PSG - FC Metz (5-0) : Les notes complètes [Ligue 1 - 38ème j.]

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)


Homme du Match : Mbappé (8) : Il a été encore une fois époustouflant sans pour autant que ça soit surprenant de sa part. Il a livré un rendu fidèle à son investissement sportif tout au long de cette saison. Constant et rigoureux dans le travail jusqu’au bout, il s’accroche à son titre de meilleur buteur en donnant à voir un véritable festival avec ce triplé inscrit (24’), (28’), (50’) sans compter les nombreuses occasions non transformées sur des reprises manquées quI auraient pu augmenter le chiffre au compteur (41’), (46’), (61’). Sa vitesse et sa réactivité remarquable dans les contres ne lui ont pas fait défaut. Il a témoigné d’un esprit combattant et une détermination sans faille qui ne peut que nous laisser dans l’impatience de voir ce qu’il nous réserve désormais pour les 3 années supplémentaires à venir sous les couleurs du club de la capitale.

 

PSG (4-4-2)

 

Navas (6,5) : Bien sollicité dans les 15 premières minutes, il semble être laissé au repos durant les 75 minutes de jeu restants laissant tout le loisir du travail à son confrère d’en face. Pour autant, il n’a pas cessé de rester sur ses gardes sur l’ensemble de la rencontre.  Remplacé par Letellier (82’).

Marquinhos (6,5) : Le capitaine parisien a été à l’aise. Comme à son habitude, il a assuré une bonne surveillance de sa surface de jeu, la preuve en est qu’aucun joueur Messin n’a réussi l'exploit de passer derrière son dos.

Ramos (6,5) : Le défenseur espagnol s’est montré en confiance avec des déplacements bien gérés. Une bonne lecture de jeu qui lui permet de décaler ingénieusement Lamkel Zé sur le côté gauche dans sa montée en profondeur réduisant ainsi à néant ses attentions de frappes au but (12’). Du caractère non déplaisant dans ses interventions défensives.

Kimpembe (6,5) : Son positionnement en latéral gauche lui a donné la possibilité de renforcer son engagement sur le plan offensif avec des tentatives bien saisies même si elles n’ont pas été concrétisées (22’). Une honorable implication et solidité physique avec ce magnifique tacle glissé (44’). Plein de combativité, il en vient même à se prendre un coup dans l'œil droit par Pagot (53’), qui ne sera cependant pas suffisant pour le laisser à terre.

Hakimi (6) : Un rendu défensif satisfaisant notamment avec ses duels remportés haut la main face à Candé (15’) (49’, où il réussit à le prendre de vitesse en passant dans son dos), (60’). Néanmoins, au vu du contexte du match largement en faveur des parisiens, il aurait pu se passer de son numéro de drama au sol sur un léger contact avec le pied de Candé incontestablement surjoué et surtout contre-productif (43’). Remplacé par Kehrer (83’)

Danilo (5,5) : Il n’a pas fait une mauvaise prestation, mais aurait pu davantage apporter dans l’orientation du jeu bien que ses coéquipiers en attaquant ne lui ont pas rendu la tâche nécessaire.

Verratti (6) : Une bonne entente avec Di Maria (22’) et une motivation constante dans sa participation sur le terrain. Intéressant dans la circulation du ballon côté parisien. Remplacé par Wijnaldum (78’).

Di Maria (7,5) : L’international argentin termine son aventure sous les couleurs parisiennes sur une prestation plus que louable. Il a assuré le spectacle grâce à sa technicité avec de magnifiques séquences de dribble balle aux crampons (22’), (39’). Aussi, il était impensable que pour sa dernière en tant que parisien, il ne fasse pas parler son efficacité tout d’abord en délivrant cette passe décisive pour Mbappé, faisant ainsi honneur à son titre de meilleur passeur (22’). Sur une reprise d’une tentative de Messi, il inscrit son 93ème et dernier but (68’). Il conclut ainsi de la meilleure de façon ses années de loyaux services au club de la capitale jusqu’à la dernière minute et reçoit une belle ovation du public bien méritée lors de sa sortie pour ce faire remplacer par Herrera (73’) qui sera par ailleurs sans doute le moment que l’on retiendra avant tout de sa dernière prestation du soir. 

Neymar (6) : Une performance plus qu'intéressante pour l'attaquant brésilien. Après une première demi-heure de jeu rempli de blocage face au cage, la réussite lui sourit enfin sur cette reprise de la frappe de Di Maria qui fait office de 3ème but pour le club de la capitale (32’). Une attitude positive sur l’aspect collectif avec cet acte d’altruisme face au filet certes appréciable où il espère délivrer une passe décisive pour Mbappé, mais où il aurait été préférable qu’il la tente de lui-même étant donné que cette intention se terminera finalement sans succès (46’). Remplacé par Gueye (78’).

Mbappé : Voir ci-dessus. 

Messi (5,5) : Bien qu’il n’ait pas été le plus impactant côté attaque parisienne, il a été en capacité de se montrer présent dans les moments importants bien que ses finitions face aux filets n’aient pas été des plus reluisantes à l’image de cette séquence où il conserve bien le ballon mais où sa frappe touche le poteau (18’), ou encore sa reprise manqué (46’).   

 

 

Metz (5-4-1)

 

Caillard (4,5) : On ne pourra pas le nier, le portier aura beaucoup souffert dans cette rencontre. Comme peuvent le sous-entendre les cinq buts encaissés, il n’a pas été assez attentif et prudent dans la gestion de sa surface et s’est retrouvé puni en outre par la technicité et le tranchant d’un certain Mbappé loin d’être connu pour faire des offrandes à ses adversaires dans la zone de vérité.    

Mikelbrencis (4) : Hormis son centre détourné par Hakimi en début de match (7’), sa prestation a été pauvre en contenu. Il a manqué de caractère dans ses duels et de constance dans sa vigilance dans son couloir et la sentence de cette négligence au score a été irrémédiable. Remplacé par Mbengue (55’).

Bronn (4,5) : Quelques bonnes actions comme cette frappe de Mbappé bien contrée (85’), il a néanmoins peiné à apporter dans les relances de jeu.

Kouyaté (4) : A l’image de ses partenaires défensifs, il a manqué de réactivité et de solidité dans ses interventions.

Kana-Biyik (4) : Lui aussi à manqué de signaler sa présence dans la muraille défensive des Messins qui n’a pas manqué d’avoir été pris au dépourvu dans les assauts parisiens à répétition. Remplacé par Niakaté (55’).

Candé (4) : Il a eu du mal dans ses duels face à Hakimi (15’), et s’est retrouvé complètement déboussolé face aux offensives parisiennes.

Traoré (5) : Présent physiquement notamment dans la récupération de balle, il finit son dernier match de la saison probablement pas comme il l’aurait espéré avec cette sortie sur carton rouge à la suite d’une semelle mal venue sur Neymar, joueur vis-à-vis de qui il n'est pourtant pas sans savoir qu'il est plus que conseillé de se tenir à l'écart du moins sur les contacts physiques (57).  

Pajot (4) : Constat qui peut s'appliquer ce soir à l’ensemble de ses coéquipiers, il ne s’est pas montré décisif. De la bonne volonté dans son attitude qu’il n’est pas parvenu à convertir en réalisations concrètes pour sa formation.  

Sarr (4,5) : Son plus grand regret dans cette rencontre, outre la relégation en Ligue 2 de son équipe, aura été ce but du 1-0 délivré par Boulaya sur une passe en retrait qu’il n’aura réussi qu'à envoyer au-dessus des filets (13’). Malgré qu’il n’a pas été mauvais dans sa prestation, il a peiné à mettre la pression physique sur l'adversaire. 

Boulaya (4,5) : Il a réalisé un bon enchaînement de jambes face à Marquinhos (13’) et a fait comme il a pu pour venir en soutien à Lamkel Zé, en vain. Il a été en difficulté dans la conservation de balle et n’a pas réussi à mettre en évidence sa technicité. Remplacé par Joseph (70’).

Lamkel Zé (5) : Un match terrible pour lui. Il rate son débordement dans son duel face à Ramo (12’) ainsi que quelques occasions clés devant les cages (15’), (38’). Sa générosité dans l’effort fourni offensivement n’aura pas suffi à redonner de l’espoir à sa formation. Une situation d’impuissance qui a fortement impacté de manière négative son jeu de par la frustration, légitime, ressentie. Remplacé par Mafouta (70’). 

 

 

Lire plus