraîneur, a été très entreprenant, aucun de ses centres n’est arrivé à destination et l’ouverture du score bosnienne intervient de son côté. Remplacé à la 66′ par de Sciglio.

Barella (4): La pépite du Cagliari Calcio fut cuivré, bien loin de son éclat or habituel. Un match qui n’aura sans doute aucune incidence pour un joueur qui, étant sur bon nombres de tablettes partout en Europe, devrait trouver dès cet été un point de chute assez prestigieux.

Verratti (5,5): Auteur d’une saison plus que contrastée avec le club de la capitale, le petit hibou a de nouveau eu du mal à assumer son rôle de leader technique du milieu de terrain. Bien loin de ses standards de précision sur les passes longues, Marco n’aura été que d’une faible consistance dans son jeu malgré encore une fois un nombre pléthorique de ballons touchés. Et pourtant, et pourtant ! Surement le joueur au monde avec le plus faible ratio tirs/passes tentera, peut-être sans y croire, une frappe enroulée astucieuse hors de portée de Sehic, offrant ainsi une victoire autant poussive qu’importante aux siens à la 86′.

Jorginho (3,5): Averti dès la 14′ pour un tirage de maillot sur Pjanic, le métronome de Chelsea est dans la continuité d’une saison décevante, bien loin des espérances qu’on avait placé en lui.

Quagliarella (5,5): A 36 ans et 20 années de carrière professionnelle, Quagliarella repousse les limites du temps en étant titularisé ce soir, 12 ans après sa toute première sélection. Mais pourtant loin d’être le plus mauvais de son équipe sur le premier acte, Fabio fera les frais de la mi-temps insipide de celle-ci en étant remplacé à la mi-temps par Chiesa.

Insigne (6): Son égalisation est totalement opposé à sa première mi-temps: tout simplement somptueuse, surement le plus beau but de ces éliminatoires, une reprise de volée limpide de toute beauté à la réception d’un corner. Le petit napolitain d’1m63 faillit bien doubler la mise d’une reprise de … la tête !

Bernardeschi (3,5): Que de pertes de balle ! Beaucoup trop à ce niveau. Soirée sans pour Bernardeschi, qui pourtant dans son antre, nous avait habitué à bien mieux. Remplacé par Belotti à la 81′.

 

Les notes de la Bosnie:

 

Sehic (6,5): Seulement mis à contribution par des passes empoisonnées de ses défenseurs, Sehic n’aura eu qu’une parade à effectuer en première période, et quelle parade ! Une horizontale à ras de terre, tout juste ce qu’il faut pour sortir la frappe croisée de Quagliarella (40′). D’une impuissance triste sur l’égalisation de la Squadra, il est de nouveau décisif sur une tête de Insigne à la 70′ et deux minutes plus tard sur Chiellini.

Zukanovic (6): Inébranlable, la tour de contrôle d’1m89 ne s’est pas laissé démonter face au trident d’attaque italien, et se peut sentir lésé de n’avoir au moins obtenu le point du match nul.

Civic (4,5): Une performance sans trop de vagues, une petite Méditerranée bien trop calme. Remplacé par Nastic à la 72′.

Bicakcic (5,5): Le défenseur d’Hoffenheim avait pourtant été solide tout au long de la rencontre, mais deux coups du sort viennent ternir sa performance, et plongent un peu plus la Bosnie dans la crise.

Todorovic (5): Si le latéral a proposé quelques incursions offensives et n’a été que peu mis en danger défensivement, son niveau technique ternissent un peu sa performance globale.

Pjanic (5,5): Dans son jardin du Juventus Stadium, l’ancien lyonnais s’est baladé en première mi-temps, avant que sa marche ne s’enraye progressivement tout au long du premier acte, ou lui comme Gojak, avaient les jambes bien plus lourdes.

Saric (5): Ses rares prises d’initiative n’ont pas payé, comme cette frappe qui passe juste à côté du montant de Sirigu à la 55′.

Besic (5,5): Après avoir gâché une grosse incursion de la Bosnie à la 15′, le milieu d’Everton s’est targué d’une talonnade incroyable avant-dernière passe d’un but collectif sensas’ !

Gojak (5,5): Tout jeune joueur du Dinamo Zagreb, Gojak a montré d’excellentes choses sur ce match, malgré une lente extinction au long de la seconde période. Il ne serait pas étonnant de voir certains clubs se positionner sur peut-être un énième prodige. Remplacé à la 81′ par Cimirot.

Visca (5): Passeur décisif pour l’ouverture du score, Visca, à part une frappe magnifiquement détourné par Sirigu, n’a proposé suffisamment de choses pour espérer élever sa note au-dessus de la moyenne.

Dzeko (4,5): En plus d’avoir contribué activement au pressing sur la défense italienne, Dzeko s’est mué dans son rôle de finisseur pour conclure une action de grande classe de la Bosnie (32′), mais n’a au final relativement que peu pesé sur la défense italienne.

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.