Serie A - 37ème j. | Les notes de AS Rome - Lazio (2-0)

Homme du match : Darboe (8,5) : Mobile et intelligent dans son placement, juste dans ses transmissions et à l’origine de nombreuses interceptions, Darboe rend une copie sans tâche et affiche une impressionnante sérénité face au redoutable milieu lazziale. Agressivité, timing, endurance, vision du jeu et agilité technique, rien ne manque au Gambien de 19 ans qui éclabousse la rencontre de son immense talent.

As Rome (4-2-3-1) :

Fuzato (7) : Pas toujours irréprochable à la relance, Fuzato s’est illustré dans la défense de son but. Excellent sur sa ligne et doté d’un bon sens du timing sur ses sorties, il est resté relativement peu sollicité pour une telle affiche.

Karsdorp (6) : Plutôt discret sur les phases offensives, Karsdorp est resté bien en place dans le système compact de la Roma. Il effectue plusieurs interventions importantes pour soulager les siens sur les occasions adverses.

Mancini (6,5) : Patron de la défense côté jaune et rouge, Mancini signe plusieurs interventions décisives en début de rencontre, et se laisse rarement prendre de vitesse par Immobile et compagnie.

Ibanez (non noté) : Blessé après un début de rencontre compliqué, Ibanez est remplacé dès la 38ème minute par Kumbulla (5,5) qui signe une prestation satisfaisante sans particulière occasion de briller individuellement.

Peres (4,5) : Pris de vitesse par Lazzari, rapidement averti pour une faute évitable, le brésilien sort à la mi-temps, probablement sans les félicitations de son entraîneur, remplacé par Santon (4,5), qui écope lui-même d’un carton jaune 1 minute 30 après son entrée en jeu. Contenir Lazzari semble compliqué pour tout le monde, mais réussir ses passes devrait être le minimum requis pour un joueur de l’AS Rome, et l’arrière gauche ne s’en est pas toujours montré capable.

Cristante (5,5) : Important défensivement, le milieu romain a cherché à s’impliquer dans la construction offensive mais il affiche beaucoup de déchet. Ses longs ballons échouent trop souvent dans les pieds lazziale, mais ils permettent d’apporter le danger aux abords de la surface adverse.

Darboe (8,5) : voir ci-dessus

Mkhitaryan (7) : Très remuant, l’arménien s’est désintéressé de la bataille du milieu de terrain pour apporter du danger aux abords de la surface. Très intelligent, capable d’allier technique et physique, l’ex gunner donne l’avantage à son équipe d’une reprise en une touche sur un joli service de Dzeko.

Pellegrini (5) : Assez isolé de la construction du jeu romain, Pellegrini n’a pas non plus été au rendez-vous dans la zone de vérité. Trop de déchet technique aujourd’hui chez celui qui était devenu le maître à jouer des Giallorossi. Remplacé par Villar (72ème).

El Shaarawy (6) : Auteur d’une passe lumineuse pour Dzeko sur l’ouverture du score, le romain a d’abord manqué de régularité dans son jeu et de précision dans ses gestes. Il se montre plus appliqué en seconde période, capable de prendre de vitesse une défense de moins en moins organisée et de distribuer de bons ballons pour ses partenaires. Remplacé par Pedro (72ème) qui crée des différences à chaque touche de balle et crucifie la Lazio d’une superbe frappe lointaine.

Dzeko (7) : Extrêmement impliqué, Edin Dzeko n’est pas le genre d’attaquant à attendre le ballon dans la surface. Extrêmement important par son jeu en remises, il dézone souvent pour occuper les ailes et sert parfaitement Mkhitaryan sur l’ouverture du score. Remplacé sous une ovation par Borja Mayoral (89ème).

Lazio (3-5-2) :

Reina (5,5) : À l’aise à la relance et n’hésitant pas à monter balle au pied pour donner de l’air à son équipe, Reina n’est pas à blâmer sur les deux buts encaissés, mais l’adversaire ne lui a pas donné l’occasion de se rattraper par de beaux arrêts.

Marusic (3,5) : Trop statique et trop lent face aux mouvements des attaquants romains, Marusic rate des passes importantes dès le début de la rencontre et met son équipe en danger. L’un des grands responsables de la défaite du jour, il sort à la 73ème, remplacé par Fares.

Acerbi (5) : Abandonné par deux coéquipiers qui passent complètement à côté de leur match, Acerbi tient bon avant de craquer à son tour. Averti en début de match, son exclusion devenue inévitable représente bien le naufrage de la lazio, dominée sur tous les plans ce soir.

Radu (4,5) : Trop hasardeux dans son jeu de passe, le roumain perd des ballons là où il ne faut surtout pas. Pas toujours solide défensivement, il sort à la 73ème, remplacé par Caicedo.

Lazzari (6,5) : Rapide et percutant sur son aile droite, Lazzari a fait vivre un enfer à ses adversaires directs. Malheureusement pas décisif, il voit ses centres repris par une défense bien compacte.

Milinkovic-Savic (6,5) : Masqué ce soir, le milieu serbe n’a pas caché son talent. Agressif face au porteur, il gagne de nombreux ballons qu’il distribue aussitôt avec précision et intelligence. Présent dans tous les secteurs du jeu, il a manqué de réalisme devant le but adverse. Remplacé à la 84ème par Akpa-Akpro.

Lleiva (6) : Encore une fois assez peu mobile devant la défense lazziale, le milieu brésilien est pourtant toujours là où il faut pour gêner l’adversaire. Il met un terme à plusieurs mouvements offensifs et permet aux siens de repartir rapidement à la récupération.

Alberto (6) : Rayonnant techniquement, capable d’offrir de véritables caviars dans la course de ses partenaires offensifs, Alberto n’a pas su se montrer décisif ce soir, et ses jolies passes n’ont que trop rarement permis à Immobile d’inquiéter l’adversaire.

Lulic (4) : Les années commencent à se faire sentir pour Lulic qui peine à rester au niveau. Bien moins vif que son homologue à droite, son rôle excentré impose au capitaine ciel et blanc des missions qu’il est de moins en moins à même de remplir. Remplacé par Luiz Felipe (59ème).

Muriqi (5) : Jamais servi dans de bonnes conditions, le natif du Kosovo fait trembler les filets sur une situation de hors-jeu. Il cherche durant toute la rencontre à se démarquer mais ne parvient pas vraiment à peser sur le match. Remplacé par Pereira (59ème).

Immobile (5,5) : Bien muselé par une défense jamais prise de court, le vice meilleur buteur de l’histoire de la Lazio n’a pas su alimenter son compteur. Trop rarement trouvé par ses partenaires, il manque les rares occasions qu’il se procure.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi :