Serie A – 33ème j. | Les notes de Inter Milan – Roma (1-1)

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

L’homme du match : Politano (7) : Formé à l’AS Roma où il n’a jamais eu la chance d’évoluer en professionnel, l’international italien avait à coeur de réaliser une grande performance. Positionné sur le côté droit de l’attaque milanaise, il a été l’élément offensif le plus dangereux. Particulièrement appliqué dans ses centres, il a plusieurs fois réalisé des décalages intéressants. Son offrande pour Lautaro en début de match (8′) aurait mérité d’être décisive. Il est également proche de débloquer le compteur de son équipe d’une frappe avec un rebond vicieux devant Mirante (43′). Remplacé par Keita Baldé (83′).

Inter Milan (4-2-3-1)

Handanovic (6) : Peu sollicité, le capitaine des locaux aura réussi à se faire remarquer par des relances audacieuses mais surtout une superbe manchette devant Kolarov en fin de partie (91′) permettant à son équipe de préserver le résultat.

D’Ambrosio (6,5) : Très précieux dans son apport offensif , l’international italien aura constamment apporté le surnombre et voit même sa tête repoussée par le poteau sur une offrande de Perisic (44′).  Passeur décisif sur le but du croate (61′), il est néanmoins trop facilement éliminé par El Shaarawy sur l’ouverture du score des visiteurs (14′).

De Vrij (4,5) : Dans son duel face à Edin Dzeko, l’ancien joueur de la Lazio Rome n’a pas réussi à imposer son physique. Mis en difficulté par le jeu de corps du bosnien, le néerlandais aura été très frileux dans ses tentatives de relances, essentiellement latérales.

Skriniar (5) : L’international slovaque aura eu besoin d’un temps d’observation pour rentrer dans la rencontre. Après vingt premières minutes délicates ponctuées de relances maladroites, il a progressivement pris la mesure de ses adversaires en imposant son physique dans les duels.

Asamoah (6) : Très maladroit dans ses tentatives de centres en première période, l’international ghanéen aura été bien plus dangereux au retour des vestiaires. Sa puissance et sa complémentarité avec Perisic ont considérablement gêné Florenzi.

Borja Valero (6,5) : Très sollicité par ses partenaires, le milieu formé au Real Madrid aura aimanté le ballon au milieu du terrain. Malgré une belle activité et un pourcentage de 95% de passes réussies, le manque de prise de risque et d’audace dans ses transmissions est regrettable.

Vecino (5) : Peu inspiré dans ses transmissions, l’international uruguayen aura eu le mérite de parfaitement museler Pellegrini durant la rencontre. Il est l’auteur d’un incroyable manqué sur la reprise de la tête de Lautaro repoussée dans l’axe par Mirante (8′).

Perisic (6,5) : Leader technique de son équipe, le joueur formé au FC Sochaux a parfaitement organisé l’animation offensive du côté gauche intériste. Oublié au second poteau par Florenzi, il coupe parfaitement le centre de D’Ambrosio pour remettre le deux équipes à égalité (61′).

Nainggolan (3,5) : Dans le match l’opposant à son ancienne équipe, l’international belge n’aura pas réussi à pleinement exprimé son talent. Pris dans la tenaille des grands combats de Steven Nzonzi, il n’a pas été capable de se démarquer, le jeu de son équipe penchant largement sur les ailes. Remplacé par Icardi (54′), peu dangereux en raison du marquage individuel efficace de Juan.

Politano (7) :  Voir ci-dessus.

Lautaro (5) : Maladroit, l’argentin est apparu en manque d’inspiration à la pointe de l’attaque. Sans un arrêt remarquable de Mirante, il aurait pu inscrire le premier but de son équipe en début de partie (8′). Son repositionnement en soutien d’Icardi après la sortie de Nainggolan a semblé le libérer dans ses mouvements, tardivement. Remplacé Joao Mario (79′), auteur de plusieurs pertes de balles.

Roma (4-2-3-1) 

Mirante (6,5) : Auteur de quatre arrêts décisifs, l’ancien gardien de la Juventus aura permis à son équipe de ramener un point précieux de son déplacement à Giuseppe Meazza. Son horizontale sur la tête à bout portant de Lautaro en début de rencontre est admirable (8′).

Florenzi (4,5) : Très combattif, le capitaine romain oublie complètement Perisic dans son dos sur le but égalisateur des locaux (61′). Il aurait pu provoquer un pénalty sur un centre contré de la main par Valero, jugée involontaire par l’arbitre (28′).

Juan (5,5) : Pourtant sorti sur blessure la semaine dernière, le brésilien a souhaité tenir sa place contre son ancienne équipe. Solide dans ses interventions, il a été néanmoins pris à défaut à deux reprises par Lautaro dans des duels aériens déterminants.

Fazio (6) : Pour son 100ème match en Série A, l’international argentin a rendu une copie propre. Très habile dans le jeu aérien, il aura été précieux dans sa capacité à écarter le danger provenant des nombreux centres intéristes.

Kolarov (5) : Très intéressant dans son apport offensif, le serbe aura eu du mal à contrôler les actions tranchantes de Politano. Il aurait néanmoins pu offrir la victoire à son équipe sans une manchette d’Handanovic (91′).

Nzonzi (7) : Très présent à la récupération du ballon, le champion du monde français aura été l’un des grands artisans du point glané par son équipe en réussissant à priver Nainggolan de munitions. Sa taille aura également permis de dégager de nombreuses situations dangereuses.

Cristante (4) : Formé à l’AC Milan, le joueur prêté par l’Atalanta Bergame aura eu du mal à s’imposer dans les duels au milieu du terrain. Son carton jaune en fin de rencontre (75′) illustre la difficulté qu’il a rencontré à contrôler les actions de Valero.

Under (3,5) : Habituellement virevoltante, la pépite turque de l’AS Roma n’a pas réussi à mettre à défaut la défense milanaise. Dominé à l’impact par Asamoah, il est coupable de nombreuses pertes de balles. Remplacé par Zaniolo (46′ – 4), autre étoile de l’effectif romain n’étant pas parvenue à créer de déséquilibre.

Pellegrini (4) : La faible possession de balle de l’AS Roma durant la rencontre est certainement due à la difficulté rencontrée par les joueurs de la Louve a trouvé leur meneur de jeu. Peu sollicité, le néo international italien manque de lucidité devant le but en début de seconde période (51′).

El Shaarawy (6) : Passé par l’AC Milan, « le Pharaon » s’est rappelé à ses bons souvenirs en inscrivant un sublime but dans son ancien écrin (14′). Auteur de son dixième but de la saison, il confirme sa bonne saison et aurait même pu s’offrir un doublé sans une intervention décisive d’Handanovic (33′). Plus discret en seconde période, il du s’astreindre à défendre en raison des débordements incessants de D’Ambrosio.

Dzeko (6,5) : Positionné seul en pointe de l’attaque romaine, l’ancien joueur de Manchester City a réalisé un travail remarquable dans son jeu dos au but. Réussissant à bonifier l’ensemble des ballons, il est passeur décisif sur l’ouverture du score (14′).

Benjamin Falanga

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.