OM : Pol Lirola ou comment une seule recrue peut casser une dynamique victorieuse

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)


L'Olympique de Marseille ne mets plus un pied devant l'autre. Et ça commence à durer puisque le club marseillais enchaîne les contre-performances depuis plus de deux mois maintenant. L'impressionnante dynamique du début de saison est partie en éclats de manière progressive depuis la mi-septembre. Comment expliquer cette baisse de forme durable des hommes de Sampaoli qui enchaînent depuis lors les matchs nuls et les défaites, entrecoupées d'une ou deux victoires par-ci par-là ?

Selon moi, un homme symbolise les soucis actuels des Phocéens, et bien malgré lui puisqu'il n'est individuellement pas à blâmer : il s'agit de Pol Lirola. Auteur de très belles performances la saison dernière dans un système plus stable et qui lui convenait davantage - il évoluait alors à un poste de latéral droit dans une défense à 4 ou en piston devant une défense à 3 - il coincide depuis son retour à l'Olympique de Marseille fin août avec les mauvais résultats du club.

Jorge Sampaoli n'a pas cessé de lui trouver un nouveau rôle au sein d'un 11 totalement transformé par rapport à la saison dernière. L'OM qui marchait sur l'eau en début de saison avec une défense à 3 et deux pistons très offensifs dont la version droite est attribuée à l'ailier turc Cengiz Ünder rendait impossible la titularisation de Paul Lirola. Mais Sampaoli s'est mis en tête de le faire jouer coûte que coûte et s'est attelé à lui trouver un nouveau rôle, tantôt de piston gauche, tantôt de milieux de terrain axial, et les dernières dispositions tactiques de l'Argentin qui est repassé à 4 derrière offrent un rôle inhabituel d'ailier droit à l'Espagnol, privilégiant un Valentin Rongier pour le poste de latéral.

Une obsession de la part de Sampaoli qui vire à l'excès et, bien que l'ancien joueur de la Fiorentina ne sois pas à blâmer, il est normal que ce dernier perde son jeu après ces nombreuses tentatives de reconversion. Mais le plus préoccupant dans cette affaire est qu'il entraîne l'équipe dans sa perdition puisque la dynamique du début de saison marseillais a été totalement cassée depuis l'arrivée de Lirola et notamment à cause de l'entêtement de Sampaoli à le faire entrer de force dans le 11 titulaire.

Le salut de l'OM se trouve dans un retour aux sources du début de saison avec le 11 qui avait montré de belles dispositions dans un systele6en 3-2-4-1 au sein duquel l'Espagnol n'a clairement pas sa place.

Lahcen SENHAJI @LahcenSenhaji

Lire plus