Serie A - 30ème j. | Les notes de Inter Milan - Cagliari (1-0)

Homme du match : Sensi (8) : Comme guidé par un sixième sens qui lui souffle la voie à suivre, le milieu de 25 ans parvient à se sortir de tous types de situations avec élégance et efficacité. Toujours en mouvement et toujours là où il faut, à l’origine ou à la finition de plusieurs belles actions de but, le remplaçant de Nicolo Barella envoie un message fort à Antonio Conte avec une prestation de très haut niveau. Remplacé par Vecino (81ème).
Inter Milan (3-5-2) :
Handanovic (6) : Pas grand chose à faire pour le serbe qui s’est contenté de quelques arrêts facile.
Skriniar (5) : Plus ou moins haut sur le côté droit de la défense intériste, Skriniar a su gérer le danger adverses mais connu quelques mauvaises passes, surtout en début de rencontre ou la complicité avec Matteo Darmian semblait difficile à établir.
De Vriij (6,5) : Premier relanceur chez les nerazzuri, le néerlandais a pu profiter de la légèreté du pressing adverse pour participer activement à la construction offensive de son équipe.
Bastoni (6) : Pouvant compter sur une belle entente avec Stefano Sensi et Ashley Young, le jeune défenseur a apporté ses compétences dans l’animation du couloir droit tout en restant attentif aux menaces venues des sardes.
Darmian (6) : Pas assez percutant sur son aile droite, le piston italien a réellement peiné à rentrer dans son match, avec plusieurs ballons perdus et une trop maigre contribution à l’élaboration du jeu offensif. Il se montre bien plus en jambe côté gauche après l’entrée en jeu d’Achraf Hakimi, qui lui permet d’inscrire le seul but de la rencontre. Remplacé par d’Ambrosio (84ème).
Sensi (8) : Voir ci-dessus
Brozovic (6,5) : Milieu défensif et créateur à la fois, le croate n’a pas hésité à donner de sa personne avec un jeu empreint d’engagement et de spontanéité pour permettre à l’équilibre de régner dans les rangs nerazzuri.
Eriksen (7,5) : Faisant parler sa technique de passe hors du commun, le croate a encore une fois incarné le danger venu de nulle part. Intelligent dans ses choix, capable de casser des lignes à tout moment, Eriksen affiche une complémentarité précieuse avec ses partenaires, qu’il sait faire jouer de la meilleure des manières. Remplacé par Gagliardini (80ème).
Young (5) : Assez discret parfois, Young a eu le mérite d’assurer l’imperméabilité de son couloir gauche. Remplacé par Hakimi (70ème) qui n’a pas attendu longtemps pour marquer la rencontre de son empreinte.
Lukaku (5) : Point d’appui toujours stable, l’ancien mancunien n’est pas parvenu à en faire plus aujourd’hui. Bien muselé par Godin et compagnie, il peut se réjouir que Darmian lui emprunte son rôle habituel de finisseur.
Sanchez (7) : Particulièrement remuant ce dimanche, le chilien n’a pas compté ses efforts pour décrocher, gratter des ballons et venir se faufiler entre les joueurs adverses. Il ne marque pas mais aura eu le mérite de désorganiser par moment le système bien huilé de Semplici. Remplacé par Martinez (70ème).
Cagliari (3-5-2) :
Vicario (7,5) : Excellent sur sa ligne, la doublure d’Alessio Cragno profite de cette titularisation providentielle pour montrer qui il est face à la meilleure attaque du championnat. Auteur de nombreuses interventions décisives tout au long du match, il tient 76 minutes avant d’être battu par une reprise à bout portant.
Rugani (5,5) : Vigilant sur son côté droit, l’ex-bianconero n’est pas gâté par les allées et venues de l’infatigable Alexis Sanchez. Pas forcément en quête de coups d’éclat, Rugani a rempli ses tâches de défenseur et laissé ses coéquipiers se charger de l’animation offensive. Remplacé par Simeone (85ème).
Godin (8) : Patron indiscutable de cette défense à 3, l’uruguayen défend proprement et gagne tous ses duels. Très précieux à la relance, le joueur de 35 ans affiche toujours le visage d’un grand défenseur.
Carboni (7) : Important dans le jeu aérien, intelligent et solidaire, le défenseur tout juste année de 20 ans et habitué au banc de touche montre qu’il a sa place dans le football de haut niveau.
Zappa (5) : Pas besoin de connaître Zappa pour comprendre qu’à l’inverse de Nandez, le piston droit de Cagliari est défenseur de formation. Bien plus à l’aise pour venir prendre sa place dans la ligne de 5 que pour jouer vers l’avant, il couvre mal l’arrivée de Matteo Darmian au second poteau sur l’ouverture du score interiste. Remplacé par Cerri (91ème).
Marin (7) : Très instinctif dans toutes ses prises de balle et parfaitement complémentaire avec un Radja Naingollan dont il partage la coupe de cheveux, Razvan Marin a su apporter vitesse et justesse technique pour dynamiser le jeu des visiteurs.
Naingollan (7,5) : Crucial à la récupération, toujours juste dans ses choix, le belge a été l’un des grands artisans de la réussite du jour, qui a consisté pour Cagliari à causer de vraies difficultés au presque-champion d’italie.
Duncan (6) : Important devant la défense mais moins mobile que ses partenaires du milieu, Duncan gagnerait parfois à se projeter plus vite vers l’avant, plutôt que de perdre le ballon sur des passes en retrait. Remplacé par Asamoah (72ème).
Nandez (5,5) : Mû par une vraie volonté d’apporter de la percussion sur son côté gauche, le compatriote de Diego Godin s’est montré trop laxiste en phase défensive. Battu plusieurs fois par des passes d’Eriksen entre les lignes, il laisse Hakimi se glisser dans la surface et servir Darmian pour le but victorieux.
Pavoletti (6) : Invisible en début de rencontre, l’attaquant de 32 ans a rapidement compris que son équipe avait besoin de lui plus bas. Très bon dans les airs, il dispute de nombreux duels et apporte de la vitesse par ses remises en une touche. À l’exception d’une tête hors-cadre, Pavoletti n’a pas représenté de véritable danger pour Handanovic. Remplacé par Pereiro (91ème).
Pedro (4,5) : Un match compliqué pour le capitaine de Cagliari; Joao Pedro ne s’est pas procuré beaucoup d’occasions et si ce n’est quelques dribbles infructueux et une frappe captée sans problème par le gardien nerrazzuro, il n’a pas inquiété les hommes d’Antonio Conte.