Qualif. Euro 2020 – 4ème j. | Les notes d’Espagne – Suède (3-0)

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match : Parejo (7) :

Très présent au milieu de terrain, le jeu espagnol a été réalisé lorsque le ballon passait par ses pieds. Totalement imprenable par ses adversaires, il a créé bon nombre d’occasions espagnoles avec des passes qui cassaient les lignes.

 

Espagne (4-3-3) :

Arrizabalaga (6) : Une possession à plus de 75% du temps de ce match, empêchant l’équipe suédoise d’inquiéter le portier espagnol.

Alba (6) : Un travail défensif moindre donc, mais le barcelonais a été assez imprécis dans ses tentatives de centres qui ont rarement trouvés preneur.

Martinez (6) : Solide évidemment en défense grâce aux rares attaques adverses, il n’a pas apporté de surplus en attaque mais a bien géré ses transversales.

Ramos (7) : Le capitaine historique de la Roja était réellement un défenseur ce soir ? Oui et non. En effet, d’une part il a assuré à la perfection l’arrière garde ibérique, tout en étant positionné très haut dans la moitié de terrain des joueurs en jaune et bleu. Il ouvre d’abord le score sur un penalty à l’heure de jeu, avant de laisser le second penalty à son compatriote Morata.

Carvajal (6,5) : Énormément de montées à mettre à son actif, suivies de centres réussis lorsque ces derniers étaient en hauteur puisqu’ils apportaient un réel danger sur les buts suédois.

Ruiz (6) : De bonnes combinaisons et de bons lancements dans la profondeur pour servir Isco, le joueur napolitain a gratté quelques ballons avant de se projeter tel un ailier de métier.

Busquets (7) : Une nouvelle prestation solide de la légendaire sentinelle espagnole Sergio Busquets. Une justesse parfaite dans les transmissions, et aussi une capacité à ne pas se faire dribbler sont les maîtres mots pour ce joueur dans ce match.

Parejo (7) : Voir ci-dessus.

Isco (5,5) : Un match à nuancer, avec une première mi-temps assez compliqué où il n’était pas en réussite dans ses dribbles et gestes techniques. Chose corrigée en seconde moitié de match où il a donc régalé le public espagnol faisant plus souvent la différence.

Rodrigo (2) : Cela ne date pas d’hier, les attaquants de pointe de cette sélection espagnole n’ont rarement beaucoup de ballons à négocier. Seuls huit petits ballons à se mettre sous la dent en première mi-temps. Le jeune attaquant de la Réal Sociedad Mikel Oyarzabal le remplaça et fit une bonne entrée puisqu’il marque un joli but en finesse pour sa deuxième sélection.

Asensio (4) : Moins en vue que l’autre ailier espagnol du soir, il n’a pas créé d’occasions dangereuses pour sa sélection. Il est donc, assez logiquement, remplacé par Morata à la 64e minute. L’attaquant a eu peu de ballons qui lui ont été transmis mais sur une accélération il déposa un premier défenseur suédois. Ensuite, il est fauché par Helander dans la surface. Son capitaine Ramos lui laissa l’opportunité de transformer le penalty; il ne se fit pas prier par deux fois pour doubler la mise côte espagnol.

 

Suède (4-4-2) :

Olsen (6,5) : Un show presque parfait durant ce match où il a répété les arrêts pas toujours simple à effectuer. Il ne peut rien sur le troisième but où il est trop court. De plus il subit deux penaltys ce qui ne l’ont pas aidé.

Augustinsson (5,5) : Il a plutôt bien défendu sur Asensio en évitant de se faire piéger par les dribbles du gaucher.

Helander (4,5) : Fautif sur le second penalty, il a été mis en difficulté sur les offensives des joueurs de la Roja. Les centres de Carvajal ont souvent été dégagés en catastrophe de sa part.

Jansson (5) : Un peu plus solide que son partenaire en charnière centrale, il a repoussé bien plus d’occasions que son coéquipier, et ceci avec bien plus de calme même si ses dégagements retombaient dans les pieds espagnols.

Lustig (4,5) : Pas de rôle offensif pour lui sur cette rencontre. Défensivement, il bloqua d’abord assez bien Isco sur la première moitié de la partie. Ensuite, il rencontra plus de difficultés face à ce même Isco ou encore à Alba.

Forsberg (5,5) : De rares percées mais il a tout de même assez bien distribué les ballons. Le meneur de jeu de Leipzig a donc plutôt bien réparti le jeu de son équipe malgré la domination espagnole.

Ekdal (2,5) : Un match très, très compliqué pour le capitaine de la sélection nordique. Il s’est totalement fait dépasser par les milieux espagnols, en gagnant aucun duel… Olsson le remplaça dans les cinq dernières minutes et ne toucha… pas le moindre petit ballon.

Larsson (4) : Un petit peu plus de présence que son camarade de milieu de terrain mais une inefficacité dans les transmissions, qu’elles soient avec des centres ou dans de simples passes en profondeur. Le jeune Isak rentra à dix minutes du terme mais il n’eut aucune chance de se montrer, si ce n’est ce dribble sur Sergio Ramos vers la ligne de touche.

Claesson (non noté) : Rapidement blessé à la 25e minute, après s’être coincé le genou tout seul, il a été contraint de céder sa place au rennais Johansson (5) . Il a été le meilleur au milieu pour l’équipe visiteuse, en étant plus ou moins précis dans ses passes en profondeur à destination de Quaison principalement. De plus, il a été assez correct pour contrer les tentatives lointaines des espagnols.

Quaison (5,5) : Très peu de tentatives donc. Il négocie mal un ballon où il se retrouve libre de tout marquage à l’entrée de la surface, mais il tira en plein sur Kepa Arrizabalaga.

Berg (4) : Assez inexistant, il s’offre quand même la chance de pouvoir tenter une frappe pendant ce match, mais malheureusement elle n’était pas cadrée. En dehors de cela, il a seulement dû défendre ce qu’il n’a pas vraiment réussi à faire.

Romain Caballero.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.