Serie A - 27ème j. | Les notes de Sassuolo - Hellas Vérone (3-2)

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)


Homme du match : Lazovic (7,5) : Sassuolo a pris 3 points, oui, mais Lazovic a brillé. Toujours parfaitement positionné pour combiner avec Zaccagni et Lasagna, le serbe a été un grand soutien à ses coéquipiers offensifs, en dynamitant le couloir gauche sur toute sa largeur.  Rapide et infatigable, il est au bon endroit pour profiter d’un service de Faraoni et ne laisse aucune chance à Consigli. C’est sa belle course sur l’aile droite qui permet à Vérone d’égaliser pour la seconde fois (79ème).

Sassuolo (4-2-3-1) :

Consigli (5) : Pas grand chose à faire pour Consigli sur le but de Lazovic, à qui la défense laisse beaucoup trop d’espace. Il montre un peu plus d’assurance dans les airs mais se retrouve une deuxième fois battu sur une frappe imparable de Di Marco en fin de match.

Toljan (6,5) : À un poste d’arrière droit très reculé, l’allemand, toujours propre dans ses interventions, a aussi su soigner ses relances. Il doit se montrer plus vigilant sur le premier but véronais. Toljan confirme ses qualités techniques en montant d’un cran le long du couloir droit, suite à l’entrée en jeu de Marlon.

Chiriches (6) : Prestation satisfaisante de Chiriches cet après-midi qui n’est pas le premier fautif sur les buts encaissés. De la bonne volonté mais parfois du déchet dans certaines relances, c’est un match moyen de la part du roumain. Remplacé par Ayhan (87ème).

Ferrari (4) : Trop lent, trop perméable, Ferrari est toujours éliminé en premier. Il a voulu apporté son aide en attaque, mais c’était encore au détriment de la solidité recherchée par De Zerbi.

Kyriakopoulos (5) : Pas particulièrement utile lorsqu’il apporte son soutien offensif, le grec a attiré le danger sur le côté droit de la défense neroverdi.

Obiang (7) : Pas toujours élégant, Pedro Obiang a été d’une efficacité sans failles. Indispensable dans son travail de l’ombre, le guinéen récupère énormément de ballons qu’il parvient à distribuer à ses coéquipiers avancés.

Locatelli (7) : Plus jeune joueur sur la pelouse, l’ex-milanais a montré beaucoup de maturité au milieu de terrain. Couvrant un large espace, Locatelli joue la tête haute et sait parfaitement où trouver ses partenaires. Il lance la rencontre dès la quatrième minute d’une superbe frappe enroulée qui contourne la défense et vient battre un Consigli impuissant. Remplacé par Maxime Lopez (84ème).

Berardi (7) : Rarement décevant, Domenico Berardi a aujourd’hui encore su animer le jeu offensif de son équipe. Malgré une équipe de Vérone qui a laissé très peu d’espace, l’ailier de 26 ans s’est montré rapide et intelligent dans ses prises de décisions.

Defrel (7) : Au cœur du jeu, le français a subi une pression incessante de la part de l’adversaire. Contraint de rester constamment mobile et d’accélérer son jeu, Defrel se sort très bien d’un match où il aurait pu finir étouffé. Remplacé par Traore (67ème) qui offre à Sassuolo le but de la victoire.

Djuricic (6,5) : Plus traditionnel que Berardi sur son couloir gauche, le serbe a répété les courses et apporté son sens du but pour redonner l’avantage aux siens en entame de deuxième période. Remplacé par Marlon (67ème).

Caputo (5) : Trois buts inscrits par son équipe mais pas grand chose à se mettre sous la dent pour Francesco Caputo, qui a eu du mal à se mettre en valeur face à un bloc toujours attentif aux passes entre les lignes.

Hellas Vérone (3-4-2-1) :

Silvestri (4,5) : À part un arrêt plus facile qu’il n’en avait l’air sur un coup franc de Berardi, Silvestri n’a pas accompli de grandes choses cet après-midi. Battu trois fois, on espère qu’il ne gardera pas cette prestation comme référence.

Magnani (5) : Plus discret que Gunter au sein de la charnière centrale, Magnani n’a pas pu empêcher la défaite face à un adversaire qu’il connaît pourtant bien.

Gunter (5) : Rugueux dans ses duels, l’allemand manque de vitesse. Éliminé trop facilement par Berardi sur une frappe non cadrée en début de période, il ne signe pas une grande prestation mais s’est parfois retrouvé tout seul à tenter quelque chose. Remplacé par Dawidowicz (55ème).

Ceccherini (5,5) : Pris de vitesse à plusieurs reprises, Ceccherini a préféré faire faute plutôt que de laisser filer son vis-à-vis. Pas très intéressant offensivement.

Faraoni (5) : Un apport très pauvre aujourd’hui de la part de Faraoni. Pas assez juste techniquement, il gâche une belle occasion de but en début de match et déçoit globalement par une succession de mauvais choix. Son implication sur l’égalisation véronaise ne suffit pas à sauver sa copie. Remplacé dès la mi-temps par un Dimarco discret mais buteur de la plus belle des manières.

Tameze (5,5) : Bilan mitigé pour le français, qui s’est révélé intéressant à la récupération mais a manqué de justesse dans ses transmissions. Remplacé par Sturaro (55ème).

Veloso (6,5) : Attaque et défense, pas vraiment d’entre-deux aujourd’hui chez l’Hellas, si ce n’est Miguel Veloso. Omniprésent sur le terrain, le milieu portugais vient s’immiscer dans la ligne défensive de son équipe à la récupération pour repartir proprement de l’arrière. Sa vision du jeu et ses déplacements lui ont permis de peser considérablement sur la rencontre. Malgré la défaite, le capitaine de Verone peut être satisfait de son match.

Lazovic (7,5) : voir ci-dessus

Barak (5) : Quelques mouvements intéressants surtout en début de match, et puis c’est malheureusement tout pour Antonin Barak qui a ensuite eu de plus en plus de mal à se montrer.

Zaccagni (5) : Bien placé mais trop brouillon, il aurait fallu être irréprochable techniquement pour créer la brèche dans une défense de Sassuolo mieux organisée qu’à son habitude; ça n’a pas été le cas de Mattia Zaccagni.

Lasagna (5) : Match compliqué pour l’ancien d’Udinese. À défaut de pouvoir faire la différence sur quelques bons ballons en profondeur, il s’illustre par une simulation ridicule malheureusement non sanctionnée.