Ligue Europa – 1/2 Retour | Les notes de Valence – Arsenal (2-4)

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match : Aubameyang (9) : La master classe de Pierre-Emerick Aubameyang est une leçon pour tous les jeunes attaquants. Auteur de l’ouverture du score sur la première occasion de son équipe d’une superbe frappe imparable, c’est également lui qui est à l’origine du second but de son équipe. Après une perte de balle suite à un dribble, il récupère un ballon qui va offrir un but quelques secondes plus tard. Pour parachever son oeuvre, il a inscrit le but de la victoire en venant couper un centre. Juste avant de conclure son chef-d’oeuvre avec un triplé. Son travail défensif tout simplement monstrueux est également à souligner dans ce match. Rien à ajouter.

 

Valence

Neto (3,5) : Sauvé par son poteau alors qu’il était resté cloué sur une frappe de Lacazette, il n’a pas eu autant de réussite sur les trois buts adverses. Il n’a rien pu faire face au sang-froid et à l’impressionnante efficacité du duo Lacazette-Aubameyang devant son but qui l’ont puni.

Piccini (5,5) : Rapidement remplacé en seconde période pour un choix totalement offensif et tactique de la part de son coach, il a sûrement été le défenseur de son équipe le moins mis en danger dans ce match. Aubameyang a souvent fait le choix dé déborder de l’autre côté alors que Lacazette a souvent fait le choix de l’axe. Remplacé par Soler (56′).

Gabriel & Garay (3) : Le duo central a passé une mauvaise soirée. Une très mauvaise soirée même. Incapable de saisir la fougue du duo adverse, ils ont subi la loi des attaquants d’Arsenal pendant toute la partie. Dos au but, dans la profondeur, dans les duels, dans les accélérations, les débordements… Garay et Gabriel ont vu toute la panoplie offensive du binôme Lacazette-Aubameyang avec une place au premier rang pour la leçon.

Gaya (4,5) : Peu sollicité en première période, il a beaucoup souffert après les 45 premières minutes. Le duo Aubameyang-Maitand-Niles a fait des misères sur ce côté en amenant un but, puis un second.

Coquelin (5,5) : Sur courant alternatif, l’ancien Gunner a manqué d’impact dans cette partie. Premier relancer de son équipe, il a trop souvent tergiversé et n’a pas osé des passes pour casser les lignes. Pourtant très solide dans le coeur du jeu et notamment à la récupération, il n’a pas eu son rendement habituel dans les transmissions malgré de belles transversales vers Guedes en première période.

Parejo (6) : Le meneur de jeu valencien a illuminé le jeu de son équipe par des passes toujours très inspirées. Constant tout au long du match dans ses choix et toujours disponibles en retrait pour organiser le jeu, il n’a manqué que l’efficacité de ses partenaires à certains moments. Mais la maîtrise adverse dans le coeur du jeu a privé Valence d’occasions.

Wass (5) : Très discret en première période – il faut dire que le jeu a penché sur l’autre aile – l’ancien d’Evian s’est réveillé au retour des vestiaires. Plus inspiré et entreprenant il a réalisé quelques débordements surtout après avoir été replacé en position de latéral. On pouvait s’attendre à beaucoup plus de sa part dans l’apport offensif.

Guedes (5,5) : Particulièrement seul sur son coté gauche et profitant du marquage inexistant de son vis-à-vis en première période notamment il a apporté le danger à de nombreuses reprises comme sur l’ouverture du score. Pas toujours inspiré à chaque fois qu’il a été servi, son entraîneur attendait encore plus de lui. Plus discret en seconde période. Remplacé par Torres (72′).

Gameiro (7,5) : Auteur d’un doublé dans cette partie, l’attaquant tricolore a longtemps maintenu son équipe en vie dans cette demi-finale. Buteur mais également très actif et disponible sur le front de l’attaque, il aurait pu être passeur décisif après un superbe une-deux en première mi-temps. Face à la maîtrise des Gunners, il a disparu dans la dernière demi-heure comme toute son équipe.

Rodrigo (4) : Particulièrement décevant sur le front de l’attaque malgré de belles promesses dans les premières minutes, il n’était pas au rendez-vous. Sur un premier ballon dans la profondeur, il a semblé trouver la brèche de la défense d’Arsenal, pourtant on ne l’a plus jamais vu réaliser ce genre d’appel de tout le match. Remplacé par Santi Mina (72′).

 

Arsenal 

Cech (4) : Malgré les deux buts encaissés, Petr Cech n’a pas eu énormément d’arrêts à effectuer dans cette partie. En revanche, il a eu beaucoup de ballons à relancer et ne s’est pas embarrasser avec le ballon comme peuvent le faire les gardiens qui aiment les relances courtes.

MaitlandNiles (2,5) : Catastrophique défensivement, il a laissé des espaces incroyables dans son dos dont Guedes a profité à merveille pendant toute la partie. En plus de ces espaces, il a souvent été battu dans les duels. Dans cette défense à 5, il n’a jamais été dans le tempo, défensivement en tout cas. Passeur décisif sur le dernier but de son équipe, il a peu sauvé sa pauvre copie.

Papastathopoulos (4) : Si Maitland-Niles n’est pas exempt de tout reproche pour les espaces laissés dans son dos, le Grec est lui aussi en partie responsable de cette défense particulièrement discutable et incompréhensible. Incapable de venir doubler les prises sur Guedes pour aider son coéquipier, il n’est jamais venu l’aider dans ce qui est la base d’une défense à 5.

Koscielny (6) : En patron de la défense, c’est lui qui a montré la voie à ses partenaires avec ses interventions dans les pieds adverses à plusieurs reprises au cours du match. Si ses partenaires ont montré des limites avec les ballons dans le dos, lui a su revenir à chaque fois pour effectuer le bon geste.

Monreal (5) : Pris dans son dos à deux ou trois reprises, il a su corriger le tir pour ne plus subir les longs ballons de Parejo et Coquelin. A l’instar de son équipe et de la supériorité imposée en seconde période, il a lui aussi élevé son niveau de jeu.

Kolasinac (6)  : Très solide défensivement, il a totalement éteint Wass en première période. Il n’a pas pris d’énormes risques offensifs alors qu’il avait pourtant ce rôle d’ailier libre dans cette défense à 5. Il a su se concentrer sur un tâche et l’a parfaitement exécuté.

Xhaka (4) : Torreira a travaillé dans l’ombre mais Xhaka a été absent de la partie. Il n’est peut-être pas pour rien dans la domination globale de son équipe dans le coeur du jeu, mais il n’a pesé dans aucun compartiment du jeu contrairement à ses coéquipiers.

Torreira (6) : Dans l’ombre, il a multiplié les efforts pour compenser la défaillance d’Özil. Très impressionnant à la récupération mais peu en vu dans ce match, il a permis à son équipe d’imposer une maîtrise alors que l’enfer était promis aux Gunners.Remplacé par Guendouzi (79′).

Özil (3,5) : Encore une fois, et comme trop souvent ces derniers mois, le meneur de jeu allemand n’a été que l’ombre de lui-même. Perdu sur la pelouse de Mestalla, il n’a jamais su imposer sa qualité technique. Rarement enclin à faire les efforts défensifs. Remplacé par Mkhitaryan (62′).

Lacazette (7) : A côté de la prestation énorme de son coéquipier, il n’a pas chômé non plus. Auteur du second but de son équipe, il aurait pu inscrire un doublé avec un peu plus d’application ou de réussite sur un centre en retrait de… l’inévitable Aubameyang. Lui aussi a été un vrai poison pour les défenseurs se montrant très mobile sur le front de l’attaque. Après chaque ballon perdu, il a effectué le repli ou le pressing.

Aubameyang (9) : Voir ci-dessus.

 

Benoît Castéla

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.