Ligue des Champions - 4ème j. | Les notes de PSG - Leipzig (1-0)

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)


Homme du match : Marquinhos (6) :

Sa connexion avec Diallo fonctionnant du tonnerre, l’arrière-garde parisienne n’a que très rarement été prise à défaut. Il est souvent intervenu pour stopper Nkunku dans sa progression.

 

Paris (4-3-3) :

Navas (6) : Un belle déviation sur une tête d’Upamecano dans les premières 20 minutes, puis une frappe trop axée de la part d’Haidara. Le costaricien n’a pas eu plus de travail à faire ce soir.

Bakker (4,5) : Sa jeunesse s’est faite ressentir ce soir, cela au travers de ses interventions à la limite. En effet, le néerlandais de 20 ans ne s’est pas imposé dans les duels, et lorsqu’il tentait de remonter le terrain, il y avait de fortes chances pour qu’il se fasse subtiliser le ballon.

Diallo (6) : Sa protection de balle et ses dégagements sur les centres adverses on été ses principaux points forts ; lors d’un match où la défense de la capitale a été mise à rude épreuve.

Marquinhos (6) : Voir ci-dessus.

Florenzi (6) : Premier joueur à se mettre en opposition à Nkunku, l’italien a été précieux grâce à ses nombreuses interceptions qui ont annihilé les offensives allemandes venues de la gauche.

Herrera (5,5) : Très peu en vue à la création, il a néanmoins défendu comme il le pouvait ; en taclant proprement la plupart du temps. Ses passes à destination de Neymar ont été d’une certaine précision. Remplacé par Verratti à la 83e.

D. Perreira (5) : En manque d’impact dans l’entrejeu pour récupérer plus de ballons, le portugais a rapidement été dépassé par les jeux en triangles exercés par les allemands.

Paredes (4) : Assez faible en termes d’intensité et de précision de passes, le milieu formé à Boca Juniors n’a pas été à la  hauteur pour gêner les milieux adverses.

Neymar (5,5) : Toujours au top techniquement, le brésilien s’est illustré de par ses dribbles qui étaient déroutants. Il ouvrit le score sur penalty, même si ce ne fut pas le meilleur de sa carrière. Il fit preuve d’une certaine nervosité à partir de la 40e minute. Probablement l’élément offensif le plus dangereux de son équipe. Remplacé par Sarabia à la 90e.

Mbappe (5,5) : Le génie français a fourni de nombreux efforts pour offrir diverses solutions sur le front de l’attaque du dernier finaliste de la compétition. Ses appels dans le dos de Mukiele étaient tranchants, mais ses partenaires dosaient trop mal leurs passes pour que le champion du monde français puisse les exploiter. Remplacé par Kean à la 90e.

Di Maria (4,5) : Particulièrement remuant, et cela dès le début du match, l’argentin a su faire la différence en obtenant un penalty au bout de dix minutes. Nous l’avons beaucoup moins vu après cette action. Remplacé contre son gré à la 64e au profit de Rafinha.

 

Leipzig (4-2-3-1) :

Gulácsi (5) : Non loin de repousser le penalty de Neymar, le gardien hongrois n’a finalement pas pu s’interposer face au tir le plus dangereux du PSG.

Angeliño (5,5) : Souvent libre sur son côté gauche, le joueur prêté par Manchester City a su faire de bons appels pour que ses partenaires puissent le trouver en abusant positivement de transversales. Son apport offensif a été de bon niveau même s’il n’a pas été décisif.

Upamecano (6) : En remportant la plupart de ses duels, le français s’est assuré de s’imposer psychologiquement face aux attaquants adverses. Son jeu de tête a été un élément important tant offensivement que défensivement.

Konaté (5,5) : Affrontant l’équipe favorite de sa famille, l’enfant de Paris a eu forte affaire face à Neymar et Mbappe. Bien aidé par son coéquipier en charnière centrale, il a principalement été en charge de venir prêter main forte à Upamecano lorsque celui-ci en avait besoin : une jeune défense prometteuse pour les années à venir !

Mukiele (5,5) : Moins en vue que l’autre latéral du RB Leipzig, il a toutefois été attentif aux courses de Mbappe qui n’hésitait pas à plonger dans la profondeur. Il a bien servi Dani Olmo qui s’est montré particulièrement disponible ce soir. Remplacé par Orbán à la 63e.

Haidara (6) : Une prestation à la Ngolo Kanté pour le malien passé par l’autre franchise appartenant à Red Bull : le RB Salzbourg. Sa capacité à récupérer les ballons dans les pieds parisiens, puis d’alterner entre les donner ou se charger de les remonter de par lui-même, a créé la différence au niveau du rond central.

Sabitzer (4) : Seul coupable sur l’ouverture du score parisienne, il accroche légèrement Di Maria dans sa propre surface ce qui coûta cher à son équipe. Il a souvent pris sa chance de loin, mais ses frappes finissaient hors du cadre.

Forsberg (5) : Intelligent dans ses déplacements, le suédois s’est contenté principalement de jouer en remises pour ses coéquipiers. Il ne pouvait faire mieux puisque la charnière défensive adverse faisait preuve d’une grande attention. Remplacé par Sørloth à la 74e.

Olmo (6) : Ce jeune international espagnol ne cesse d’impressionner l’Europe de par ses qualités de passes qui ont parfois des airs de celles de Xavi. Son placement entre les lignes était bien réfléchi pour pouvoir être en position de recevoir le ballon. Remplacé par Kluivert à la 63e.

Nkunku (5) : Ses prises de balle étaient tranchantes, mais l’ancien parisien tomba quasi-systématiquement sur Florenzi. Lorsque ce n’était pas le cas, c’était le capitaine adverse qui était là pour lui chiper le cuir.

Poulsen (4,5) : Bien marqué par le tandem Diallo-Marquinhos, le numéro 9 du RBL a été contraint de s’exiler sur le côté pour toucher davantage le ballon.

Romain Caballero.