Ligue des Champions – Finale | Les notes de Real – Liverpool (3-1)

- Tour d'horizon du football sur Twitter - Continuez vers le bas pour l'article -

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match : Varane (7,5) : Sans conteste le meilleur défenseur madrilène ce soir, c’est en véritable Monsieur Propre qu’il a écarté le danger à de nombreuses reprises. À lui seul, il a été capable de pallier les quelques errances de ses coéquipiers.

Real Madrid (4-4-2)

Navas (4) : Mise à part une frappe d’Alexander-Arnold qu’il a bien capté (23′), le portier costaricien n’a pas vraiment brillé. Parfois hésitant sur corner, van Dijk est parvenu à prendre le meilleur sur lui, sans conséquence (19′). Il est aussi très heureux de voir la frappe de Mané trouver le poteau (70′).

Carvajal (non noté) : Très vite dans le dur à cause de l’apport offensif de Robertson, l’international espagnol est aussi apparu très fébrile, comme sur cette passe en retrait totalement ratée qui offre un corner à Liverpool (18′). C’est finalement sur une montée dans le camp adverse que le latéral passé par le Bayer Leverkusen a dû rendre les armes, vraisemblablement sur un claquage (36′). Son remplacent Nacho (5) s’est montré plus sérieux défensivement.

Ramos (5) : Pas franchement rassurant, c’est en particulier en roublard miraculé que le capitaine merengue s’est signalé. En s’improvisant judoka sur Salah (25′), il a lancé le premier fait jeu de la rencontre et pas des moindres, tant la sortie de l’égyptien a totalement inversé la physionomie de la rencontre…

Varane (7,5) : Voir ci-dessus.

Marcelo (5,5) : Plutôt en difficulté en début de partie avec son opposition à Salah, il a pu profiter de la blessure de ce dernier pour se concentrer sur ce qu’il sait faire de mieux : apporter offensivement. C’est de lui et son centre contré que vient le second but du Real.

Casemiro (6) : C’est dans son registre habituel qu’est apparu le récupérateur brésilien. Avec une prestation sérieuse, il a peu à peu permis au Real de plus ou moins maitriser les débats au milieu de terrain.

Modric (7) : D’une constance implacable, le croate a eu beaucoup d’emprise sur le jeu de son équipe au milieu de terrain. Si son efficacité à la distribution n’étonne guère, son travail à la récupération était plus atypique lors de certaines phases de jeu.

Kroos (5) : En dessous de son niveau, l’international allemand n’a pas pesé sur la rencontre comme on pouvait l’attendre. Il a fait trop de mauvais choix pour réellement bonifier le jeu de son équipe.

Isco (5,5) : Il aurait pu être le héros de cette finale, mais c’est bien la barre (48′) puis Karius (60′) qu’il a trouvé. Bien que l’un des madrilènes à s’être montré le plus dangereux, il a fait les frais du coaching de Zidane qui l’a remplacé par Bale (7,5) (61′). Un pari gagnant, comme si le français permettait au gallois de lui succéder au titre d’auteur d’un but d’anthologie en finale de ligue des champions. Grâce à un fantastique retourné acrobatique (64′), l’ancien spur a permis aux merengues de mettre une main sur la coupe aux grandes oreilles, puis une deuxième après une frappe violente et ô combien redoutable pour Karius de par son effet (83′).

Benzema (6,5) : Assez peu en vue malgré sa large disponibilité et sa conservation du ballon, le banni de l’équipe de France a sorti son épingle du jeu grâce à un opportunisme fort louable sur une relance inouïe de Karius (51′). Remplacé par Asensio (89′)

Ronaldo (4,5) : Le Real a dominé les débats mais ce n’est pas le cas du quintuple détenteur du ballon d’or. Oublié par l’arbitre qui ne l’a pas signalé hors-jeu, sa tête sauvée par Karius (43′) est longtemps restée sa seule occasion de la rencontre. Il a enfin cru pouvoir marquer à l’approche de la fin du match, mais il s’est heurté à un bon retour de Robertson (74′). Le résultat construit un peu plus sa légende, mais pas ce match en particulier.

Liverpool (4-3-3)

Karius (2) : Le gardien des reds a parfois brillé (43′, 60′, 82′), mais cela ne pèse pas bien lourd au moment de faire les comptes, et pour cause, il est le principale responsable de la défaite de Liverpool. Sa relance à la main sur Benzema est déchirante pour n’importe qui supportait Liverpool ce soir (51′), de même que son échec à capter ou repousser la seconde tentative gagnante de Bale (83′)… Son tour d’excuses à l’encontre des supporters de son club reste de belles images.

Alexander-Arnold (6) : Pur produit de Liverpool, aucun red ne désirait plus que lui soulever le trophée. Quand il prend sa chance à la 23′, l’histoire aurait pu être très belle, mais c’était sans compter les gants de Navas. Pas de quoi effrayer le jeunot scouser qui, doté d’une maturité exceptionnelle, est loin d’avoir déjoué. La défaite est souvent plus enrichissante que la victoire, souhaitons que celle-ci serve à ce jeune prodige pour lui permettre de continuer à marcher dans les pas de son idole qu’est Steven Gerrard.

Lovren (6,5) : Connu pour son engagement à 200% dans les duels, l’ancien lyonnais est loin d’avoir été ridicule dans cette finale, il a même offert une déviation décisive à Mané sur corner (55′). Même en fin de match, alors que la messe semblait dite, il effectuait un retour impressionnant sur Bale (85′).

Van Dijk (6) : Très sérieux dans son jeu, le roc néerlandais a considérablement changé le visage de la défense des reds en l’espace de seulement 5 mois. Même si Liverpool s’incline ce soir, il a été capable de prendre le meilleur sur Ronaldo.

Robertson (6,5) : Mettant notamment Carvajal au supplice, la révélation écossaise a encore brillé avec son incroyable disponibilité. Assez rigoureux sur le plan défensif, il est à gratifier d’un fabuleux retour sur Ronaldo (74′).

Henderson (6) : Digne capitaine des reds, il n’a pas lésiné sur les efforts et sa combativité naturelle aurait peut-être mérité meilleure récompense.

Milner (6) : Toujours aussi impressionnant dans son abnégation, l’inoxydable et polyvalent anglais aura donné du fil à retordre aux merengues. Sa sortie sur les rotules apparaît comme un symbole, c’est probablement la première fois de la saison que son troisième poumon l’a lâché. De retour de blessure, Can l’a suppléé (83′).

Wijnaldum (5) : Souvent aperçu grâce à sa qualité de projection, il aura tout de même manqué un brin de justesse technique au néerlandais pour faire pencher la balance en faveur de Liverpool.

Salah (non noté) : Après un début de match plutôt prometteur, le pharaon a dû quitter les siens (30′), victime d’une fâcheuse clé de bras de Ramos. En plus de manquer à son équipe sur le plan individuel, la sortie de l’égyptien a surtout permis au Real Madrid de reprendre le match par le bon bout après une entame à l’avantage des reds. Auteur d’une saison quasi-blanche et minée par les blessures, Lallana (3,5) est sortie du banc pour rétablir l’équilibre numérique entre les deux équipes. Clairement en manque de temps de jeu, l’international anglais (qui n’ira pas en Russie) n’a pas pu peser sur la rencontre.

Mané (7) : Sans aucun doute le meilleur red ce soir. Par sa vélocité, il a dérangé à de nombreuses reprises la défense de la maison blanche. Il a rendu Liverpool accrocheur en propulsant la déviation de Lovren au fond des filets (55′). Son poteau (70′) est un crève-cœur pour les uns, une bénédiction pour les autres.

Firmino (4) : Récupérant de nombreux ballons, il a démarré très fort la rencontre. Cependant, la sortie de Salah et les caractéristiques changeantes de la rencontre l’ont placé dans un autre match au sein duquel il n’est pas parvenu à trouver sa place.

 

Bastien Bruyland

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.