Accueil * Copa América 2019 * Copa América – 1ère j. | Les notes de Japon – Chili...

Copa América – 1ère j. | Les notes de Japon – Chili (0-4)

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match : Vargas (7) : L’attaquant symbolise très bien le résultat de ce match. Très discret en première période, il a été sauvé par sa bonne étoile en seconde. Alors qu’Osako semblait sur la trajectoire de sa frappe, Tomiyasu a fortement contribué à tromper le gardien en déviant (54′). Sa réussite ne s’est pas arrêtée là puisqu’il s’est même offert un doublé en lobant le dernier rempart d’une équipe écœurée. Sans avoir particulièrement maîtrisé son sujet à l’image de son équipe, il a donc inscrit un doublé face à des samouraïs bleus qui méritaient mieux, beaucoup mieux, mais dont l’inexpérience s’est avérée fatale.

Japon (4-4-2)

Osako (3) : 17 match en professionnel et le voilà déjà gardien d’une sélection japonaise aussi jeune que remaniée pour répondre à cette invitation. Abandonné par sa défense sur le premier et le troisième but, il a été très malheureux sur le second. Sa sortie mal négociée sur le quatrième est franchement anecdotique, tant on peut aisément comprendre la démobilisation japonaise après la sévérité qu’a pris le score, suite au second but encaissé.

Hara (5) : Il a proposé un match au contenu très hétérogène. Il a pu être précieux comme totalement dépassé.

N.Ueda (3) : Un match compliqué pour le pensionnaire du Cercle Bruges. Il a lui aussi craqué face à l’ampleur du score qui ne représentait clairement pas la physionomie du match.

Tomiyasu (4) : Très bon en première période, il est revenu des vestiaires avec beaucoup de malchance pour contrer la frappe de Vargas et battre son propre gardien.

Sugioka (3,5) : Il a beaucoup souffert sur le plan défensif en ne parvenant pas à trouver la recette pour bloquer son opposition. Sa contribution offensive lors de la dernière demi-heure vient quelque peu redorer sa prestation.

Maeda (4) : Sans être mauvais, il a été trop timide. Remplacé par Miyoshi (66′).

Shibasaki (6) : Auteur d’une passe lumineuse pour Ueda en première période, il a plus ou moins fait son possible pour emmener la très jeune garde japonaise.

Nakayama (3) :  Battu au duel par Pulgar, il a entrouvert les portes de la défaite à son équipe. Dommage car la nation vice-championne d’Asie n’avait pas vraiment de raison d’envier son adversaire du jour dans le jeu.

Nakajima (5) : Bon en première période notamment grâce à ses percées, il a grandement baissé de rythme au retour des vestiaires et a laissé sa place à Abe (66′).

Kubo (6) : Il était probablement la plus grosse attraction de ce match depuis sa signature chez le Real Madrid. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le « Messi japonais » justifie les promesses placées en lui. Avec une technique nettement au dessus de la moyenne et une vision de jeu aiguisée, il s’est particulièrement signalé du haut de ses 18 ans.

A.Ueda (3) : Toujours bien placé mais très maladroit, le jeune nippon s’est procuré trois face-à-face avec le gardien mais n’en a cadré aucun…  Remplacé par le vétéran Okazaki (79′).

Chili (4-2-3-1)

Arias (6,5) : Si le score est très flatteur pour les chiliens, il a clairement sa part de responsabilités.

Isla (6,5) : Grâce à sa forte activité, l’ancien joueur de l’Udinese a beaucoup fait pencher le jeu de son équipe sur le côté droit.

Medel (5,5) : Bien que toujours aussi rugueux, il n’a pas toujours été au mieux au moment d’intervenir.

Maripan (5) : Pas toujours très rassurant, il n’a parfois pas eu d’autre choix que de faire la faute pour freiner les attaques subies.

Beausejour (6) : Il s’est montré très intéressant pour dédoubler à plusieurs reprises sur son côté.

Aranguiz (7) : Avec deux passes décisives, le joueur du Bayer Leverkusen a été un pion incontournable du drôle de scénario réservé aux jeunes japonais.

Pulgar (6,5) : Sans être infaillible au milieu de terrain, le longiligne milieu est venu punir les japonais en s’envolant plus haut que tout le monde sur corner (41′) et ainsi sauver le Chili d’un match bien mal embarqué dans le contenu.

Fuenzalida (4,5) : Sans doute un peu écrasé par les stars qui monopolisent le jeu de son équipe, il n’a pas tenté beaucoup de choses dans ce match.  Remplacé par Opazo (80′).

Vidal (6,5) : Le milieu chilien a connu un match similaire à celui qu’il a pu jouer avec le Barça face à Liverpool en demi-finale aller de Ligue des Champions. Son équipe a été malmenée, mais elle s’en est sortie avec un score plus que parfait. Avec son expérience et la place qu’il prend dans n’importe quel 11, force est de constater qu’il a encore eu un impact important.  Remplacé par Hernandez (78′).

Sanchez (6,5) : Avec peu d’emprise sur le jeu de son équipe et une maladresse qui n’a pas toujours été la sienne, l’ancien précieux joueur d’Arsenal s’est longtemps inscrit dans la continuité de sa saison compliquée avant de venir marquer le troisième but du Chili et de largement maquiller le score en faveur de son équipe (82′). Une passe décisive en plus pour lui sur l’action suivante. Remplacé par Fernandez (87′).

Vargas (7) : Voir ci-dessus.

 

@BastienBruyland

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Loading...